Comment énerver un Suisse!

Publié le 24 mars 2014 | Différences culturelles, Expat en France

Le Lac de Genève... de quoi énerver les suisses

Un guide non-exhaustif à l’intention des Français.

Ce qu’il ne faut pas dire à un Suisse. Ou comment et pourquoi vous nous énervez, voisins français! Petit catalogue subjectif tiré de mon expérience d’expat à Montpellier.

Je n’avais pas encore osé aborder le sujet, mais les Français ont le chic pour agacer les Suisses malgré eux…

En parlant du LAC DE G’NÈVE pour désigner cette étendue bleue que nous partageons.

Si en anglais, il s’appelle le Lake of Geneva, indeed, il se nomme en français le Lac Léman. Cette expression de « Lac de Genève » (utilisée dans certains volumes poussiéreux comme ici) énerve tous les Suisses romands, surtout les Lausannois… mais, notez qu’elle peut s’avérer utile pour flatter le Genevois chauvin.

En croyant que nous parlons tous allemand. Ou français.

Enfin, en méconnaissant totalement la petite Suisse, et sans honte aucune, alors que nous on s’efforce de s’intéresser à notre grand voisin. Hé! On existe et on partage une frontière tout de même! J’ai parfois l’impression de venir d’un curieux pays du fin fond de l’Europe. Ah oui, c’est vrai, on n’est pas dans l’Europe.

Les Français ont aussi le don d’énerver les Suisses…

Simplement en prononçant les mots « soixante-dix ».

C’est très efficace! Cela me stresse de devoir faire du calcul mental lorsque vous m’épelez un numéro de téléphone. Mais bon, je commence à m’y faire après bientôt 4 ans ici… Mais franchement, septante et nonante, c’est quand même pas plus simple/logique/facile à orthographier/ vite prononcé / aisé à comprendre / doux à l’oreille/ et en plus vite écrit sur un chèque?

Lorsque vous essayez de vous rappeler de notre capitale.

« C’est Genève ou Zurich? » Devant mes yeux de merlan frit, l’inculte Français se ravise « Bâle? Lausanne? C’est pas Neuchâtel quand même? » (Ô tentative de flatterie indigne!) C’est BERNE les amis, notez-le au stylobille sur une antisèche!!!

chocolatEn prétendant que les chocolats belges sont meilleurs.

En tant que chocolat-suisse addict, cela me met hors de moi, perso. C’est comme si je venais vous dire, « Oui, vous faites des saucissons, certes, mais ils sont peu intéressants comparés à la charcutaille espagnole… Et les vrais connaisseurs le savent. » (La charcuterie est une fierté nationale, et pas qu’à Lyon si j’ai bien compris la France. Idem pour nous et le chocolat!)

– En usurpant les noms de nos fromages nationaux.

Je vous ai déjà fait toute une tartine autour du gruyère suisse sans trous vs le gruyère français sans goût. Eh bien je persiste. En tant que Suisse, je perds mon latin avec votre manie d’appeler le fromage à râper de supermarché gruyère ou emmenthal de façon interchangeable, alors que chez nous ce sont deux fromages bien distincts. Ah! Et en plus, amis suisses, notez que chez les Français les tomes ont une pâte dure – tout le contraire de nos coulantes tomes vaudoises (à la croûte fleurie) et neuchâteloises, dont je n’ai pas trouvé d’équivalent au rayon des produits laitiers français. Eh oui, difficile parfois de se comprendre entre pays fromagers!

Photo officielle du célèbre fromage SANS TROUS

 » Oh! C’est marrant, du gruyère sans trous! » (Photo officielle de la star des fromage suisses)

Les Français me mettent aussi hors de moi…

En clamant haut et fort que le mot suisse que je viens de prononcer est « faux » /ou « n’existe pas en vrai français ».

J’insiste, en Suisse on parle aussi le « vrai français » ou le « bon français », on a seulement des éléments du lexique qui varient, que j’évoquais dans les trois billets dédiés aux « helvétismes« .

En corrigeant les mots ou tournures suisses que j’utilise.

Cela m’amuse de les relever ensemble, hein, y’a pas de doute. Mais les personnes qui jouent les maîtres d’écoles en me signalant chaque fois que j’en utilise un déjà évoqué et en précisant le terme correct en français de France m’échauffent vite les oreilles. Je sais que cela part d’un bon sentiment, mais je ne suis pas un étranger en train d’essayer d’apprendre votre langue, nom de bleu! ;) Et si je veux les employer, mes mots, hein! J’aime m’encoubler, me foehner les cheveux ou boire du thé froid. Na!

– En utilisant des acronymes à tout va. Un exemple?

La BAC et les CRS ont arrêté des usurpateurs du RSA et des ASSEDICS , je l’ai vu sur le site de l’INA.

Mon fils est au CP et il sait déjà qu’il veut devenir prof d’EPS mais j’aurais préféré qu’il aille dans un IUT ou qu’il fasse l’ENA. D’ici qu’il soit au CROUS, de toutes façons, il a le temps de changer d’avis. (Ceci est un exemple, hein, je n’ai pas de fils ni de préjugés sur les profs d’EPS)

Et quand on demande à un Français ce que signifie un de ces acronymes, il ne le sait jamais.

EPS: éducation physique et sportive. Vla autre chose: pourquoi ne pas simplement appeler cela le « sport » ou l' »éducation physique »? Il faut toujours tout compliquer pour faire intelligent avec les Français, qui aiment nommer les choses par des périphrases compliquées. Moins directe et claire l’expression est, plus vous êtes contents et moins je comprends. (Je vais essayer de récolter quelques périphrases pour soutenir cette impression…)

– En rigolant de notre accent. Non, ok, ça vous avez le droit. Mais pas de dire que cela fait « bouseux »!

Mais bon, à part quelques tics que je ne peux réprimer en entendant les phrases typiques susmentionnées, je fais bonne figure malgré ce manque de diplomatie de mes nouveaux compatriotes. Mais oui, je vous aime quand même les Français ;)

En débarquant à Montpellier, je pensais aussi entendre des blagues sur les Suisses. Je suis un peu déçue, car personne ne m’en a racontées! Vous en avez vous?

Et les Suisses, d’autres remarques agaçantes de vos voisins en mémoire? Oui, je l’ai pas dit, mais en plus parmi les clichés sur les Français, on peut relever qu’ils râlent tout le temps!

Vous aimez Y’a pas le feu au lac ? Partagez cet article et suivez-nous donc sur Facebook ou en vous inscrivant à la newsletter. (2X par mois)

Vous aimez le blog? Partagez cet article!

75 Responses to Comment énerver un Suisse!

  1. Ahaha, excellent! :)

    Bon, je crois que je ne suis pas trop mal intégrée:
    – j’ai repris des amis français (vivant en Suisse d’ailleurs) qui me soutenaient le week-end dernier qu’on disait « lac de genève ».
    – je n’aime pas qu’on confonde gruyère et emmental
    – je vous un culte sacré au chocolat suisse (le chocolat belge, ça existe? :-p)
    – je sais quelle est la capitale de mon pays d’expatriation (ouf!)
    – je ne considère pas les mots suisses faux, mais différents. Et je commence à employer certaines tournures de phrases…

    En revanche, je continue à dire soixante-dix (même si je reconnais que septante est plus logique, je n’y arrive pas!), me moque volontiers des accents (mais gentiment, hein!)et utilise des acronymes.

    Laurène, l’expat française en Suisse ;-)

  2. Anne says:

    C’est noté, Tatiana, je vais essayer de me rappeler tout cela…et ne pas faire de bourde ! En tout cas le cliché sur les Français râleurs…n’en n’est pas un, on est comme ça. Bises.

    • Kantu says:

      Attention Anne, je t’aurai à l’oeil au prochain apéro ;) Oui, certains d’entre vous râlent tout le temps en effet… mais il y a des exceptions heureusement haha.

  3. Haha j’adore!!! Rien que la photo avec « lac de Genève » m’a fait grincer des dents… Bon en même temps je suis lausannoise, alors il parait que c’est normal!
    Moi ce qui me fait bien sourire depuis qu’on est en voyage et qu’on rencontre pas mal de français c’est quand nous avons droit à la remarque; « C’est fou ça, vous êtes suisses, mais vous parlez quand même sacrément normalement! » Ben quoi??? Il faut arrêter de croire qu’on parle tous comme dans les sketsch de Tex non plus! De Diou!
    Je t’explique pas à quel point mes poils se hérissent quand en Asie on essaie de te vendre un vieux cheddar orange fluo en appelant ça « Swiss Cheese »!
    Mais j’avoue le voyage m’a bien réconciliée avec nos voisins français, on a rencontrés quelques spécimens bien sympas sur les routes, et même que notre septante, huitante nonante il s’en foutent! ;)

  4. Lucile says:

    Je plaide coupable pour la capitale, j’ai toujours un doute…
    J’ai honte…

  5. Tindomerel says:

    En Alsace on a plein de blagues sur les Suisses! En voilà une qui me passe par l’esprit :
    Quelle est la différence entre un Suisse riche et un Suisse pauvre?
    Réponse: le Suisse pauvre conduit sa Mercedes lui-même.
    :D

  6. Lamart says:

    Il faut rendre à César ce qui appartient César et à Genève ce qui appartient à Genève.
    Le vrai nom du du Léman est bien le lac de Genève, c’est pour préserver les susceptibilités françaises et surtout vaudoise que l’on a ressortit un vieux nom celte de Léman (qui d’ailleurs veut dire lac, donc le lac Léman c’est le lac Lac).
    En effet il est d’usage de donner à un lac le nom de la plus importante ville qui le borde, et n’en déplaise aux Lausannois c’est Genève.

    • Bong says:

      Le nom de lac Léman a été adopté par les romains (http://fr.wikipedia.org/wiki/Lac_L%C3%A9man) et non, il n’est pas d’usage de donner à un lac le nom de la plus grande ville le bordant… sinon, il faudrait me trouver Erie, Michigan, Titicaca ou Victoria (entre autres exemples). Bien le bonjour d’un lausannois!

    • bele says:

      Le léman c’est aussi appelé « Lacus Lemanus » et « Lacus luosanna » alors laissez lui ce bon nom de « Léman » pas besoin de préciser que c’est un lac. ;)

  7. Pivoine says:

    Bonjour, Grüezi mitenand,
    En arrivant en Suisse la première fois il y a 10 ans, j’étais exactement comme décrite dans l’article. Je me sentais franchement supérieure, je l’avoue. Les Suisses sont lents, trop chauvins, ils refusent l’Europe et s’accrochent à leur îlot par fierté et par crainte, ils ont des produits Migros introuvables dans le reste du monde, dont je ne ne voulais rien savoir, les coiffeurs coûtent un saladier, les suisses allemands ne parlent pas l’allemand, et les suisses romands passent leur temps à dire du mal de leurs compatriotes alémaniques qu’ils ne comprennent même pas, et j’en passse….depuis plus d’un an, je suis maintenant en Suisse Alémanique, je prends des cours de suisse allemand car j’ai découvert un dialecte qui m’amuse beaucoup, j’adore les produits de la Migros, oui les prix sont trop élevés dans l’ensemble, mais la qualité de vie ici est incomparable. Bref je défends becs et ongles la Suisse que j’ai apprise à aimer, la différence, c’est la richesse :-)

  8. Julien says:

    Le coup des abréviations, c’est pathologique: il n’est pas rare de voir des reportages à la télévision française consacrés à un thème dont le nom est évoqué uniquement à travers un sigle qui n’est jamais explicité. « Raoul Grubert, vous êtes le DRH du SMUP, que pensez-vous du SGENN? »

  9. Frédéric says:

    Les petites choses qui nous énervent mutuellement, c’est un petit peu comme les vieux couples qui se tirent dans les pattes, mais qui ont du mal à vivre l’un sans l’autre !

    Je rend hommage au chocolat Suisse, incomparablement meilleur que le belge !!! Et que j’aime à m’arrêter du côté de Conthey (VS) pour m’acheter mon fromage d’alpage du Simplon pour ma raclette, quand j’en ai l’occasion ! Quant à manger un Malakoff, idéalement lors des Caves Ouvertes, quel petit moment de bonheur gourmand… Un tomme panée ? Quelle panard ! Et rigoler un coup avec les copains lors de la Bénichon !

    Pour ce qui est du Leman… Et bien, il occupe bien le bassin Lemanique, dont le bassin genevois n’est qu’une petite partie. Le nom de la plus grande ville, une tradition…? J’en doute… Une préférence ? Sans doute !

    Des histoires drôles ? On a parlé de fusionner Genève et Vaud en deux demi-cantons, mais les vaudois ont refusé. En effet, ils se seraient appelés « Genève-Ville » et « Genève-Campagne ». !!!

    Sinon… Trois vieux valaisans sont assis sur un banc et prennent le frais un soir d’automne, à Chermignon. Ils regardent un troupeau de vaches rentrer à l’étable.
    Le premier dit :  » euuuuh… À mon avis, c’est les vaches au Fernand… »

    … Dix minutes passent…

    Le second dit  » maaaah nan… C’est l’troupeauuu au Françoé… »

    … Dix autres minutes s’écoulent…

    Le troisième se lève, rajuste son béret et dit : » bon, moi, j’m’en vais…. J’aiiiiime pÔ les disputes… »

    Enfin, un défaut que je pourrais trouver aux Suisses ? Que finalement, certains nourrissent autant de préjugés à l’égard des français qu’ils nous reprochent d’en avoir à leur encontre…

    Bonne soirée à tous !

    Frédéric, français frontalier helvétophile…. ( …oui, je cumule!!!…)

  10. Steph says:

    Fraichement arrivée en Suisse, on m’a expliquée que le nom du lac était Léman sauf pour ces prétencieux genèvois qui s’attribuent tout ;) (vous l’aurez deviné j’habite Lausanne) :) Mais cette discution m’a interpelée et sur Wikipédia on parle des changements de noms successifs et il parait même qu’à un moment il s’est appelé le lac de Lauzanne !
    Merci pour cet article !
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Lac_L%C3%A9man

    • Helis says:

      En tant que Genevoise, je vous assure que nous détestons aussi lorsque les Français l’appellent lac de Genève. Je n’ai jamais entendu le moindre Genevois l’appeler autrement que Léman.

      • Kantu says:

        Ah bon? Alors il faut croire que les Genevois que je connais aiment me taquiner avec ça ;) Merci de cette précision!

        • Schweizerin says:

          Je confirme, ils aiment te taquiner, je suis Genevoise et je n’ai JAMAIS pu supporter d’entendre dire « Lac de Genève » (ni aucun de mes amis).
          Je ne comprends d’ailleurs pas d’ou vient cette légende agaçante comme quoi les genevois l’appelleraient comme ça, on a déjà suffisamment de défaut pour ne pas nous rajouter celui-là ;).

          • Kantutita says:

            Haha! :) Merci pour ce témoignage de Genevoise.
            Les Français disent un autre truc énervant, en plus du Lac de Genève: « La Suisse française » pour appeler la Suisse romande!!

  11. Delap says:

    Pour les chocolats, j’aime bien les deux, belges et suisses, mais la charcuterie espagnole n’a rien à envier à la charcuterie française !
    Les espagnols ont même élevé le jambon cru au rang d’oeuvre d’art … ;-)

  12. Louuu says:

    orthographe : on dit un MERLAN frit, pas un merland !

  13. Swidzernaiv says:

    @Frederic : ici, on a la même avec les Corses jeh oui, nous avons aussi nos prétendus lents)

    @les autres, le chocolat suisse, c’est le meilleur, le belge est trop gras, mais je préfère celui de la Migros à celui de la Coop. Le saucisson vaudois est incomparablement meilleur que notre Morteau ou Montbéliarde, mais ici, on n’en trouve pas. Mais un bon Emmental A.O.C (ça c’est pour les accros des acronymes) c’est quand-même pas mal. Ce que je regrette, c’est de ne pas trouver de tome (vaudoise évidemment) au lait cru. Et le gruyère, c’est du gruyère. Point. Sans trous, sinon c’en est pas, et venant de Suisse, sinon c’en est pas. Appeler « gruyère » un vulgaire Emmental de supérette, c’est comme dire… Ah je ne trouve pas tellement c’est nul comme confusion. Sur ce, à tantôt.

    Un Aixois du sud qui aime la Suisse

  14. Kantu says:

    Merci à tous pour vos commentaires, témoignages et super blagues sur les Suisses :)

  15. Marge says:

    Vu que vous avez l’air de vous y connaître… Sauriez vous ou je peux acheter du Gruyère d’Emmental fabriqué à la Vallée-de-Joux?

    Mouhaha… :)

  16. MARGE says:

    Et… La Gruyère tout comme L’Emmental sont des régions avant tout… Donc pas d’Emmental non plus en France…

  17. Lince says:

    Si seulement je pouvais avoir du chocolat comme le Blondel de Lausanne en France. Vive le chocolat en brut, non corrompu par des fioritures T.T.

    Les langues: Vu que la suisse est limitrophe avec de nombreux pays, le nombre important de langue est forcément plus élevé que 2.

    Avec cette histoire de fromage, je commence à avoir faim.

    Pris en note: pour septante et nonante, je ne savais pas que c’était utilisé couramment en suisse bien que je l’ai déjà entendu.

    Pour le reste, à mon avis, c’est une question d’ouverture d’esprit des personnes ou de méconnaissances (j’avoue que je ne connais pas le nom de la capitale suisse, mais c’est loin d’être la seule qui m’est inconnue… Inculte que je suis :P).

    Well…. *searching for RSS feed*… added! :)

  18. jerry wham says:

    Pour ce qui est des acronymes et des tournures compliquées qui n’appellent plus un chat, un chat, c’est politique ma bonne dame.
    Cela permet de changer le point de perception et nous enc-*$! à sec.
    On ne dira pas plus par exemple « un chômeur » ce qui a une connotation négative, mais un « demandeur d’emploi » ce qui est plus fun. On ne dira plus « les pays du tiers monde » mais « en voie de développement », ce qui donne l’illusion que ça va quand même vachement mieux chez eux.
    On ne dit pas non plus du « sport » mais de « l’éducation physique et sportive » ce qui permet l’introduction du concept de « professeur d’eps » (qui peut jouer ainsi d’égal à égal avec un prof de maths). On peut dire merci à ces cons de parisiens qui nous gouvernent.

    • Maliro says:

      Ahah ! C’est savoureux de voir des préjugés régionaux dans un article de ce genre ! La parisienne vous salue bien !

      ps : Il y a bien longtemps que je lutte pour ne plus dire gruyère à tout bout de champ. Je n’y connais rien en chocolat. J’aimerais bien qu’on dise septante et nonante en France aussi et l’usage abusif des acronymes a tendance à me gonfler. Par contre j’avoue être restée coite à la question « Quelle est la capitale de la Suisse ? » /honte

      • Kantu says:

        :) Ah, une Parisienne adepte des septante et nonante! C’est pas banal! Par contre, quand même, je comprends pas comment vous pouvez ignorer notre capitale, on est quand même un de vos pays limitrophes ou bien?! La Suisse compte pas pour des prunes, zut!!! ;)

        • Maliro says:

          Notez que je dis soixante-dix et quatre-ving-dix (4×20+10 XD) quand même, mais j’ai toujours trouvé ça moche et illogique.
          Tiens, vous ne dites pas octante également ?
          Et si ça peut vous consoler, cette histoire m’a mis le doute sur moi-même alors j’ai fais le tour des capitales de nos voisins, et je me suis plantée également pour l’Espagne. /honte²

  19. moriel says:

    Les suisses font des trous dans les montagnes, les français font des trous dans le gruyère.

  20. Mitou says:

    Juste une petite remarque en passant… C’est Y a, pas y’a. :)
    Je le précise seulement parce qu’il est dans le titre.

    • Kantu says:

      Comment ça c’est Y a?!! Alors là je n’y crois pas! Désolée ;) Je vais toutefois m’enquérir de la chose auprès de ma prof de français préférée.

  21. Petula says:

    En parlant de chocolat, un truc qui me rend folle c’est d’entendre parler de « plaquettes » de chocolat. Je pense qu’en la matière les helvétismes devraient faire autorité, parce qu’on maîtrise quand même légèrement mieux le sujet: on dit une PLAQUE de chocolat! Non mais carrément quoi j’veux dire!

  22. Luc says:

    Pour ce qui est de la dernière partie sur l’accent, les soit disant fautes, etc… Vous n’êtes pas les seuls. Les Français font le coup à tous les francophones, au Québec c’est pareil ^_^

  23. Kerzers says:

    Trop nul.

  24. Bele says:

    Tellement vrais.
    Il faut aussi préciser que Gruyère est une ville et une région, qu’Emmenthal est une région (la vallée de l’Emmen; l’Emmen est une rivière et Thal en allemand signifie « vallée »).
    Le Léman, on le partage avec les Savoyards (pourquoi ils ne s’insurgent pas, eux ? Parce que le Lac de Genêêve à Evian…)
    Pour le choc: laisson aux belges le fait qu’ils font un chocolat exceptionnel mais du chocolat noir (60-70%). Les suisse font du chocolat au lait hors du commun.
    Quant aux accents et au vocabulaire, les français ferait bien de balayer devant leur porte: combien de prononciations et d’idiomes différents entre Dunkerque, Menton et Bayonne.
    Allez, on vous aime mais faut pas pousser Grand-Mère dans les ortilles :)

  25. MorganGeek says:

    Pour avoir goûté des centaines de chocolat, je préfère de loin emporter du chocolat belge bien plus généreux et travaillé que le suisse :)

  26. Zneb says:

    Aujourd’hui, je vais a la gymnastique. J’ai besoin de mes cuisettes et de mes pantoufles….

  27. Zneb says:

    Pardon / cuissettes /

  28. Strahdivarius says:

    septante et nonante, soit.
    mais alors, huitante ou octante ?

    bon, je m’en vais terminer mon fromage suisse au cannabis, en attendant la réponse …

    • Kantu says:

      :) La réponse est: huitante, mais cela ne se dit pas partout en Suisse romande, c’est typique du canton de Vaud et de Lausanne par exemple. Cela m’amuserait d’ailleurs de dire « huitante-dix » pour 90 en France… Cela sonne mieux que « quatre-vingt-dix »!

      ps
      Attention, si c’est du *gruyère* au cannabis, je vais hurler au scandale! ;)

  29. sandrine says:

    J’aime cette pointe d’ironie que vous vous appliquez à écrire pour faire réagir les gens :) … ça fonctionne bien ;)

    Mes enfants (français) se font charrier à présent en France lorsqu’ils disent « septante », « huitante » , « nonante », « c’est juste » … « ça joue ? » … etc.
    Ils sont de vraies éponges et ils se sont adaptés très vite ;)
    Dans notre famille on adore le chocolat Belge , il n’y a pas à dire : il est très bon (non pas de violence s’il vous plait ;) ). Mais on mange tout autant le chocolat Suisse Villars depuis des années aussi (depuis toujours en fait) … j’aime les deux ;) et le noir s’il vous plait :D

    Par contre je ne suis pas d’accord lorsque vous dites que « nous les français on parle avec un vocabulaire pour se rendre intéressant » : non vous jugez sans comprendre. Il faut comprendre que c’est culturel en France. On nous apprend à utiliser un maximum de vocabulaire et un certains nombre de synonymes, dès notre plus jeune âge (interdiction d’utiliser deux fois les mêmes mots ou adjectif dans un même récit). Et je peux vous affirmer qu’en France le vocabulaire des jeunes s’appauvrit d’années en années …
    Bref on ne parle pas comme ça pour se rendre intéressant, mais parce qu’on baigne dans cette foison de vocabulaire depuis tout petit (imaginez juste qu’au siècle dernier c’était bien pire!). Et il est important de ne pas juger cela, c’est tout offensant que ceux qui vous disent que votre accent fait « bouseu » (alors que moi je trouve qu’il chante).

    Et enfin il ne faut pas généraliser en disant que les Français ne connaissent pas leurs acronymes … on les connait tous … ça ne représente pas la réalité : la génération « télé poubelle » peut être … des « Nabila » version France quoi ;)

    CRS tous le monde sait que ça veut dire « Car Rempli de Singes » … officieusement, mais officiellement ça veut dire « Compagnie Républicaine de Sécurité » ;) :p
    EPS tout le monde sait ce que ça veut dire : on l’apprend au collège à l’âge de 11 ans … et il faut savoir qu’en France on a un cours sur les acronymes de la république, mais aussi sur les acronymes dactylographiques ;).
    … bref ne généralisez pas vos critiques à tous les Français … précisez plutôt « certains français ne savent même pas ce que les acronymes signifient »

    Merci pour vos partages de ce blog, je suis dans le même cas que vous à l’inverse (française en Suisse) et il y a des remarques que vous faites qui m’ouvrent les yeux sur des choses qui ne me surprennent pas si vous n’en parlez pas (comme les salariés en roller dans les grandes surfaces en France :) ça m’a fait rire de voir que vous aviez halluciné sur la nécessité des roller car les magasins sont grands).
    Je vais peut être moi aussi écrire des billets « comparatifs » avec notre vécu ici (en Suisse) ? … ;)

    Bonne continuation,

    Sandrine

    • Kantu says:

      Merci Sandrine pour ce long commentaire et votre expérience! ;) Oui, oui, je fais des généralités mais c’est pour de rire, tout le blog est au deuxième degré, vous pouvez ajouter « certains Français » à de nombreuses phrases!
      Et pour les acronymes, je suis désolée de vous contredire mais mes amis ne savent JAMAIS me dire à quoi ils se rapportent – et ce sont des trentenaires de tous bords, pas des fans de Nabila, haha! Mais je suis rassurée de savoir qu’il y a CERTAINS Français qui sont mieux informés :) Au plaisir de relire vos commentaires sur le blog!!

  30. Sandrine says:

    Au fait : Bern je savais que c’était la Capitale ;) … faut croire que je n’ai pas séché mes cours de géographie moi à l’école ;) … Mais bon j’aime la Suisse depuis que je suis petite, je n’ai aucun mérite :p

    J’ai découvert qu’effectivement bcp de Français ne connaissent pas la capitale de la Suisse 8/

    Sandrine

    • Kantu says:

      Oh la la, et dire que j’avais écrit ça comme une boutade… Visiblement la capitale de la Suisse manque de visibilité – ou les Français de géographie haha!

      • Sandrine says:

        oui je pense (en tout cas c’est le cas autour de moi) que la géo fait défaut à beaucoup de Français qui ne sortent que peu du territoire ;) (comme les Américains qui quittent peu les US). Car très peu de personnes ont su dire Bern lorsque j’ai dis que j’habitais près de la capitale :D
        Mais pour l’Australie aussi bcp de personnes confondent la capitale du pays et la capitale économique ;) donc ça n’a rien à voir avec le fait que la Suisse soit un petit pays ;)

  31. Cyrielle says:

    Hmmm.
    Je suis un peu circonspecte. Quand j’ai lu l’intitulé de l’article, je m’attendais honnêtement à quelque chose de plus trash, haha, pas seulement à des petites considérations de surface (sans méchanceté, hein, attention!)…
    Disons que je suis peut-être plus sensible (ou susceptible?) à l’attitude de certains Français vis-à-vis de la Suisse, parce que dans mon cas, ça va bien plus loin que des débats sur le chocolat.
    Bon, déjà, rendons à César ce qui est à César, tous les Français ne me rabattent pas les oreilles de leurs conneries concernant les Suisses. Les Franc-Comtois par exemple, vivant près de chez nous, sont suffisamment culturellement proches de nous pour ne jamais m’avoir vraiment gavée de remarques désobligeantes. Je crois qu’ils l’aiment bien notre Suisse! Et puis faut dire ce qui est, elle en fait vivre la majorité, haha. Y travaillant, ils la connaissent bien et m’épargnent des moments de solitude.
    Par contre, ici à Toulouse, pardon pardon, mais les gens sont cons.

    Le fait de ne pas connaître un pays frontalier ne m’insurge pas en soi, je ne connais pas moi-même tout de l’Autriche ou de l’Italie, hein. Par contre, le fait de parler et d’avoir une opinion bien arrêtée sur quelque chose que précisément on ne connaît me donne des relatives envies de meurtres. Au boulot, j’ai régulièrement droit à des petites conférences spontanée sur mon pays (la Suisse donc), son fonctionnement, ce qu’il devrait faire, pourquoi on sert à rien, pourquoi on est des voleurs, pourquoi on s’en fout de nous, pourquoi nos dialectes c’est de la blague, pourquoi même notre devise on l’a piquée à Alexandre Dumas (gros gros moment de solitude face au con qui m’a sorti ça), des meilleures et j’en passe. Je me suis d’ailleurs sévèrement disputée avec un collègue après avoir supporté ses remarques pendant 6 mois sans broncher.
    Donc le chocolat, le fromage, le Léman, franchement, je m’en fous, c’est l’attitude générale qui me tue.

    Sérieusement, je pense à ne plus dire que je suis Suisse lors de mes prochaines rencontres avec des Français, parce que j’en ai soupé.
    Et n’allez pas me dire que toutes les populations du monde ont la même attitude méprisante face à d’autres pays, parce que j’ai vécu au Japon et même si je devais souvent gérer des clichés style Heidi et compagnie, quand je parlais de la Suisse et de ses cultures, les Japonais étaient vraiment intéressés et curieux d’adapter leur opinion en fonction de ce que je leur apprenais.
    A Toulouse, c’est le comble. On me pose des questions sur mon pays juste pour me rétorquer une fois mon explication finie que « de toute façon, vous êtes bizarres/vous servez à rien/c’est du grand n’importe quoi/vous êtes tous riches en fait ». Donc merde.

    Je tiens enfin à préciser qu’étant double nationale, quand je vivais encore en Suisse, j’avais souvent à faire le voyage inverse, c’est-à-dire à expliquer la France à mes amis et à rectifier leurs préjugés. Ils se sont souvent foutu de ma gueule (j’étais la « frouze » alors que je suis née et que j’ai grandi à Neuch’ mais bref) mais la blague ne durait jamais pendant 6 mois d’affilée et ils ont toujours ponctué leurs taquinerie d’un « mais non, on les aime bien les Français, c’est pour t’embêter ». Ici, ils sont sincèrement convaincus d’être hautement supérieurs alors que, laissez-moi rire mais si je vous dis: administration française, niveau scolaire, trou dans la Sécu, fonctionnement des banques, CHEQUES (Moyen Âge, bonjour), Monsieur Hollande, et tutti quanti, ça vous inspire la supériorité? Moi pas.

    • Kantu says:

      Coucou Cyrielle, je suis désolée de voir que ton expérience est bien éloignée de la mienne :(
      En effet, c’est un billet léger sur les petits tics qui m’énervent chez les Français ci-dessus -rien à voir avec ce que tu racontes. Et quand je lis ton expérience sur le sujet je vois que cela peut devenir vachement sérieux l’incompréhension sur la Suisse. Cela n’a pas l’air drôle à Toulouse ma pauvre!!! Je suis contente de ne jamais avoir eu droit à des remarques aussi bêtes de mon côté.
      Courage!!! Tiens leur tête!

  32. Sandrine says:

    Les personnes aux idées étriquées il y en a partout malheureusement Cyrielle …
    Mais je te confirme que les Français (du Sud en particulier) ont une haute estime d’eux face aux Belges, aux Tahitiens, aux Quebecois … et les Suisses ils les connaissent encore moins.
    N’hésitez pas à aller vers le nord bien plus ouvert et apte à l’échange des rencontres ;) …

  33. Michèle says:

    Bonjour,
    J’ai un peu lu en diagonale car je ne suis pas venue depuis la dernière lettre d’information.
    Pour le chocolat disputé entre les Belges et les Suisses, j’ai déjà donné une explication sur je ne sais plus quel fil. Si vous ne me croyez pas, vous pouvez vérifier auprès de la Suissesse qui est guide à la chocolaterie de Terrasson (24). En espérant qu’elle soit toujours là…
    Quant au vocabulaire dit « énarque » bien qu’il ne vienne pas forcément de l’ENA, les Français qui ont un peu de jugeotte sont les premiers à s’en plaindre. On ne dit plus « élève » mais « apprenant », « femme de ménage » mais « technicienne de surface », et les parents ne pourront bientôt plus aider leurs enfants scolarisés, tant le vocabulaire change (vocabulaire grammatical par exemple).
    Quant aux blagues, il y en a des tonnes sur le fil de discussion lancé par Ruth sur SwissCommunity. En français et en allemand d’ailleurs. Mais je les oublie au fur et à mesure. Tiens, je me souviens de celle-ci:
    Un Suisse qui parle tout seul, c’est…. un monologue
    Deux Suisses qui discutent, c’est …. un dialogue
    Mais trois Suisses, c’est… un catalogue.

  34. Pat14 says:

    Bonjour, je suis un peu surprise par les critiques sur le chocolat belge! comme pour tout, il y a du bas de gamme et du très très bon chocolat (marcolini, wittamer,…) et donc il y en a pour tous les goûts! un bon chocolat c’est un chocolat qu’on aime et non pas un chocolat qui vient de Belgique ou de Suisse, en tant que belge, j’apprécie les deux, le belge pour son caractère fort et le suisse pour son goût tellement réconfortant, ils sont donc pour moi complémentaires. Donc svp arrêtons les gueguerres sur qui a le meilleur chocolat (en tant que belge vivant en Suisse, j’ai même peur de répondre à la question fatidique  »et alors, vous préférez quoi? le choco belge ou le suisse? » tellement les gens peuvent prendre la mouche!!), il y a en Suisse et en Belgique de très bons artisans chocolatiers qui choisissent leurs fêves avec soin et travaillent le produit avec amour, et moi je ne pourrais me passer ni de l’un ni de l’autre!

  35. Jane says:

    Bonjour,
    Très drôle ce billet ! Je suis frontalière et Jurassienne. Je ne travaille pas en Suisse, mais j’y vais régulièrement pour le plaisir et le shopping, et parce que j’y ai des amies.

    À mon tour de vous livrer quelques petites anecdotes : beaucoup de mes compatriotes n’arrivent pas à « me » situer sur une carte et colle mon département (Jura –français), dans le meilleur des cas, très souvent à la frontière allemande. Je suis souvent obligée de préciser que je vis près de la Suisse pour voir une lueur jaillir dans leurs yeux (je précise que j’ai passé la barre des quarantenaires).

    Notre accent du Haut-Jura est un peu différent du vôtre (à mi-chemin entre l’accent suisse et québécois), mais suffisamment « étrange » et peu connu pour semer le doute chez mes compatriotes. En partance vers le Québec avec des amis sur la compagnie Air France, une hôtesse française a quand même osé nous dire « Vous avez passé un bon séjour en France. Vous êtes contents de rentrer chez vous ? » …Comme quoi, nul n’est prophète en son pays.

    On a aussi beaucoup d’expressions en commun avec vous que les Français des autres régions ne comprennent pas comme la « panosse », « faire du cheni », « monter les tours », « s’encoubler », « ratrack »,  » etc. Par contre, on n’utilise pas « nonante » et « septante » (dû à l’éducation nationale, sans doute) et certains mots sont des faux-amis. Quand la caissière de la Migros veut me donner la « quittance », je frémis toujours à l’idée qu’elle me tende ma « quittance de loyer ».

    Je plaide coupable pour les acronymes, mais c’est rentré dans les expressions usuelles et ça ne choque personne.

    Je suis toujours épatée que les Suisses en connaissent autant sur la France, ses us et coutumes et sa vie politique. En plus de la méconnaissance de la capitale, ne demandez pas à un Français lambda qui gouverne en Suisse. À part la dernière votation qui a mis en lumière Burkhalter aux infos, je doute que plus de 1 % de mes compatriotes aient jamais entendu son nom avant.
    Question géo suisse, je renvoie souvent vers le lien du sketch de Marie-Thérèse Porchet et sa « leçon de géographie » ; https://www.youtube.com/watch?v=GyKYhmSqT1Y&list=RDGyKYhmSqT1Y

    Un witz (blagounette) pour finir : Comment savoir si une blonde suisse s’est servie de votre ordi ?
    Il suffit de regarder s’il y a du gruyère à côté de la souris.

    • Kantu says:

      Héhé, merci pour ces anecdotes cocasses qui m’ont bien amusées! Tiens, je ne pensais pas que l’accent jurassien côté France pouvait se confondre avec du québecois, c’est super étonnant!!

  36. Laurence says:

    Hello à tous,

    et merci pour ce blog, c’est très drôle. Bon au final, tout le monde s’y retrouve…
    Francaise de l’ouest travaillant à Genève depuis 7 ans, j’ai besoin de votre aide pour proposer une question drôle sur, par exemple, le chocolat (c’est quand même bien la Suisse non ?). Il faut proposer 3 réponses au choix dont la bonne. Je vais présenter cette question en anglais, et comme j’aime la Suisse j’aimerais qu’elle ne passe pas inapercue (nous sommes un groupe international et je ne serai pas seule avec une question). Une idée ?
    merci !!!

  37. Dorsaz says:

    Mes yeux !!! Non pas ça …
    Pourquoi une image à la légende autant horripilante?

    Bref …
    Je me souviens d’une sortie à Bourg St-Maurice pour la fête de l’Edelweiss.
    Ils avaient invité un groupe folklorique Autrichien et un Valaisan pour représenter la Suisse

  38. Dorsaz says:

    J’étais porte drapeau et les passants me demandaient comment un Autrichien pouvait si bien parler en Français…
    Une fois expliqué que le drapeau était celui de la Suisse ils me servaient « Vous êtes de Genève? »

    Au final j’ai donné un cours de Géo en expliquant qu’il y a en Suisse 4 Cantons Francophone et 3 bilingues…

    Je ne sais pas si c’étaient des touristes venus pour la fêtes (et le tour de France) mais ça ce déroulait en Savoie…

  39. Rosie says:

    Ah, personne n’a mentionné le roi des acronymes, le DGCCRF, la Direction générale de la concurrence, de la consommation, et de la répression des fraudes. J’entends souvent « le machin répression des fraudes », ou « la répression des fraudes. » Sauf les journalistes de la télé qui bien sur le prononce entièrement.

    Coté chocolat, j’aime le chocolat noir, et c’est vrai qu’en Suisse j’ai vu surtout le chocolat au lait. En France on trouve pas mal de noir, ça me convient.

    J’adore les fromages français, j’aimerais bien déguster les fromages suisses, j’aimerai d’ailleurs vivre en Suisse !

    • Kantu says:

      Waouh, c’est le champion des acronymes celui.là ;)
      Il faut goûter des fromages suisses, comme le gruyère (à ne pas confondre avec le gruyère français) ou la Tête de moine si vous en avez l’occasion! Ce sont mes préférés…
      Merci pour vos messages sur le blog en tout cas! C’est sympa d’avoir la visite d’une expat américaine en France!

  40. Tom(VD) says:

    Bonjour à vous ,
    Une choses qui m’énerve toujours même avec le temps c’est que mes amis français m’appelle le petit suisse !!!! Franchement je ne suis pas un yogourth ou bien !!!! Le chocolat suisse juste Tip top !!!
    Je viens du canton de Vaud de Vevey plus précisément et c’est un bonheur que de revenir à la maison quand l’on habite en France ! Expressions de la ou j’habite en France pour dire que l’on a un pantalon trop court « aller aux fraises  » vraiment très drôle à entendre surtout avec « l’accent » franc-comtois ! Le mot thé froid et mon mot préféré quand je vais au carnotzet avec des amis ils me regarde toujours avec des yeux énormes et me dise « c’est bien du ice tea que tu veux ? Oui tip top » , de bon moments qui me font rire …

    Adieu

    • Kantutita says:

      Bonjour Tom! Votre commentaire et vos anecdotes m’ont bien fait rire. C’est vraiment bonnard!!
      J’ai la même passion pour le thé froid ;) C’est tellement drôle que cette expression surprenne les Français et qu’ils préfèrent dire Ice Tea, pfff!

      • Tom(VD) says:

        Bonjour Kantutita , merci pour ta réponse qui me fait très plaisir !!!! Oh enfin quelqu’un qui me comprend mon té mon té ;)
        Sérieusement Thé froid c’est juste tip top tu te vois dire « Ice tea » avec un accent qui n’est pas anglais moi non ahah c’est très drôle
        Comme toi je défend septante , huitante et nonante je ne dirais jamais autrement même en France !

  41. Theo says:

    Haut-Savoyard amoureux de la Suisse, je suis 100% d’accord avec toi, et je suis autant énervé en les constatant! Encore en Haute-Savoie, ca passe car on a beaucoup d’expressions en commun, mais alors dès que l’on s’éloigne, c’est une horreur!
    Quoi de plus enervant quand des bourguignons, lyonnais ou encore isérois (qui ne sont quand même pas loin de la Suisse dans tous les cas) ne comprennent pas lorsqu’on leur demande une panosse, qu’on leur dit qu’on leur tient les pouces pour leur entretient d’embauche, qu’on va répéter notre test, ou qui disent « tu veux pas parler francais » quand on dit que l’on est né en nonante-six… (oui, je dis septante, huitante et nonante, même en dehors de la Suisse et de la Haute-Savoie, et je le revendique!)
    Je suis également agacé d’entendre les gens parler du lac de Genève, sachant qu’il est situé dans l’arc Lémanique, j’ai du mal à comprendre!
    J’ai d’ailleurs eu droit à des yeux ébahis de mes amis bourguignons à qui je faisais découvrir Lausanne lorsque j’ai commandé un Thé Froid, heureusement ils ont eu droit à la moquerie de la serveuse quand ils ont dit bêtement « euh ben 2 ice teas pour nous »! :D

    • Kantutita says:

      MERCI Theo pour ces anecdotes!! Je me rends compte qu’on est vraiment proches entre Suisses et Savoyards – région que je ne connais malheureusement pour ainsi dire pas! C’est vrai que le respect des différences régionales en France est parfois écrasé par l’obsession de « parler juste » – une expression qui ne veut rien dire d’ailleurs, il n’y a pas d’expressions justes et fausses, il y en a qui existent dans un certain contexte – régional notamment.
      Moi aussi je milite pour dire septante-sept et thé froid en France :) On va fonder un club!
      N’hésite pas à partager d’autres de tes mésaventures dans les commentaires du blog, et encore merci pour ton mot qui m’a bien amusée.

  42. bzh says:

    je ne savais pas qu’on pouvait énerver un Suisse…

  43. Hugo L says:

    Il faut pas nous en vouloir :( ce n’est pas pour être méchant mais sans doute de la maladresse ! Et la prochaine fois que un français vous fait des remarques sur vos expressions et tournures, dites lui de se renseigner et qu’il verra que c’est lui qui utilise des tournures caduques datant du moyen-age ( le système vicésimal avec soixante-dix et quatre vingt-dix). Vous, chers voisins Suisses, les Belges Wallons et même les Québecois parlent un meilleur Français que nous !
    De même pour votre chocolat , on ne fait pas mieux !
    Nous sommes juste curieux et fascinés à votre égard car ( et c’est vraiment dommage) nous vous connaissons moins que les Belges et/ou les Québécois

    Vous avez vraiment un pays et une culture magnifique !

    Signé: un Normand tombé depuis peu par hasard à Moutier, près de Delémont et qui est en train de tombé amoureux de votre Pays .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *