Le Dico romand et mes autres cadeaux suisses

A Noël, j’ai été gâtée par ma famille, avec des cadeaux suisses que je voulais vous montrer. Histoire de publier un petit billet léger et axé suissitude, après ma balade dans les tranchées! Parmi eux, il y a le Dico romand, sorti récemment.

Quand on quitte – même pas de très loin – son pays, on devient soudain attaché à des symboles de celui-ci. A des objets ou des goûts qui nous le rappellent au quotidien. A ses mots aussi, comme les septante et nonante que je lâche toujours dans mes phrases. En 2020, j’ai fêté mes 10 ans en France – et je me sens à présent un brin bi-nationale culturellement. Mais ma suissitude est toujours très forte. En 2021, je suis ravie de m’installer plus durablement en Alsace – aussi parce que c’est à la frontière. Eh oui, je suis en train d’y acheter une maison, déménagement prévu dans quelques jours! Je me sens bien par ici, et je suis ravie de travailler pour une boîte suisse depuis bientôt trois ans, et ainsi de côtoyer des collègues suisses-romands, suisses-allemand ou tessinois – en plus des collègues alsaciens. Sans compter que l’Allemagne n’est pas loin (la preuve avec ces nouvelles escapades). C’est un chouette mélange de cultures!

Mais aujourd’hui, je vous montre des cadeaux de Noël très suisses que j’ai reçus, et aussi un objet qui m’est cher retrouvé dans la cave familiale…

Le Dico romand: un lexique de mots suisses

Vous connaissez mon amour pour les mots suisses! J’en découvre de tous les cantons en feuilletant ce bel ouvrage, offert par mes parents. Il s’ajoute à ma collection – j’avais déjà le Dictionnaire du suisse-romand, ce lexique vaudois et un beau dictionnaire du parler neuchâtelois hérité de ma grand-mère. Mais là, c’est un nouveau lexique, mis en page par la fameuse ECAL, l’Ecole cantonale d’art de Lausanne et publié aux éditions Favre. Son design le rend très agréable à feuilleter, et il contient 1758 mots sur 360 pages.

Ce livre est disponible en librairie en Suisse, et pour le commander dans votre librairie préférée depuis l’étranger, notez la référence: « Le Dico romand, Lexique de chez nous, de Henry Suter, Mathieu Daudelin, Ecal (Editions Favre)«

Il s’agit en fait du projet d’un ancien étudiant – le designer Mathieu Daudelin. C’est atypique qu’un designer se passionne pour les mots suisses au point d’y consacrer son travail de diplôme! Attendez d’en savoir plus: il est d’origine canadienne, et vit à Montréal à présent. Il a dû tomber en amour avec nos expressions lors de ses études en Suisse… Il s’est en fait basé sur le travail du lexicographe passionné Henry Suter, aujourd’hui décédé.

Vous pouvez écouter une interview par là sur la RTS pour en savoir plus, et vous réviserez ce que veut dire avoir le pigeonnier ouvert ou ce qu’est un brise-nouilles.

Cela m’inspire en tout cas pour un prochain recueil de mots suisses à venir sur le blog!

→ En attendant, vous pouvez aussi retrouver ma série sur les mots suisses par là.

Une machine à café Jura

Prestigieuse marque de machines à café suisse, Jura est une boîte aujourd’hui internationale, mais née dans le canton de Soleure (en Suisse-alémanique) en 1931. Elle porte le nom du massif montagneux, et s’est spécialisée dans les machines à café avec broyeur durant les années 80.

J’ai pu récupérer en deuxième-main la machine de ma famille – qui fonctionne encore parfaitement – et je suis ravie! A l’opposé des Nespresso & co, elle moud elle-même le café en grains. Du très bon café à la clef. Comme après mon déménagement, je n’avais plus de machine à café, elle me sauve car ma conso de caféine a explosé cette année :P

Un stylo Caran d’Ache

Je lorgnais sur les stylos Caran d’Ache (en silence) et mon frère et ma belle-soeur ont eu du flair et m’en ont offert un à Noël. Je l’utilise tout le temps depuis dans mon bel agenda en allemandoui, je fais de gros efforts pour m’améliorer dans cette langue.

Je suis attachée à la marque Caran d’Ache – sans doute car à l’école, comme les autres petits Suisses, on avait des crayons et boîtes de peinture de la marque genevoise. On y revient plus bas, avec le troisième objet typique de ce billet.

Ma boîte de gouache

Levez la main si vous avez passé des années sur les bancs de l’école avec ces boîtes de peinture! Ou à lécher les vitrines Caran d’Ache avec les animaux mécaniques dans votre enfance.

J’ai ressorti ma boîte de gouache Caran d’Ache old school de la cave de mes parents, car je suis une adepte de #confinementcréatif (j’ai envie d’apprendre un peu à dessiner pour les nuls avec ce superbe livre – aussi reçu à Noël). En regardant les boîtes de gouache actuelles, j’ai vu que leur design avait changé depuis mes 10 ans ( voyez par là :P) la mienne est vintage!

Oui, oui, je vais nettoyer ma boîte de gouache avec soin quand j’aurai le temps – comme la maîtresse nous obligeait à faire après chaque session de peinture. On devait enlever toutes les pastilles, nettoyer la boîte pour qu’elle redevienne à peu près blanche avec des brosses à dents, et ensuite essuyer chaque pastille d’un coup expert de papier-ménage. On aurait dit qu’elle nous préparait pour l’armée!

Si jamais, j’ai pu aussi compléter la mienne. Une pastille était totalement vide (le bleu vert était lessivé). Figurez-vous qu’on peut simplement les commander en France chez le Géant des Beaux-Arts par exemple.

Et vous, avez-vous aussi une boîte de couleurs suisse qui dort dans la cave ou au galetas? Un stylo Caran d’Ache ou un autre objet suisse qui vous suit? Ou un dico d’expressions suisses que vous aimez feuilleter, peut-être avez-vous aussi ce Dico romand?

A lire aussi sur le blog:

En bonus: un jeu de poche addictif, Kompromat

Un jeu de poche suisse addictif, Kompromat

Kompromat, c’est un jeu pour deux que j’ai reçu un peu avant Noël des éditions Helvetiq – et qui a animé nos soirées d’hiver! Inspiré du blackjack, ce jeu de cartes où il faut s’approcher de 21 au maximum sans le dépasser, il est carrément addictif. Pour obtenir la carte en jeu, qui confère des points ou des pouvoirs spéciaux, les deux joueurs doivent poser leurs cartes les unes après les autres, sans les regarder à l’avance… Trop optimiste, on dépasse 21 et c’est perdu! Trop couard, on n’arrive pas à ses fins. C’est un jeu où la réflexion et le hasard se combinent. Et où il y a beaucoup de suspense! Addictif je vous dis.

J’alterne avec Papageno et Bandido, d’autres jeux de poche Helvetiq que j’adore.

Bon plan, si vous avez envie de les découvrir, en cliquant sur ce lien vous avez droit à un rabais de 10% sur tout le site d’Helvetiq (jeux ET livres) en tant que lecteurs fidèles du blog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *