Derborence, un classique suisse en roman graphique

Prenez un roman de l’auteur du terroir romand Ramuz et transformez-le en bande-dessinée… Cela donne un album aux pages magnifiques, avec des textes poétiques!

Le jeune auteur genevois Fabian Menor a adapté Derborence de Charles Ferdinand Ramuz dans un roman graphique. Ses dessins à l’encre nous immergent dans cette montagne qui gronde, à la fois sublime et si dangereuse.

Derborence se base sur un fait historique: en 1714, une partie d’une montagne s’écroule sur un alpage.

Le récit est avant tout une histoire d’hommes – et de femmes – qui font face à l’adversité avec courage. L’auteur s’attache à rendre les liens qui les unissent et à peindre les émotions en lavis d’encre.

J’ai aimé lire les mots de Ramuz, poétiques, tout comme les expressions régionales des dialogues en bulles.

Derborence, c’est une vallée en Valais francophone, pour ceux qui se posaient la question.

Ce roman graphique est paru chez Helvetiq, une maison d’édition de jeux et livres dont je vous parle souvent, comme c’est aussi mon éditeur. Bon plan: d’ailleurs, avec ce lien vous pouvez commander le roman graphique en bénéficiant d’un rabais d’ami de 10 %, valable sur tout le site ;) Service!

Adaptation en roman graphique de l'oeuvre de Charles Ferdinand Ramuz
Thérèse et le berger Antoine, jeunes mariés tristes d’être séparés par une saison à l’alpage
Bande dessinée: un auteur suisse à surveiller

Derborence, c’est l’histoire d’une montagne qui s’écroule sur un alpage. C’est aussi l’histoire de villageois endeuillés qui pensent voir un fantôme, d’un homme qui survit à l’insensé et en perd la raison, et d’une femme qui porte la vie et refuse de perdre espoir.

Déroulé tragique, personnages attachants et rude décor de montagne: le célèbre livre de Charles Ferdinand Ramuz se prête à l’illustration. 

Fabian Menor a choisi le pinceau et l’encre de Chine pour rendre visuellement l’atmosphère particulière de la haute montagne.

Le mot de l’éditeur


Mon avis sur le roman graphique suisse Derborence

Même au gymnase, je n’ai jamais lu ce roman de l’auteur vaudois Charles Ferdinand Ramuz, classique de la littérature suisse paru en 1934. Ce n’est d’ailleurs pas nécessaire de connaître l’oeuvre pour apprécier cette BD.

J’ai tourné les pages de Derborence avec émotion, totalement immergée dans le récit, lors d’une nuit d’insomnie (ambiance parfaite). Partagée entre le respect pour cette montagne, et la peur qu’elle peut susciter. 

Les illustrations de montagne sont puissantes, l’ambiance de tension bien rendue sous le pinceau de Fabian Menor, tout comme la force de caractère des personnages et les émotions. Après avoir tourné la dernière page, j’en voulais plus! 

Je me réjouis donc d’apprendre qu’il s’agit du premier tome d’un triptyque à paraître chez Helvetiq dans la «Collection Ramuz Graphique», qui verra deux autres adaptations littéraires de romans en planches, par d’autres dessinateurs.

Cette adaptation  m’a aussi donné envie de me plonger dans les livres de Charles Ferdinand Ramuz, dont je ne connais que quelques extraits. C’est un pont vers la littérature suisse!

Voir le roman graphique chez Helvetiq, également disponible en traduction allemande. Chouette, comme ça tout le canton du Valais peut en profiter ;)

Extrait de la BD Derborence


Et puis vous voudrez peut-être aussi voir par ici la première BD de Fabian Menor, le jeune auteur talentueux de 25 ans.

N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous avez lu du Ramuz, et quel roman vous a plu!
Ou si vous êtes déjà allés vous balader dans la vallée de Derborence en Valais.

→ Par là vous pouvez découvrir d’autres chouettes BDs en lien avec l’expatriation ou la Suisse sur le blog

→ Par ici vous promener en Valais avec moi sur le blog, dans une ambiance bien moins dramatique ;) ou alors venez grimper à l’alpage avec un troupeau de brebis!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.