SOS, j’ai pris l’accent français!

Publié le 4 novembre 2013 | Par kantutita | Expat en France, Langues & Francophonie

Accent francais en Suisse

Non, je ne vous ai pas trahis, amis suisses! Malgré mon accent français, je suis toujours des vôtres. Les lamentations d’une expat sur la perception des accents en Romandie. Un billet fleuve bourré d’anecdotes.

Depuis que je vis en France, je me trouve face à un furieux dilemme.

Dans l’Hexagone, où je passe quand même le plus clair de mon temps, c’est plutôt pratique de ne pas avoir d’accent trahissant mes origines suisses.

Si je ne sors pas de mot comme « stämpf » au milieu d’une phrase (c’est arrivé hier soir), je passe pour une autochtone. Une parfaite petite Française à l’accent pointu, ou plutôt sans accent perceptible par des oreilles de ce côté-ci de la frontière!

Comment pourraient-ils deviner que je viens d’ailleurs? Je parle parfaitement la langue locale!

Le problème, c’est lors de mes retours en Suisse.

J’ai honte d’ouvrir la bouche chez moi. Je n’arrive pas à adopter cette nouvelle posture de « On dirait que je suis étrangère, mais en fait je suis née ici les gars- haha ».

Cela touche ma vanité de neuchâteloise pure souche, nom de bleu! Dans ma tête, je me dis bêtement: « Argh, faut que je retrouve mon accent perdu! Les caissières vont me prendre pour une touriste française. »

Pourquoi est-ce que cela me dérange? Mais parce que je suis sensée rentrer chez moi, c’est mon canton, le coin où j’ai passé la majeure partie de ma vie, et je n’ai pas envie d’y être perçue comme une étrangère. Je suis très attachée à ma région d’origine. Bientôt quelqu’un va me demander si j’ai besoin d’aide pour trouver mon chemin! L’ANGOISSE!

Alors, je prends soin de glisser plein d’helvétismes dans mes phrases pour compenser. Je demande toujours un cornet à la caissière et je ponctue mes phrases de ou bien. Je prononce à haute et intelligible voix septante et nonante. Bien sûr, la plupart des Suisses ne tiquent pas sur ces helvétismes, qui sont la norme, alors mes efforts de réintégration sont perdus….

Vous pensez que c’est un caprice d’expat? Je vais tenter de vous expliquer le fond du problème, c’est-à-dire la perception des accents en Suisse romande.

Alors, peut-être, vous comprendrez mieux.

Gommer son accent: la quête du Graal

Comment j’ai perdu mon accent neuchâtelois au profit d’un accent romand standard, valorisé.

Cet accent neuchâtelois très prononcé, avec les R au fond de la gorge et les intonations qui font des montagnes suisses russes,  je l’ai fièrement arboré comme un pan de mon identité jusqu’à mes 20 ans.

Même les Neuchâtelois trouvaient que j’avais un certain accent, c’est dire.

Après, j’ai changé de colocation (c’est aussi con que ça) et perdu mon accent, car le hasard a voulu que je vive avec deux Français. Par mimétisme inconscient, j’ai peu à peu entendu mon accent évoluer vers…  un accent romand standard. C’est à dire un accent perçu comme suisse, mais peu prononcé, ce qui empêche vos locuteurs de vous attribuer un canton d’origine. Et attention, il y a évidemment une différence entre l’accent suisse standard, et l’accent français standard.

En réalité, j’avais juste gommé les pans les plus corrosifs de mon accent neuchâtelois: me voilà alors  « Sans Accent Particulier ».

Je me suis bêtement dit « Alléluia »! Il faut dire que l’accent standard en Romandie, comme en France d’ailleurs, est valorisé. Et comme à l’époque je bossais pour des médias, c’était un plus.

Les accents marqués passent mal à la radio suisse!

Une parenthèse sur les accents dans les médias

Dans les médias suisses-romands, les journalistes qui ont de trop forts accents régionaux suivent des cours avec un comédien pour gommer les spécificités de leur prononciation et intonations, et ainsi apprennent à domestiquer le merveilleux « accent standard ».

« Le problème » – m’avait-on expliqué – « C’est que si le présentateur du journal a un accent fribourgeois, les autres Romands vont se sentir exclus. » En gros, ils auront l’impression que c’est un étranger qui leur parle, pensez, un Fribourgeois! Quelle horreur!

J’ai d’autres exemples concrets ahurissants. Des téléspectateurs se permettent d’envoyer des lettres pour se plaindre des accents des journalistes à l’antenne. Dans deux médias différents, deux de mes collègues, des professionnels aguerris, ont ainsi été invités à suivre des cours d’accent. L’accent neuchâtelois de l’un, sur une chaîne de télé locale, était jugé trop marqué par certains téléspectateurs. Quand même, cela ne fait pas trop sérieux cet accent. Mais c’était pourtant l’accent du cru! L’autre, expatrié en Romandie, avait… une très légère pointe d’accent du Sud, perceptible sur un mot toutes les 5 minutes.  Résultat des courses, il arrive que des pros très bons dans leur domaine se voient attribuer des cours de prononciation… après 10 ans de métier. Sans blague!

C’est idiot, non? Pourtant… Le même phénomène existe en France. On n’entendra pas un accent du Sud présenter le 20H. Pourquoi? L’accent du Sud, cela fait penser aux vacances et aux cigales, mais ce n’est pas crédible pour présenter des news géopolitiques. À la rigueur, cela passe pour une émission de cuisine…

Je trouve ce rejet des accents régionaux complètement cong, pour ma part. Dans un pays comme dans l’autre. Si on entendait plus d’accents dans les médias (à condition qu’ils soient parfaitement intellligibles, of course), ils perdraient peu à peu cette connotation de (biffez selon vos désirs): pittoresque / campagnard / anti-intellectuel, etc. C’est aussi ça la diversité de nos pays, non?

Je crois même qu’un accent anglais est plus facilement toléré à la TV française qu’un accent régional. C’est dire…(Oui, je pense à Harold avec ses bretelles rouges, qui m’explique la géopolitique sur BFM TV)

L’accent français: mal perçu en Romandie

Oui, mon accent suisse standard a muté en un accent français, mais je n’ai pas renié mes racines, bordel!

Mon accent est un mutant. J’avais un accent suisse standard en arrivant en France, il y a 3 ans. Mon entourage français trouvait que j’avais peu d’accent. Par contre, autour de moi, c’était une symphonie d’accent du Sud à des degrés très variés. Il se trahit par des intonations spécifiques ou la prononciation de certaines voyelles, comme « rose » ou « faute » avec un O très ouvert. Aujourd’hui, cette mélodie ne surprend plus mon oreille, qui s’est habituée à ce standard. Des Français vivant en Rhône-Alpes, non loin de Genève, m’ont même dit. « Haha, tu es Suisse? Mais tu es en train de choper une pointe d’accent du Sud! » (Ah bon? Ici, je suis estampillée « sans accent ».)

À force de vivre dans l’Hexagone, je prononce beaucoup de e muets – alors qu’en tant que Neuchâteloise pure souche, je bouffais systématiquement la fin de mes mots auparavant. C’est grave docteur? Ben nan, c’est juste l’effet caméléon. Et si je pars au Québec, j’adopterai aussi l’accent local malgré moi (d’ailleurs cette perspective a l’air de beaucoup amuser ma petite soeur).

J’ai l’accent français – flûte alors!

J’aurais peut-être mieux fait de franchement attraper l’accent du sud (après tout, ce n’est pas une maladie). Il aurait été mieux perçu en Suisse ;) Car oui, à présent je prononce spontanément tout à la française (sauf le mot STAND bien sûr. Jamais je ne dirai ce D!!).

Et les gens qui ont un accent immuable et ne bougent pas de Romandie ne comprennent pas comment ce phénomène est possible!!!

Ils croient que je l’ai fait exprès!!!

pour les narguer peut-être!

Mais non, c’est involontaire!

Le problème, vous disais-je, c’est lorsque je reviens à Neuchâtel. Pourquoi? Ce que les lecteurs suisses savent – et que les Français naïfs ignorent sûrement (désolée pour la mauvaise nouvelle) c’est que l’accent français est mal perçu en Romandie.

Les Romands ne raffolent pas de l’accent franchouillard

Celui qui arbore un accent français dit en sous-texte sans le savoir ni le vouloir: je suis Français, je parle un meilleur français que vous* alors que vous, vous avez un accent de bouseux (nananère), je me prends sûrement un peu la tête parce que la France c’est mieux et en plus je suis un dragueur et je mange des escargots.

Et tous les clichés habituels associés aux Français dont nous avons déjà parlé.

Bien sûr, pas 100% des Romands ne penseront à cela, il y a heureusement des gens qui ont dépassé les clichés. Or les caricatures ont la vie dure, – je le sais, j’ai été Suisse je vous le rappelle, avant de changer d’accent.

Et pourquoi nous autres Romands nous n’adorons pas l’accent français ?

Cela est probablement dû à notre insécurité linguistique. Une idée reçue sur le français de France, c’est qu’il aurait plus de valeur que celui parlé en Suisse. Il représente une norme vécue comme oppressive, à la fois admirée et haïe. « Ces foutus Frouzes, ils croient qu’ils parlent mieux que nous… »

Le rapport à la langue des Suisses romands est donc ambivalent. À la fois, les accents et expressions régionales sont une fierté pour les locuteurs et à la fois ils sont un fardeau car ils les éloignent de cette norme valorisée. Cette étude de linguistique très intéressante l’explique en détail.

J’ai honte de mon accent français en Romandie

Chers lecteurs, vous comprenez que j’avais besoin de partager ma détresse avec vous. Si je pouvais reprendre l’accent neuchâtelois sur commande, je le ferai quand je reviens en Suisse afin de passer inaperçue dans mon propre lieu de naissance. Mais il me faudrait pour cela un séjour linguistique prolongé…

Actuellement, à chaque fois que j’ouvre la bouche, c’est comme si  je me promenais avec un drapeau français peint sur la tête!

Et à côté de moi, j’ai mon Français du Sud, Hugo, qui chope un accent valaisan après avoir passé la frontière suisse. Je passe mon temps à lui filer des coups de coude dans les côtes pour qu’il cesse ses singeries avant qu’un Romand n’imagine qu’il se fout de sa gueule – mais il prétend qu’il ne le fait pas exprès! Pourtant, il n’a jamais vécu au en Valais ou côtoyé ses habitants: c’est un effet secondaire du visionnages  des Valaisans dans l’Espace. (Si tu crains pas de choper l’accent du Valais, visionne donc les élucubrations de ces montagnards dans leur navette spatiale!)

Évidemment, les Neuchâtelois tiquent sur mon accent français, mais l’accent valaisan d’Hugo-le-Français-du-Sud passe totalement inaperçu. On est dans de beaux draps!

Florilège de remarques sur mon accent français

Quelqu’un m’a dit avec horreur:

« Mais tu as perdu ton accent neuchâtelois! C’est dommaaaage, c’est comme si tu perdais tes racines! »

C’était une connaissance au détour d’un bar, alors j’ai pas pris la peine de lui expliquer tout ce que je viens de vous dire. J’ai juste souri bêtement en disant « Mes racines sont dans mon cœur, pas dans ma façon de parler » (J’espère que vous avez la larme à l’œil)

Certains poussent le vice plus loin. « Ah oui, tu as l’accent hein, t’es bien intégrée… Et alors, tu vas demander la naturalisation? »

Oh la! Comme si parce que j’étais partie à la découverte de la France et en avait accidentellement pris l’accent  j’avais prévu d’y rester toute ma vie. Après juste 3 petites années dans le pays!

Ou une amie au bel accent neuchâtelois:

« Félicitations hein pour ton accent français,  il est super classe. »

Comme si c’était une nouvelle coiffure choisie intentionnellement :) Notez qu’au moins il y a des Romands qui trouvent que l’accent français fait classe.

La plupart de mes amis n’osent rien dire. Mais si j’évoque la question des accents, ils font « Ah ouais, c’est impressionnant ton accent français, hein, quand même, j’voulais le dire… » Certains sur un ton réprobateur, désabusé ou de la rigolade (mais en mode, tsss, tsss).

Ils disent, « t’as l’accent français » et certains pensent, « tu es passé à l’ennemi »ou « tu nous aimes plus ». Le pire, c’est que quand je m’écoute parler, mon nouvel accent m’énerve parfois! Je me dis : « Mais attends, pourquoi tu prononces tous ces e muets! »

Exemple avec la phrase précédente:

Maintenant je dis: « Le pir’, c’est que quand jE m’écoute parler, mon nouvel accent m’énervE parfois! »

Avant j’aurais dit: « L’ pir’, c’est qu’quand j’m’écoute parler, mon nouvel accent m’énerv’ parfois!

J’en parlais à une proche amie qui s’est aussi expatriée… de Neuchâtel vers la région genevoise, et nous avons pu partager nos expériences. C’est assez fou, mais elle ressent exactement le même trouble que moi en revenant voir les amis restés à Neuch. Cette vilaine a pris un accent du bout du Léman! La conclusion  » Et s’ils avaient l’esprit obtus, nos petits Romands? »

Bon, j’ai vidé mon sac, je me tais après ce pavé sur la vaste question des accents. J’ai un peu forcé le trait de la caricature car j’étais d’humeur agacée, mais le fond est bien là!

Et vous, comment percevez-vous les accents?

PS. Je remercie au passage ma famille, qui n’a jamais osé faire la moindre remarque  sur mon accent. Je vous aime!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer



Commenter avec Facebook (commentaires standards plus bas!)

Vous aimez le blog? Partagez cet article!

23 Responses to SOS, j’ai pris l’accent français!

  1. Yves Malinjod says:

    Excelleeeeeeeeeennnnnnt !
    Super. Bien écris, et vraiment marrant :-)
    Amitiés
    Yves Raclette :-)

  2. Julien says:

    Moi je pense que c’est beaucoup plus simple que ça et qu’on peut être de plusieurs endroits en même temps et s’en revendiquer, et tant pis pour celles et ceux qui ne comprennent pas.

    Par contre personne ne me fera jamais dire « Romandie ». ;-p

  3. JP says:

    Ah les accents… C’est tellement contagieux! Mais tu as de la chance, tu parles toujours la même langue! ><

  4. Lamart says:

    Hello,
    C’est marrant que tu trouves que l’accent du Sud ait des O ouverts, alors que justement un des traits caractéristiques de l’accent Neuchâtelois c’est d’avoir les O ouverts.
    Ma mère, Neuchâteloise d’origine, et ayant vécu à Genève pendant une quarantaine d’années, avait pratiquement pris l’ accent genevois, et les seuls reste de son origine venait des O ouverts qu’elle lâchait parfois.

  5. Nathalie says:

    Ralala, en te lisant, je me dis « que tu as raison » ! Et pourtant, bien que je sois française, je trouve le français de Romandie bien plus vrai, juste et français que notre fichu français qui devient du n’importe quoi à force d’accepter les inepties dites par les jeunes générations !
    Et personnellement, entendre le vrai accent suisse à la radio est pour moi une douce musique à mes oreilles !! J’ai beau avoir un accent certain même si pas trop prononcé (enfin, ça dépend pour qui en France), dès que je parle avec un Valaisan, par mimétisme j’ai le même accent (je pense qu’après 1 mois par là, j’aurais un sacré et solide accent, je comprends parfaitement que tu chopes l’accent du midi !). Et comme j’ai le vocabulaire en grande partie, on me demande plutôt de quel canton je suis et non si je suis française ! (Ht-Savoyarde hein :) )
    Je suis aussi bien d’accord avec toi que l’accent anglais passe bien mieux en France que les accents régionaux, ce qui est honteux !
    Et je te comprends parfaitement, ça me ferait vraiment mal de perdre mon accent, qui me ressemble, qui est moi ! Petite, la famille et les autres se moquaient de moi, maintenant j’en suis fière…
    En tout cas, bravo pour ton article, il est génial !!

    • Kantu says:

      Merci Nathalie d’avoir partagé tes impressions! On est d’accord que c’est une honte pour les accents régionaux qui sont méprisés :(
      Enfin – garde ton bel accent si tu peux :) et profite des accents suisses si tu leur trouves une douce musique – c’est flatteur pour nous :)

  6. heidi says:

    Je n’ai pas remarqué ton accent français, mais je ne reconnais pas les
    accents, à part le québécois que je ne comprends point.
    Mais, souviens-toi, à La Paz, on prolongeait gratuitement mon visa, parce
    que je parlais assez bien l’espagnol et on me félicitait, donc tu pourras
    peut-être profiter en Romandie avec ton joli accent.
    Bravo, l’article et maaaaaagnifique.

  7. Hubert le vert says:

    On a du bol, l’accent ne se reflète pas dans l’écriture alors on arrive à te comprendre, au fait maintenant il doit se mêler aux intonations japonaises, cela risque d’être plus compliqué…
    A bientôt j’espère avant que tu ne revienne avec le canadien, parce que là, il ne restera que l’écriture pour se comprendre
    Bisous de ton papounet.

  8. Kantu says:

    Merci à vous tous pour ces messages!

    @Laura Si ça peut te consoler, un interlocuteur dans un bar a aussi commencé à me trouver un accent allemand (en français donc) une fois que j’ai avoué être suisse – heu? hein? Comme quoi… cela peut être psychologique!

    @Lamart – Ah oui, les o ouverts de Neuchâtel (un vélo) sont une légende, en particulier ceux des Chaux-de-Fonniers :) Je laisse échapper des vélos souvent :)

    merci @mesparents qui me lisent je vois :)

  9. Marre Küss says:

    Bonjour tout le monde.

    Je suis tombé sur ce site par hasard et j’ai trouvé cet article très intéressant. Je suis un peu dans le même cas que toi, à la différence que… j’ai toujours vécu en Suisse. :D

    Je suis né en Suisse, j’ai grandi en Suisse et pourtant, j’ai un accent français. Je n’y avais jamais vraiment prêté attention, mais on m’a souvent pris pour un français. Même quand je vais en France, on me demande de quel département je suis. Mais je suis Suisse et fier de l’être, nom de bleu… :D

    Mais je pense que dans mon cas, l’explication est assez simple. La prof que j’avais en maternelle est française, du coup j’ai très vite adopté un accent français qui ne m’a pas lâché, malgré le fait que mon entourage soit suisse.

    Personnellement, ça ne me dérange pas. On me prend parfois pour un français, mais personne n’a été désagréable avec moi. Comme tu l’as si bien dit, “Mes racines sont dans mon cœur, pas dans ma façon de parler”.

    Petit HS : à part l’accent, j’ai aussi une autre caractéristique française en moi. Quand je stationne ma voiture et que je coupe le moteur, j’ai tendance à passer le point mort (une habitude très française :D ), alors qu’en Suisse, on a plutôt tendance à laisser la 1ère vitesse enclenchée.

    Voilà, désolé pour ce long pavé et merci pour cet article. :)

  10. Sandrine BODET says:

    Bonjour, et merci pour ce post ;)

    Pour nous tout pareil , notre famille s’est expatriée en Suisse et les 2 enfants qui ont pris très vite l’accent Suisse Romand à force de conversations avec les copains à l’école (Suisse). Moi aussi certains de mes mots se terminent avec l’accent. Je pense que ça s’appelle le mimétisme et l’intégration, et je ne trouve pas que ce soit honteux malgré les moqueries de nos proches. Mais je crois que le pire c’est le vocabulaire qui choque nos amis alors on cherche à se réadapter quand on retourne en France ;)
    Courage pour votre contrariété. Pour nous ce n’est pas si grave car en France je sais qu’on aime bien les différences d’accent généralement, ça diverti et ça nous fait prendre conscience qu’on partage avec quelqu’un qui a des choses à nous apprendre. J’aime rencontrer les gens du nord, du sud, de Bretagne, de l’Alsace, du Québec de la suisse, de la Guyane, de la Nouvelle Calédonie, de Maurice ou de la Réunion … on est riche après toutes ces rencontres, tous ces partages (bien sur aussi avec tous les autres pays non Francophones aussi ;).

    J’ai lu votre article sur le Québecquois écrivain, et je dois dire que j’ai eu un collègue Québecquois durant 4 ans (il s’est marié avec une amie Française) et la langue fut un sujet d’échange plutôt intéressant, mais aussi l’aspect culinaire … moi j’aime ça , tous ces échanges qui nous enrichissent et qui nous sortent de chez nous, nos petites habitudes et nos petits principes.

    Bonne continuation à vous,

    Sandrine

    • Kantu says:

      Bonjour Sandrine, je partage tout à fait votre point de vue :) J’adore ces différences d’accent et de vocabulaire, quelle richesse a notre belle langue française! C’est amusant comme les enfants s’adaptent encore plus vite que nous, adultes. Bien du plaisir avec vos nouveaux mots suisses :)

      Ps. Pour mes contrariétés, j’ai réussi à passer par-dessus à présent :)) Vider mon sac sur le blog m’y a aidé!

  11. Alistouille says:

    Je tombe sur cet article maintenant,
    mais moi qui vis depuis septembre 2010 à côté de Marseille, c’est pareil…

    Mais le changement a commencé quand je suis partie travailler en Angleterre comme fille au pair pendant 6 mois. À force de parler anglais – français, j’avais perdu mon accent… et je parlais même des fois avec l’accent anglais de là-bas !

    Puis j’suis venue dans le sud, et là… bah j’ai pris des expressions du sud. J’ai même une pointe d’accent.
    Et comme toi quand je reviens en Suisse voir ma famille, j’arrive plus à parler avec mon accent d’origine… Et le pire c’est que quand j’essaie de le faire revenir, j’ai l’impression de « singer » mon accent ! ><

    Courage !

    • Kantu says:

      Merci pour ton témoignage entre l’Angleterre et Marseille.
      Mais pareil! J’ai l’impression que quand je reprends légèrement l’accent neuchâtelois, il sonne faux!
      Misère… courage à toi aussi ;)

  12. Min says:

    Hi hi hi, la première chose que je t’ai dit quand je suis passé te voir à Montpellier c’est quelque chose comme: oula mais tu as vraiment l’accent français!! Mais je compatis tout de même avec toi car on me parle de mon accent au moins une fois par semaine (le plus souvent on me croit suisse-allemande ou québécoise alors que tu sais bien que je suis vaudoise nom d’un carac!) :-D à tout bientôt, on fera une salade d’accent divers et varié à nous quatre ;-)

  13. Choubard says:

    Et moi Française expatriée en suisse je commence a avoir l’accent et les expressions suisse!!!… Moi aussi ça m’ennerve. Les bourguignons se moquent et parfois ce sont meme les locaux tant c’est prononcé…( je prends des cours a l’univavec des valaisans…)

  14. Mithrowen says:

    Franchement, personnellement cela me parait impossible de ne pas prendre l’accent du coin. Je suis du Jura bernois à la base, un accent bien caractéristique avec des « r » qui râpent, une prononciation un peu nasillarde sur les sons « en » « on » « an ». Ensuite, j’ai fait mes études à Lausanne et mon accent à très rapidement changé. Pour deux raisons, je pense. D’abord, parce que la majorité des gens autour de toi parle d’une autre manière alors involontairement tu t’adaptes et deuxièmement, parce que les accents « ça fait pas sérieux », alors quand tu dois faire des présentations parler en public, tu contrôles ta façon de parler. Puis, tombée amoureuse d’un chaux-de-fonnier, je m’y suis installée et maintenant on peut qualifier mon accent de très neutre. Les gens n’arrivent plus à identifier rapidement d’où je viens que ce soit en Suisse, ou à l’étranger. Après j’imagine que je dois commencer à prendre un accent et des « mots » neuchâtelois, mais je ne m’en rend pas compte et on ne m’en fait pas la remarque. Par contre, petite chose rigolote, à chaque fois que je dois parler en public j’ai une pointe d’accent vaudois, un drôle de réflexe qui doit me rester de l’université.

  15. K. says:

    Ah les accents…
    QUand j’étais petite, j’avais l’accent de ma mère (en un peu atténué), un accent de Haute-Loire… donc plus au sud que le département où nous vivions. Quelques remarques de copains d’école, parfois: « tu as l’accent du midi » (pourtant nous en étions bien loin). Impossible d’arrêter de faire des o ouverts et des é plutôt que des è pour plein de mots (ce qui pose problème si je dit « l’oiseau est sur le saule » une partie des francophones faisant une distinction entre le saule et le sol me comprend de travers).
    Mais rien de bien gênant. Puis j’ai bossé à l’étranger. En anglais, j’ai un « joli accent français » il paraît (mais je m’en sors, et apparemment pas trop risiblement) et pareil en allemand (mais en mieux, car les allemands adorent… puis l’accueil dans le petit coin rural d’Allemagne où j’étais était super).
    Puis j’arrive en Suisse, pour bosser. Ceci avec la même volonté d’intégration qu’en Allemagne. Sauf que, face à mon accent français, j’ai eu droit à des trucs bien désagréables (depuis la caissière qui fait une petite remarque en passant, juste pour bien te faire sentir que tu n’es pas d’ici, jusqu’au personnes encore plus racistes qui te font des réflexions blessantes comme quoi tu viens voler le boulot des suisses, youpi…).
    Donc j’ai rapidement forcé mon accent pour les r qui raclent, les expressions suisses (normalement, à l’étranger, j’essaie de m’intégrer et adopter les coutumes, mais de là à essayer de faire semblant d’être du coin…), et on m’a fichu la paix (tant qu’on ne connaissait pas autrement ma nationalité).
    Pour mes retours en France, j’ai eu affaire à des petites réflexions amusées (les mêmes que quand j’étais en Allemagne et commençais à prendre l’accent et faire des germanismes), mais rien de bien gênant. Mon ami neuchâtellois m’a suivi, et ça me faire marrer de voir qu’il s’entête à parler comme en Suisse et râle quand on lui explique que l’on ne l’a pas compris et que ça ne se dit pas en France, alors qu’il me faisait sans arrêt la morale en Suisse pour me dire que je n’avais rien à critiquer, que je n’étais pas chez moi et que je devais m’adapter et faire comme les suisses pour tout, sinon je n’avais qu’à m’en prendre à moi-même.
    Comme bien expliqué, il y a certainement une bonne part de crispation de se sentir menacé ou snobé, ainsi que d’un chauvinisme qui n’a rien à envier à celui tant reproché aux français (malheureusement à raison).
    C’est dommage, car la diversité des parlers et des accents une richesse.
    K

  16. Yves-Luc says:

    Bien écrit ! Je me retrouve aussi dans ce que tu as écrit.

    Expat dans le sud, pas loin de Marseille depuis 10 ans, je m’entends maintenant parler un peu comme « eux » et j’avoue que ça fait bizarre..
    Et quand je reviens voir ma famille en Suisse, je remarque à quel point les gens en suisse-romande ont l’accent ! Et comme toi, je me sens aussi « étranger ». Impression curieuse et pas forcément très plaisante..
    Maintenant, je m’efforce à ce que mes 2 gamins ne prennent pas trop l’accent de Marseille, en leur expliquant qu’on ne dit pas « paingue » pour le pain…

    Et ça me fend le cœur de leur apprendre à compter avec ces noms barbare de quatre-vingt-dix… mais malheureusement bien obligé, sinon, ils ne vont rien comprendre à l’école. Je ne peux pas m’empêcher de leur glisse un nonante de temps en temps !

    Bravo pour ce site que je viens de découvrir en lisant le magasine de Swiss Community !

    • kantutita says:

      Bonjour Yves-Luc, et bienvenue sur Yapaslefeuaulac! Merci beaucoup pour ton gentil mot.
      Excellent, je vois que je ne suis pas la seule à vivre cette sensation autour des accents…
      C’est trop mignon les pitchouns avé l’acceng du sud mais… c’est vrai que cela ne passe pas inaperçu en Suisse haha. Et ça doit faire bizarre quand ce sont tes propres enfants !!
      J’espère que tu leurs apprendras à compter en bilingue une fois qu’ils maîtriseront bien les calculs…
      Belle fin de journée, et n’hésite pas à raconter d’autres anecdotes sur le blog! J’adore lire les mésaventures d’autres Suisses en France – et vice versa ;)

  17. Maelle says:

    Bonjour,
    Je me reconnais bien dans l’article car je suis très complexée par mon accent! J’ai vécu en France jusqu’à mes 11 ans et avec mes parents nous avons immigré au Québec, où je vis depuis 12 ans. Quand je suis arrivée au Québec, j’ai eu ce réflexe de vouloir tout de suite changer mon accent français pour prendre celui québécois. J’y suis très bien arrivée et très rapidement, sauf que en rentrant à la maison le soir, je me forçais pour reprendre l’accent français avec mes parents et mes frères et soeurs, ce qui a commencé à créer des situations complexes. Je modifiais mon accent et mes expressions toujours en fonction de ceux de la personne en face de moi et quand je me trouvais en présence à la fois de Français ET de Québécois, je n’ouvrais tout simplement plus la bouche… De là j’ai commencé à me créer des  »problèmes » de communication alors que je n’en avais absolument pas avant mon déménagement. Maintenant j’ai 23 ans et c’est toujours la même situation. À 11 ans j’ai voulu m’adapter à tout le monde et j’ai l’impression d’avoir perdu une part de personnalité, d’autant plus que maintenant, je ne sais plus quelle est ma véritable façon de parler. Je pense quand même que c’est l’accent français qui est le plus naturel chez moi, mais je ne me vois pas reparler avec cet accent avec des gens qui m’ont toujours entendu parler québécois! Quelqu’un a-t-il déjà vécu cela ?
    C’est le premier article que je vois traitant du sujet, merci :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *