Bale rhin suisse

Retour en Suisse: Une balade dans le vieux Bâle

Publié le 25 octobre 2013 | Par kantutita | Bienvenue en Suisse, Expat en France, Voyage, Voyager en Suisse

Bale rhin suisse

Journal d’un Retour en Suisse, part 3/4. Un recueil d’anecdotes helvétiques, inspirées par un bref séjour en Suisse entre Lausanne, Bâle et Neuchâtel.

Il y a deux semaines, je suis arrivée sur le sol suisse pour passer 5 jours entre trois villes. Je vous retrace le parcours en incluant des anecdotes et des observations sur mon pays. Cette série de billets est pensée comme une occasion pour les lecteurs français de découvrir des facettes de la Romandie …même si aujourd’hui nous faisons un saut en Suisse-allemande , dans la jolie ville de Bâle.

 Le sommaire du mini road-trip

Étape 1: Arrivée à Lausanne dans la douleur (à cause des bouchons)

Étape 2: Sur la route vers Bâle-Basel (avec en bonus les noms bilingues de localités suisses)

Étape 3: Visite du vieux Bâle et une balade à la campagne dans un décor digne des Teletubbies

Étape 4: Neuchâtel

Samedi 12 octobre

Bâle, une ville au fil du Rhin

16H – Nous arrivons à Bâle où Laurène du blog Carnet d’Escapades nous attend, comme je vous l’expliquais dans l’épisode précédent. Installée dans la jolie ville suisse-allemande, elle joue les guides pour nous faire découvrir ses monuments et vieilles rues… Verdict? Magnifique !

C’est quand même le comble : une expatriée française me fait découvrir les charmes d’une destination suisse – dont je ne connaissais que les musées, l’aéroport et les rives du Rhin.

Balade à Bâle dans la vieille ville

 Quelques unes des jolies façades de la vieille-ville de Bâle, fort nombreuses!

Bâle, Suisse

Bâle, ville suissebale-colombage

Nous passons devant une fontaine remplie des curieuses sculptures animées de Tinguely, le fameux artiste suisse. Un musée lui est dédié à Bâle.

fontaine-tinguely

Bale hotel de villePicMonkey CollagePar chance il ne pleut pas, mais le ciel est gris et la nuit tombe rapidement… Après avoir parcouru de jolies rues, nous nous plantons devant le surprenant hôtel-de-ville rouge. Heu, a-t-on changé de pays? Son architecture est hallucinante, avec ses tourelles dorées et ses couleurs improbables. Il est aussi beau au-dehors que dedans: les murs de la cour intérieure sont recouverts de peintures murales  (wouaaaaah). Le clou de la visite, assurément!

Leçon de blasons : chaque canton (et commune d’ailleurs) possède son blason: vous voyez ici celui de Bâle, une crosse d’évêque noire sur fond blanc. Cherchez-le sur l’Hôtel de ville ci-contre!

Laurène nous mène ensuite par diverses ruelles jusqu’à la cathédrale. Une belle vue sur le Rhin nous attend de là-haut (photo en haut du billet). Il semblerait que ce soit le spot préféré par tous les touristes chinois pour se faire photographier!

En tant que touriste en Suisse (pour une fois!) je ne veux pas déroger à cette coutume. Me voici donc avec ma chère guide et collègue blogueuse Laurène (la grande à droite) :)

De là haut, nous DSC_2130observons pensivement la troisième ville de Suisse, avec ses usines de pharmaceutique et le fleuve qui la traverse. D’après Laurène, les habitants adorent se baigner dans le Rhin durant l’été, et se laissent dériver par le courant – leurs affaires rangée dans un sac hermétique faisant office de bouée! Incroyable non?

En prime, je découvre les sacs poubelle taxés de Bâle, dans la rue – clin d’oeil aux sacs de Lausanne du premier épisode de ce Retour en Suisse –  et je vois pour la première fois en vrai du guerilla knitting, autour d’un poteau! C’est un acte de street art étonnant, qui consiste à tricoter autour du mobilier urbain. J’ai aussi vu quelques Space Invaders à Lausanne les jours précédents… Oui, oui, même s’il n’y en a pas autant qu’à Montpellier, l’artiste Invader est passé par Lausanne!

 La cathédrale de Bâle

Cathédrale de Bâle

Un souper en Alsace, à 10 minutes de Bâle

20h – Ensuite, nous rentrons boire un thé, et c’est déjà l’heure du souper: direction l’Alsace… après tout, il suffit de quelques minutes pour traverser la frontière et arriver à Saint-Louis! Nous passons la douane à un pont désert, et nous voilà en France.  Nos hôtes, Laurène et son copain Olivier, nous font découvrir un restau typiquement alsacien, avec les serveurs en costume folklorique : « La Diligence ».

Très originale, je commande une délicieuse Flammenkueche bien sûr ! Comme nous sommes près de la frontière, les serveurs tentent de nous vendre de l’eau en bouteille – nous prenant probablement pour des Suisses non-initiés aux coutumes françaises. (Je suppute que c’est l’influence de la Suisse toute proche, car à Montpellier, il est courant que les serveurs déposent spontanément une carafe d’eau gratuite sur les tables.) Pour demander de « l’eau du robinet » au restau en France, on utilise l’expression limpide « une carafe d’eau svp». C’est ce que demande Laurène. Et là, le serveur alsacien en costard rouge, vaguement déçu répond « De l’eau municipale, d’accord .» L’expression nous amuse beaucoup!

… un serveur suisse aurait probablement répondu « De l’eau du robinet ? Vous pouvez en avoir seulement si vous commandez d’abord une boisson payante. » Les usages sont bien différents selon la table à laquelle on s’asseye !

Après cette chouette soirée, nous nous apprêtons à faire de beaux rêves… car demain on part marcher dans la campagne bâloise!

Dimanche 13 octobre

Marche dans la campagne bâloise

Alors là, on est à nouveau gâtés! Ce sont deux as de randonnée, deux Zurichois aux mollets musclés qui ont préparé un petit itinéraire à travers la forêt et la campagne bâloise, aux alentours de Rheinfelden: la blogueuse Lisa aus Paris et son copain suisse-allemand! Le trajet total fait 6 heures, mais j’ai prudemment prévu de participer à la moitié de l’équipée…

10H – Nous nous retrouvons à la gare et partons gaiement à travers bois. J’ai emporté une polaire et un pull en poils de lama, un bonnet, des gants et une écharpe pour être sûre de ne pas prendre froid. Lisa est une vraie de vraie! Son dicton « Et que fait-on s’il pleut un jour de randonnée? Eh bien on se mouille, on n’est pas en sucre! » Cette graphiste parisienne vit à Zürich pour l’amour d’un Suisse-allemand… et elle adore la ville.

On forme une joyeuse troupe en tout cas! En plus le soleil est de la partie, ce qui me rassure, étant une vraie poule mouillée.

13H – Pique-nique en extérieur en haut du Sonnenberg, devant la tour au sommet de ce mont. Au chaud sous ma polaire, je déguste du pain tessinois (my favourite) et du gruyère. Pour le dessert, Laurène a apporté ses chocolats suisses préférés, de la fabrique Läderach! Une tuerie. (Je ne connaissais pas, à nouveau c’est le comble…) Pendant qu’on y est, on rentre dans la buvette qui sert de nombreux cervelas, afin de boire un thé chaud  –  hyper-sympa! L’accueil est très chaleureux, comparé aux spots touristiques des Alpes.

En cours de route, les paysages qui défilent sous nos yeux sont jolis! En plus sous le soleil, l’herbe de la campagne bâloise a la même couleur que celle du pays des Teletubbies. Voyez-vous même.

Campagne bâloise

Campagne bâloise

Campagne bâloise

Campagne bâloise
Campagne Bâloise

Après cette petite marche par monts et par vaux dans la campagne bâloise, on reprend le bus à Buus – et non, cela ne s’invente pas.

Nous disons au revoir à Lisa et son Zurichois qui poursuivent leur route – peut-être même sont-ils rentrés à pied à Zurich, courageux comme ils sont. (ceci est une blague- je ne veux point troubler vos repères géographiques) et nous remercions Laurène pour son super accueil – en espérant la revoir bientôt à l’occasion!

Mais notre road-trip suisse n’est pas terminé et nous reprenons le volant… direction my hometown, Neuchâteeeeeeeeeel!

Dernier et quatrième épisode à lire ici!

11 Responses to Retour en Suisse: Une balade dans le vieux Bâle

  1. Monique says:

    Bravo pour tes jolies photos, quel plaisir de redécouvrir mon pays ainsi, merci
    f

  2. JP says:

    De Bâle je ne connais pas grand-chose d’autre que la gare. Mais j’ai quand même une fois fait un (rapide) tour dans la ville!… il y a 7 ans ><'. Un jour il faudra que j'y retourne quand même, c'est pas si loin que ça de chez moi.
    Par contre, j'ai quand même une préférence pour le vert de la campagne Appenzelloise! Et on peut y faire de magnifiques randonnées!

    • Kantu says:

      Oh! Eh bien tu vois que cela vaut la peine de marcher le nez en l’air dans la vieille-ville! Il faut t’agender une journée à Bâle… Pour la campagne, je crois que le même paysage se déroule dans beaucoup d’endroits en Suisse… Et l’Appenzell a la réputation d’être plus sauvage… (mais je crois que c’est à cause de ses habitants. Un Zurichois me jurait que son voisin appenzellois avait bouffé son chat… Je ne l’ai jamais vraiment cru mais…)

      • JP says:

        C’est vrai que l’Appenzell fait plus sauvage. Moins peuplé, avec des vallées plus profondes et les montagnes des péalpes au-dessus (Säntis et compagnie)… C’est vraiment magnifique! Bien sûr chaque région de Suisse a son charme, mais ce que j’aime de l’Appenzell c’est que c’est moins connu que certains autres coins surpeuplés de touristes. Et comme c’est à côté de chez moi, c’est un incontournable pour mes invités, qui en reviennent toujours ravis! D’ailleurs si tu veux y faire un tour un jour, fais-moi signe, plus on est de fous plus on ris!^^
        Niveau habitants je n’en connait pas personnellement, mais j’ai en effet entendu qu’ils étaient particulièrement « traditionnalistes » et que c’était une des régions avec une consommation (en quantité somme toute anecdotique) de chiens et chats. Mais ils mangent aussi de très bonnes choses! Tu as souvent parlé des délicieux Biberlis, il y a aussi bien sûr le fromage Appenzeller et moins connu mais très bon, le Mostbröckli!

  3. Lucile says:

    Très mignon tout ça, de la Suisse je ne connais que Lausanne mais ça me donne envie d’explorer un peu plus…

  4. Karina says:

    Hello! Bravo pour le récit de tes escapades! Je pars justement à la découverte de Bâle pour quelques jours. Je me demandais si tu avais le détail ou des références au sujet de votre balade dans la campagne bâloise: je n’aurai pas de guide pour ma part.

    • Kantu says:

      Pour cette balade, le mieux est de se munir d’une carte du coin. Après être descendus à la gare de Rheinfelden, il faut marcher quelques minutes avant de bifurquer dans la forêt. Tu dois viser le Sonneberg!

      Sinon, tu peux prendre la balade à l’envers en suivant ces indications plus précises: http://www.wanderland.ch/fr/itineraires/route-0508.html Bon, celle-ci dure 4h, mais tu peux peut-être la prendre en chemin. Bonne marche en tout cas! J’espère que vous verrez de la neige sans qu’il ne fasse trop froid… :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *