Combats de moutarde suisse et française

La moutarde suisse me monte au nez…

Publié le 21 mai 2015 | Par kantutita | Expat en France, Gastronomie française, populaire, Spécialités suisses

Il y a des différences culturelles entre la Suisse et la France qu’on observe de loin… et il y a celles qui touchent un expat dans sa vie de tous les jours! Parmi mes grandes difficultés d’adaptation dans l’Hexagone, il y a le problème de la moutarde.

Si, si, la moutarde.

Parce que ce qu’on considère comme LA moutarde, ou plutôt comme la « vraie » moutarde n’est pas de la même espèce des deux côtés de la frontière.

La moutarde, version suisse

En Suisse, il s’agit d’une pâte jaune foncée, qu’on sort d’un tube en le pressant  (les Suisses adorent mettre des trucs en tube, de la mayo au pâté en passant par le saumon, la preuve ici) ou qu’on puise à la petite cuillère au fond d’un bocal au couvercle bleu dans sa cuisine. Son goût est inénarrable doux et vinaigré. Je la mangeais en cachette à la cuillère quand j’étais gamine. Et on avait toujours des mini-tubes de moutarde à emporter pour les pique-niques, pour rehausser le goût de notre cervelas.

La moutarde, version française

En France, ce qu’on considère comme la moutarde standard est en revanche jaune pâle, et a pour spécificité un goût piquant! On la trouve principalement en pot, mais j’ai découvert qu’il en existe tout de même en tube chez certaines marques! Elle est nommée « moutarde de Dijon » en Suisse, et considérée comme une moutarde spéciale, appréciée mais certainement pas utilisée dans toutes les sauces. Un peu comme les moutardes à l’ancienne, elle ne fait pas office de standard.

La moutarde standard varie des deux côtés de la frontière!

Moutarde suisse vs moutarde française

Par exemple, si vous achetez un sandwich jambon-beurre-moutarde en Suisse…

Si vous préparez une sauce à salade…

Si vous demandez une saucisse sur un stand…

Si vous mangez une choucroute…

Ils seront généralement servis /mangés avec de la moutarde « suisse ». En France, par contre, vous êtes bons pour sentir votre langue vous picoter et comprendre que c’est la moutarde dite de Dijon qui a les bonnes grâces du peuple et a été insérée à votre insu dans votre plat.

Argh! Au début, cela a été très frustrant pour moi car je détestais la moutarde de Dijon autant que j’adorais « ma » moutarde natale. Du coup, l’adjonction de cet élément dans tout sandwich ou mignardise d’apéritif me faisait l’effet d’une mauvaise surprise. (Ce que mon Français trouve aberrant vu que j’adore le wasabi.) Aujourd’hui, je ne sursaute plus si je sens cette saveur, mais ce n’est toujours pas l’option que je préfère au moment d’accompagner une grillade.

Du coup, j’ai toujours un stock de 2-3 pots de Thomy* dans le placard, pour faire concurrence à la moutarde française. Elle figure tout en haut de ma liste de commissions à faire à chaque retour au pays!

*Pour les Français: C’est une marque de moutarde emblématique en Suisse ;)

Trouver de la moutarde « suisse » en France?

Donc, si j’achète ma moutarde en Suisse, c’est parce que je n’ai pas trouvé l’équivalent dans mon gigasupermarché de l’Hexagone. Au rayon dédié aux sauces, il y a un vaste choix de moutardes de Dijon de diverses marques, mais pas de trace de moutarde jaune. Des Français qui ont goûté à ma moutarde ont dit « Oh, mais en fait cela a le goût d’une moutarde premier prix! » Je ne sais pas trop comment il faut interpréter cela mais bon… On m’a soufflé d’essayer la Savora (?), mais depuis 5 ans que je suis à Montpellier, je gère bien mon stock et pas eu besoin de trouver de remplaçant à mon bocal bleu chéri!

Edit lorrain: Depuis que je vis à Nancy et que je me balade beaucoup en Alsace, j’ai découvert la moutarde d’Alsace douce, qui y ressemble beaucoup!

D’ailleurs, cela s’applique aussi à la mayo, car je trouve que la mayonnaise française à un goût de moutarde de Dijon…

Et au Québec?

Eh bien les Québécois mangent à tous les râteliers! Là-bas, selon mes observations, la moutarde standard servie dans les hot-dogs et burgers est aussi la moutarde jaune, comme en Suisse et aux States d’ailleurs (alléluia! L’Amérique avec nous). Par contre, une amie québécoise m’a dit que la moutarde française était aussi appréciée, mais réservée à d’autres usages. En gros, la tendance serait-elle d’avoir les deux moutardes au frigo au Québec? À vous de nous éclairer sur cette question culturelle cruciale dans les commentaires.

Problème de lexique et d’ethnocentrisme autour de la moutarde

Eh bien justement, pour la santé de mon ménage, nous avons les deux moutardes qui dorment bien au chaud frais au réfrigérateur. Et on se dispute sans cesse à cause de quiproquos provoqués par le fait que quand je dis « la moutarde », je pense en fait à « ma moutarde », et que mon mec, quand il parle de moutarde, il parle de la moutarde des Français.

Je ne sais pas si linguistiquement parlant on peut alors dire que moutarde devient un déictique – tout comme ‘moi’, ‘ici’, ‘maintenant’ etc, mais ça se pourrait bien.

Nous avons donc adopté le code suivant: nous les appelons officiellement « la moutarde suisse » et « la moutarde française » (que j’appelle moi toujours « moutarde de Dijon »). On fait une fois sur deux une sauce à salade avec la version jaune / puis avec celle de Dijon. Et j’ai le droit d’emmener ma moutarde dans mon sac à main lorsqu’on fait un barbeuk chez des amis, na!

Voilà pour mes tribulations avec la moutarde de l’autre côté de la frontière. Et j’avoue avoir un peu craqué pour les illustrations. J’ai organisé un combat de catch de moutardes dans ma cuisine. Mais tout va bien dans ma tête sinon, je vous rassure.

Et dites-nous tout! Dans votre frigo, vous avez quoi comme moutarde? Et pour les expats de l’autre bout du monde, quel est le standard chez vous?

30 Responses to La moutarde suisse me monte au nez…

  1. Cynthia says:

    Dans ma famille au Québec on a souvent les deux moutardes dans le frigo. La moutarde jaune est considérée comme standard et celle de Dijon un peu plus gourmande.

  2. foxntoast says:

    Haha c’est super, c’est vrai que pour moi la vraie moutarde c’est la moutarde de dijon, ou mieux encore, celle à l’ancienne avec des grains haha. Quand je suis partie 6 mois en Ecosse, c’est d’ailleurs la première chose que j’ai acheté et j’étais surprise de voir que dans les épiceries là bas il n’y avait que de la Maille bien française. Et c’est vrai que la Savora est beaucoup moins forte que la moutarde de Dijon, et la couleur beaucoup plus jaune haha

    • Kantu says:

      Ils ont de la Maille seulement en Ecosse? Pas de moutarde jaune? :) Ouf, tu as pu trouver ton bonheur alors. Il faudra que je goûte un jour cette mystérieuse Savora…

  3. Diane Mars says:

    Moi, j’en ai plusieurs ! La « gros grains » (à l’ancienne, donc) pour la sauce à salade, la « Thomy » pour les autres sauces et mayonnaises et la « Dijon », en version forte pour les saucisses, SAUF les cervelas, que je mange avec de la Thomy, lol !

  4. Pikatchoune says:

    Bien que Suissesse, je ne jure que par la moutarde de Dijon. La confiture Tommy, très peu pour moi.

    Ceci dit, ma préférée et mon péché mignon, mais qui coûte un bras [ATTENTION, publicité à venir], c’est la moutarde à la bière de BFM [Fin de l’insert publicitaire]. Ce truc est une tuerie qui se mange en tartine avec rien d’autre. Ou même à la cuiller. Plus piquante que la moutarde suisse, mais moins que celle de Dijon, elle développe une palette de saveurs incomparable. A ne pas manquer !

    • Kantu says:

      Une Suissesse qui boude Thommy pour de la moutarde de Dijon! Traîtresse ;)
      Oh!! Je ne savais pas que la BFM faisait aussi des moutardes! T’es très douée en pub, ça donne envie de la goûter haha.

      • JiPeKa says:

        Faudra que tu fasses attention quand tu fais quèlkchos sur ton clavier de ne pas avoir l’index de droite qui dérupe sur le « m » en écrivant Thomy qui se contentera d’une seule action.
        Mais j’te dis ça pour rigoler, juste pour éviter que le doublement du « m » ne rende furieuse la suissesse traîtresse qui boude notre chère moutarde dont je fais largement provision en version tube chaque fois que je passe au pays.
        Encore plus grave, j’achète un stock de saucisses de veau que je congèle juste pour avoir le plaisir de les déguster avec de la Thomy.
        Salut et à une prochaine.
        Jean-Pierre du Lot et Garonne

  5. Koalisa says:

    La moutarde anglais est assez sucrée aussi mais j’aime bien la moutarde de Dijon quand même ! Il y a aussi les cornichons français et américains qui n’ont pas du tout le même goût…

  6. Cédric says:

    Est-ce que le « condiment Amora » (qu’on trouve dans tous les magasins français) se rapprocherait de la moutarde suisse ?
    Je sais, les puristes de la moutarde de Dijon vont crier au scandale, mais moi j’aime ce produit, beaucoup moins agressif et piquant que la moutarde « française ». Et pour les sauces salade, c’est un délice !

    • Kantu says:

      Hihi, comme quoi il y a des Suisses qui préfèrent la moutarde de Dijon et vice versa!
      Je ne connais pas du tout le « Condiment Amora », peut-être une piste à explorer … Je te redirai si cela ressemble à de la moutarde suisse si j’ai l’occasion d’en goûter!

    • Alexandre says:

      Oui c’est à peu près équivalent. C’est une moutarde « douce » comme on en trouve en Suisse ou en Allemagne.

  7. bécassine says:

    effectivement c’est culturel! je ne suis pas fan de la  » thomy » et trouve étrange que l’on mette des denrées alimentaires dans des tubes. Pour moi le tube est connoté dentifrice et produit de soin….
    Si je peux me permettre The moutarde est la moutarde artisanale de Beaune celle de chez Edmond Fallot

    bravo pour ce blog très amusant

  8. Karine says:

    Ah mon dieu tu viens de me rappeler de mauvais souvenirs culinaires en suisse… Le beurre moutarde! La vache que j’ai maudit les gens qui mettaient ce truc dans 99% des sandwichs!
    Je confirme la moutarde est un enorme probleme d’expat! J’adore la moutarde (francaise) et c’est effectivement irremplacable par de la moutarde suisse ou us!

    • Kantu says:

      Mmmh… moi j’adore les sandwichs au jambon avec du beurre ET de la moutarde. Sans l’un ou l’autre mon plaisir et à moitié gâché.
      Mais c’est vrai que quand je bossais dans un supermarché et que je préparais des sandwichs, on avait un immense pot d’une substance à étaler qui faisait à la fois beurre et moutarde pour gagner du temps! Son goût ne m’avait pas choqué, mais c’est vrai que c’est assez particulier!

  9. maryse says:

    Meme en Suisse je mangeais de la moutarde de Dijon car la Thomy…..je la laisse a ceux qui aiment.
    La moutarde de Meaux est plus douce que celle de Dijon.
    J´ai appris recemement que presque la totalite des grains de moutarde destines aa produire de la… moutarde, provient du Canada!

  10. Bon ben pour le coup il n’y a que Maille qui m’aille… la Thomy ne me donne pas envie ! Heureusement que je suis plus proche que toi pour passer la frontière dans l’autre sens et aller m’approvisionner de toutes sortes de moutardes françaises qui piquent.
    PS si je ne me trompe pas la moutarde forte est moins forte que la fine…
    PS 2 je t’attends pour un combat de moutarde: viens vite !!!
    Bisous ma belle

    • Kantu says:

      C’est vrai que tu es à l’emplacement idéal pour avoir le meilleur des deux mondes.
      Ok, on se fera un combat de moutarde sur la frontière!! De gros bisous à toi :)

  11. Maxime says:

    La moutarde « suisse » (ou anglo-saxonne, bavaroise, suédoise) s’appelle chez les spécialistes culinaires la « moutarde douce ». Une fois qu’on connait la bonne désignation, ça devient plus simple d’en trouver (mais pas nécessairement facile). Il y en a chez Ikéa au rayon épicerie dans a peu près tous les pays du monde.

    Il semblerait aussi qu’on peut obtenir de la moutarde douce en rajoutant du sucre à la moutarde forte. Je n’ai pas tenté, mais le sucre est moins cher que la graine de moutarde, voilà pourquoi cela peut rappeler la moutarde premier prix aux Français.

    • Kantu says:

      Mais alors! Ikea est la solution à tous nos problèmes, si on peut même y trouver de la moutarde douce! Merci pour le nom exact que j’ignorais, c’est vrai que cela peut s’avérer utile ;)

  12. Erwann says:

    Je pense que le condiment (type Savora) se rapproche le plus de la moutarde Thomy.
    En revanche les Bavarois ont une moutarde sucrée (Suesssenf) qui n’est utilisée que pour accompagner les saucisses blanches (Weisswurst). Cette moutarde qui est certes sucrée n’est en aucun cas une moutarde forte sucrée (c’est un peu n’importe quoi, le sucre ne retire pas la force de la moutarde).
    En France, la moutarde de Dijon dite « forte » co-existe avec la moutarde douce de Dijon et bien sûr avec la moutarde à l’ancienne (géniale pour les sauces de salade et pour accompagner un bon pâté avec un pain de campagne).

    PS: J’ai travaillé pendant des années à quelques centaines de mètres de l’usine Thomy de Bâle.

    • Kantu says:

      Tiens, je ne savais pas qu’il y avait une usine Thomy à Bâle.
      Et j’apprends aussi qu’il y a de la moutarde de Dijon forte et douce – peut-être que je devrai essayer la douce pour voir…
      … mais tu m’as donné plus envie de goûter la Suesssenf honnêtement!
      Merci pour ces infos en tout cas.

  13. Excellent cet article, comme l’effort pour le montage nécessaire à la photo. Bonne continuation ;)

  14. Winkelried says:

    Yop. Vous parlez de  » Feu au lac » mais savez vous seulement d’où vient cette expression? Si vous êtes vaudoisE, aucune excuse!

  15. Carole says:

    Chez moi, il y a toujours de la moutarde de Dijon. Parfois, chez Ikea j’achète une moutarde, je ne sais si celle dont vous parlez. C’est bon la moutarde qui pique ! Carole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *