Match de raclettes entre la Suisse et la France

Fromage à raclette suisse vs fromage à raclette français: un match en 3 rounds!

En tant qu’expat suisse, pour se faire une raclette ou une fondue à la maison, je ramène toujours du fromage du pays. Jamais je n’ai pensé à aller acheter du fromage à raclette en France, quelle idée saugrenue.

Et pourtant… On en trouve! Car les Français sont aussi friands de ce plat de fromage fondu valaisan. Alors avec mon Français, on s’est organisé un match de raclettes cet hiver! Donc on a mangé du fromage suisse et du fromage français en même temps pour les comparer. Un test absolument subjectif et sans aucun critère scientifique, mais qui vous donnera sans doute quelques pistes pour mieux choisir votre fromage à raclette en France!

Note culturelle

La raclette à la française. Pour eux, c’est souvent moitié-moitié: 50% de fromage et 50% de charcuterie, comme je vous le racontais là lors de ma première raclette en France. Pour que mon Français ne râle pas, on a donc ajouté des tranches de charcuterie à nos tests. Et des cornichons Hugo de Suisse, parce qu’il est dingue de ses cornichons éponymes.

Match de raclettes

Round 1: le raclette AOP Suisse vs un fromage à raclette français

Mission: ramener du fromage à raclette pré-tranché d’un supermarché, des deux côtés de la frontière

Raclette AOP match comparaison fromages suisse et france

La Suissesse avait pour mission de ramener du fromage à raclette d’un supermarché suisse, et le Français de faire pareil mais en France. On se retrouve donc dans la cuisine avec deux fromages trouvés dans les frigos en libre service.

Les candidats: j’ai pris du raclette AOP Pro Montagna de la Coop, à droite sur la photo (27 fr./kg). Hugo a ramené « La Raclette Classique » de Richemonts de SuperU (11,75 €/kg).

Premier constat: oui, il y a une différence de prix, même après conversion. Le fromage suisse est presque trois fois plus cher! Mais il y a surtout une grosse différence de goût.

Après avoir goûté…

Ce qui nous surprend tout de suite après avoir goûté une tranche de chaque fromage fondu, c’est la différence de consistance. Le fromage de Richemonts est un peu caoutchouteux sous la dent. Versé sur les patates, il ne se répand pas bien. Il a un goût très léger comparé à notre raclette suisse.

Le raclette AOP Pro Montagna fond en faisant des cercles de gras, il a une texture onctueuse bien plus agréable et un goût tellement riche! Un régal. C’est le jour et la nuit. Et on tient notre vainqueur!

En même temps, il s’agit d’un fromage de montagne suisse au lait cru vs un fromage industriel français.

→ Le verdict est clair et net: pour cette manche, le raclette AOP Pro Montagna gagne haut la main! Et on se permet de vous décourager de manger celle-ci de Richemonts, assez quelconque.

Hugo est tout de même sidéré « Mais, j’ai toujours mangé ce fromage à raclette, et même des gammes moins chères en France! En comparant avec le vrai raclette je me rends compte qu’elles n’ont pas de goût et sont cacoutchouteuses en fait. »

La provenance des fromages à raclette français
Dans le magazine de l’Union de consommateurs Que Choisir, un article s’attarde justement sur la raclette! Les bénévoles ont vérifié sur l’étiquette la provenance de plus de 700 fromages dans 14 enseignes de la grande distribution. Les fromages provenant de Savoie ne représentent que 5% des fromages à raclettes vendus en France. Le reste est produit industriellement dans diverses régions, et la qualité n’est pas forcément au rendez-vous…

Round 2 du match de raclettes franco-suisse

Pour trouver du fromage à raclette de qualité au supermarché, la Suisse gagnait à la manche précédent! Mais j’accuse Hugo d’avoir pris un fromage de basse qualité. D’avoir mal choisi. «Mais non, Richemonts c’est plutôt le haut de gamme du rayon!» insiste-t-il.

La deuxième manche a lieu une semaine plus tard…

Raclette suisse vs raclette française: la différence

On se demande si le round 1 était équitable pour la France. Impossible de rivaliser avec du raclette AOP. Alors on retourne au même supermarché français et on ramène du Richemonts, mais cette fois à la coupe au lait pasteurisé (11,75 €/kg, provenance Auvergne). Et de Suisse, je rapporte cette fois le fromage Raclette naturaplan surchoix de la Coop (bio) au lait pasteurisé aussi (10 fr. 50 /400 g soit 26 fr. 25 / kg). Le suisse est à nouveau plus onéreux (deux fois plus cher environ), mais sera-t-il aussi plus fort en goût comme au premier round? Il n’y a qu’une façon de le savoir!

Verdict du deuxième round

On allume notre four à raclette, impatients de comparer les deux.

On commence par goûter le suisse, mais on a encore en rêve la saveur de la raclette précédente. Il y a quelques francs de différences entre le raclette suisse AOP du round 1 et le fromage à raclette suisse Naturaplan, mais au niveau du goût, c’est flagrant. Sur ce plan-là, je trouve que ça ne vaut pas la peine de prendre le Naturaplan (même s’il est bio), tant le Raclette AOP Pro Montagna est meilleur!

Côté français aussi, c’est très différent, même si les deux fromages sont vendus par la marque Richemonts. Alors que le Richemonts du Round #1 avait très peu de goût et une texture désagréable, le fromage à la coupe s’en sort tellement mieux! Il a une texture bien meilleure, et aussi plus de goût.

Pour ce qui est de comparer nos deux concurrents pour ce round 2 entre France et Suisse, c’est difficile. J’aurais pas cru, mais on n’arrive pas à désigner de vainqueur. C’est un ex-aequo.

Mais on a toujours en tête la saveur tellement plus marquée du Pro Montagna du premier round, notre grand vainqueur.

Round 3 en solo: une raclette française chez l’artisan

Raclette des Vosges

Finalement, lors de notre escapade dans les Vosges de janvier, on trouve de la raclette à base de fromage de montagne des Vosges chez un artisan. Histoire de laisser une chance de plus au fromage français, ce sera notre dernier round pour le moment (et notre 4ème raclette de la saison quand même, on va devoir lever le pied).

Le fromage a du goût, c’est plus agréable que les autres français essayés…. mais cela n’a pas pas du tout le goût d’une vraie raclette du Valais dont j’ai l’habitude, c’est un fromage plutôt jeune avec un goût plus crémeux.

Bon… du coup, c’est bon mais décevant quand même.

Traitez-moi de chauvine si vous le voulez, mais pour moi, voilà le verdict: rien ne vaut le raclette AOP du Valais, même acheté au supermarché!

Bon, pour faire bien, pour un prochain match, il faudra qu’on se procure du fromage chez un artisan fromager en Savoie et en Valais: là y’aurait sans doute du niveau!

Verdict de l’expérience: j’ai pris deux kilos, mais je… continuerai de ramener mon fromage à raclette ou à fondue de Suisse!

Jetez aussi un coup d’oeil dans les commentaires de cet article sur Facebook, certains de nos lecteurs expatriés partagent leurs pistes, aussi pour trouver du fromage à raclette dans différents pays ;)

Et vous, quel fromage à raclette préférez-vous?

Notre prochaine envie est d’essayer de faire fondre différents fromages pour varier les plaisirs: n’hésitez pas à nous faire des recommandations dans les commentaires ^^

4 réflexions sur “Match de raclettes entre la Suisse et la France

  • 9 mars 2020 à 19 h 28 min
    Permalien

    Je suis un français qui veut s’installer en Suisse plus tard (l’inverse de toi en fait), et quand je vais en Haute-Savoie (A une demi-heure du Valais), j’achète du raclette artisanal, et je trouve ça vraiment meilleur que celui de chez-moi (Normandie)! Si seulement je pouvais en profiter tous les jours :o

    Répondre
    • 12 mars 2020 à 18 h 37 min
      Permalien

      Hé, c’est drôle. Bonne chance alors dans ce projet!

      MMmh faut vraiment que je goûte du raclette de Haute-Savoie (mais chut, ne dis rien aux Valaisans!)

      Répondre
  • 21 mars 2020 à 18 h 26 min
    Permalien

    Bonjour,

    Français vivant en Haute_Savoie, je vais chercher mon raclette à la fromagerie de la Grenette, à Conthey (VS)… du fromage d’alpage, du Chassoure, du Tourtemagne, du Val de Bagne. En fait, les conditions de production sont tellement différentes que du fromage suisse partira toujours avec une longueur d’avance (même si on peut facilement en trouver du très moyen, industriel). C’est peut-être aussi pour cela qu’il se passe si facilement d’accompagnements, là où le raclette français est surchargé de variété diverses de charcuterie, pas toujours de la meilleure qualité d’ailleurs.

    Après, concernant le RIchemont, c’est clairement de l’industriel. Le souci c’est qu’il est extrêmement bien distribué à travers l’hexagone, donc en général c’est ce que les français connaissent. Je suis sûr qu’il doit cependant être possible de trouver du fromage de bonne qualité pour un peu que l’on soit dans une région de tradition fromagère comme le Jura/Franche-Comté, les Savoies voire le massif central

    Pour la petite histoire, j’ai traumatisé mon beau-frère d’origine bretonne, grand amateur de raclette, le jour où je lui ai fait goûter du valaisan. J’ai aussi un souvenir d’une dégustation du côté de Sankt-Stefan (BE), où un ami sédunois avait rapporté une pièce dont je me souviendrai, je pense, jusqu’à mon dernier jour.

    Mention spéciale pour les produits condimentaires Hugo Reitzel, en particulier leurs petits oignons rouges, à tomber.

    Répondre
    • 22 mars 2020 à 7 h 34 min
      Permalien

      Bonjour Frédo, merci pour ton comm’!
      Oui, il va falloir que je me penche davantage sur la piste artisanale en France!
      Mais si même les Savoyards vont chercher leur raclette en Suisse… ça veut tout dire :P

      Attends, comment ça ton beau-frère breton a été traumatisé par le raclette valaisan? Il trouvait que c’était trop fort? Haha.

      Bonne journée :)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *