La course camarguaise, ou l’homme face au taureau

Publié le 10 février 2016 | Par kantutita | Culture & traditions, Expat en France

Cet été, je vous ai parlé de trois sports du Sud de la France (non, la descente de pastis n’en faisait pas partie!). Dans la même lignée, j’avais envie de vous présenter un aspect du folklore impressionnant: la course camarguaise!

Je ne connaissais pas du tout l’existence de la course camarguaise avant de passer une soirée entre touristes en Petite Camargue, dans un élevage de toros (je vous racontais ça ici). Durant les animations dans l’arène, nous avions eu droit à une petite démo. J’ai été bluffée par l’adresse des raseteurs, qui doivent attraper la cocarde, un ruban accroché sur le front du taureau – et cela en faisant des sauts pour éviter les coups de cornes! Ils sont secondés par les tourneurs qui les aident à rabattre l’animal dans l’arène. La concentration du raseteur, la détermination du toro, qui gratte la terre de sa patte d’un air furax et le jeu entre l’homme et la bête en font un spectacle saisissant.Taureau camarguais, ou raço di biou

Le « taureau » en question dans la course camarguaise peut en réalité être une femelle, c’est simplement le nom de la race, « taureau de Camargue«  ou « raço di biou ». Ces vachettes sont typiques de la région, tout comme les chevaux camarguais, les aigrettes et les flamants roses (une escapade pour les voir de près?). Elles sont beaucoup plus petites qu’une vache laitière suisse, mais ont un tempérament sauvage et un goût de gibier (ben oui j’en ai goûté, ces animaux sont élevés pour la boucherie, en plus de la course camarguaise). Elles paissent en liberté dans les prés de Camargue.

Un troupeau de taureaux de camargue (raço di biou)Un bébé taureau de Camargue  Taureaux et gardians en Petite-Camargue

Taureaux et fiers « gardians » (les cow-boys locaux) en Petite-Camargue

Le taureau, héros de la course camarguaise

toro-de-camargue

Si je n’avais pas aimé l’abrivado (dont je vous parlais ici), ce lâcher de taureaux dans les rues, parce que les pauvres bêtes avaient l’air terrorisées, là, le taureau semblait dans son élément et pas craintif pour un sou.

Du coup, j’aimerais bien assister à une course camarguaise complète à l’occasion (enfin, maintenant que je suis basée à Nancy cela complique l’entreprise, grumpf) En plus de ce que j’ai vu durant la démo, le raseteur doit attraper les glands accrochés aux cornes du taureau, et la ficelle enroulée autour d’une corne!

Je précise que dans cette tradition-ci, le taureau n’est pas mis à mort!!! Parce que certaines arènes du Sud accueillent aussi des corridas sanglantes (ça je ne veux pas le voir).

Le taureau est en fait le véritable héros du spectacle dans la course camarguaise, comme expliqué sur le site d’Arles Tourisme:

« Contrairement à la corrida c’est le taureau qui est mis à l’honneur dans la course camarguaise, et non pas l’homme, même si parmi les razeteurs il y en a de très célèbres. Ces taureaux effectuent parfois de véritables carrières! Chacun porte un nom qui est inscrit sur les affiches de courses camarguaise, contrairement aux corridas, où seuls sont inscrits les noms des matadors. Certains taureaux ont même leur statue érigée dans des villages comme Goya, d’autres comme Rami, ont leur tombeau dans le mas où ils ont vécu toute leur vie. » Source: Fédération française de la Course Camarguaise

C’est vrai que l’été au Grau-du-Roi (Gard), j’ai vu des affiches pour de tels événements, avec les prénoms (parfois un brin ridicules) des vaches écrits en gros, et les raseteurs en tout petit!

raco-de-biouDans l'arène: démo de course camarguaise en Petite-CamargueUne vachette et un raseteur!taureauxraseteur-demo-de-course-camarguaiseCourse camarguaise: un raseteur en pleine actioncourse-camarguaise-gard

Il vaut mieux courir vite avec un taureau aux trousses, pfiou!

Notez que la course camarguaise est pratiquée dans une région qui dépasse des frontières du pays camarguais, notamment dans le Gard, dans l’Hérault et dans une partie des Bouches-du-Rhône. Cette tradition remonterait au Moyen-Âge…

J’espère vous avoir rendu curieux!

J’ai pris mes photos lors d’une soirée de démonstration dans la manade du Mas de la Comtesse, à Aigues-Mortes

Aviez-vous déjà entendu parler de la course camarguaise?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *