Le romanche, l’obscure quatrième langue suisse

Publié le 19 février 2012 | Par kantutita | Bienvenue en Suisse, Langues & Francophonie

Légendaire quatrième langue officielle suisse, le romanche n’est parlé que par 0,5% de la population aujourd’hui. Pour la plupart des Helvètes, elle reste un mystérieux idiome, très rarement entendu, puisqu’il n’est utilisé que dans la région des Grisons.

Même là, dans les centres urbains tels que Coire, c’est le suisse-allemand qui domine dans les rues… Dans les gares ou les trains de la région, par contre, vous pouvez tendre l’oreille à cette langue, parlée par 15% des Grisons, particulièrement dans les campagnes.

Au quotidien, un Suisse croise des bribes de romanche par hasard, sur les billets de banque ou d’autres documents officiels, comme ci-dessous…

Billet de 20 francs suisses

 

Passeport à croix blanche

 « Ventg francs », « Banca naziunala svizra » et « Passaport svizzer ». Cela vous semble familier? C’est que le romanche est une langue romane, qui a donc comme le français, l’italien ou l’espagnol des origines latines. Les mots imprimés dans les documents officiels de la Confédération sont issus d’une version standardisée: le rumantsch grischun. Comme différents dialectes cohabitent en Suisse, une version standard  a été créée pour être utilisée sur les documents officiels, ce qui ne fait pas l’unanimité!

Un panneau indicateur à Zernez, « la porte du Parc national » des Grisons

Comment cette petite langue s’est-elle hissée au rang de quatrième idiome national en 1938, puis à celui de langue officielle du pays en 1996? La réponse dans ce  dossier très complet qui lui est consacré sur le site de Swissinfo. Dans la réalité, ironie du sort, la quatrième langue de Suisse pourrait être l’anglais, souvent utilisé par les jeunes Romands, Suisses-allemands ou Suisses-italiens pour communiquer entre eux…

Étonnamment, certains Français que j’ai rencontrés connaissent l’existence du romanche… et y voient parfois un symbole du multilinguisme suisse« C’est quoi déjà cette langue que vous avez en Suisse, qui est un mélange de toutes les autres? »  (On entend souvent cette idée) Un mélange? Heu… pas tout à fait. C’est bien une langue latine, qui a emprunté des mots et quelques sonorités aux Alémaniques.

Si vous n’êtes pas sur le départ pour une virée aux Grisons et dans le splendide Parc Naziunal Svizzer, vous pouvez profiter du web pour vous laisser charmer par les consonances latines de notre quatrième langue.

->Voir le site de la RTR, Radiotelevisiun RumantschaLa télévision nationale existe bien dans les quatre langues!

Un internaute propose de vous apprendre quelques mots de romanche (par contre, je décline toutes responsabilités sur la qualité de sa leçon: je n’ai pas les compétences pour m’en rendre compte!)

 

À lire aussi sur le sujet des langues en Suisse:

J’espère vous avoir donné quelques clefs sur le mystérieux romanche! Un jour j’espère pouvoir rencontrer un locuteur pour vous faire un petit son pour la rubrique langue du blog!

Et vous, cette langue, elle représente quoi pour vous?

2 Responses to Le romanche, l’obscure quatrième langue suisse

  1. Bibigeneve says:

    Depuis des décennies se raconte dans ma famille, la mésaventure arrivée à mon grand père pendant la seconde guerre mondiale : originaire de Brigels, dans les Grisons, mais habitant Genève, il a appelé sa famille. Ils ont évidemment échangé en romanche, quand l’opératrice a coupé la communication, annonçant qu’il était interdit de communiquer dans une langue étrangère en tant de guerre !!!

    • kantutita says:

      Que c’est drôle comme anecdote!! Merci de la partager avec nous!
      En plus cela doit être super de parler le romanche à Genève, c’est comme avoir un langage secret ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *