Le jour où j’ai annoncé mon arrivée à la mairie (pour rien)

Publié le 4 avril 2012 | Par kantutita | Expat en France, L'administration

Les méandres de l’administration française, épisode 2 –

Fraîchement débarquée à Montpellier, j’avais décidé de m’expatrier dans les règles et de prendre l’administration par les cornes. Je me suis donc gaiement rendue à la mairie pour m’enregistrer comme nouvel habitant. J’avais hâte de régler cette démarche officielle.

Je voulais faire les choses sérieusement, contrairement à mon petit ami français, domicilié à Montpellier depuis plusieurs mois: « Je ne me suis jamais inscrit nulle part, moi! Je ne suis pas sûr que… » Je le coupai: « Mais bien sûr qu’il doit y avoir un registre! Vous êtes quand même organisés en France! Sinon comment ils feraient payer l’enlèvement des poubelles? » Je l’ai laissé perplexe et me suis rendue à la mairie, avec le souhait de montrer ma bonne volonté à ce nouveau pays.

Arrivée sur place, ne sachant vers quel guichet me tourner, je me suis adressée à  l’accueil:

Bonjour!

Bonjour.

Je viens pour vous annoncer mon arrivée. Je me suis installée à Montpellier.

Ah… Et?

Et je voudrais que vous m’inscriviez dans la liste des habitants. À quel guichet dois-je me rendre?

Pardon, mais… Vous voulez vous inscrire sur une liste électorale, c’est ça?

Non, la liste des HA-BI-TANTS!

Mais…quelle liste!? Cela n’existe pas!

J’ai fait trois pas en arrière, de surprise… et de déception! Moi qui détestait les démarches administratives, je venais de perdre du temps inutilement! Je suis partie penaude, après avoir bredouillé quelque chose sur les registres d’habitants en Suisse…

Population recensée en permanence

Le Contrôle des habitants avait-il repéré mon nom apparu sur la boîte aux lettres?

Mon erreur: croire que les villes françaises elles aussi recensaient leurs résidents! En effet, en Suisse, il faut s’annoncer quand on s’installe dans une nouvelle commune.

Ainsi, lorsque j’ai pris mes quartiers dans ma première colocation à Neuchâtel, j’ai eu la surprise de recevoir un carton de convocation dans ma boîte aux lettres. Il me sommait de me rendre au Contrôle des habitants de la ville dans les 8 jours (si ma mémoire ne me joue pas de tours, les lettres, vaguement menaçantes, se découpaient en gras).

J’étais stupéfaite: la seule chose qui avait pu trahir ma présence était mon nom gribouillé sur une étiquette collée à la boîte aux lettres! Le système surprend aussi les expats. Un lecteur, David, a confié dans un commentaire de ce blog: « Moi qui suis double-national Français et Suisse, lorsque j’ai été au courant du contrôle des habitants en allant vivre en Suisse, je me suis cru en URSS ! »

Délire de persécution

C’est vrai qu’après réception de ma convocation, j’ai eu quelques jours l’impression désagréable d’être suivie… Comment savaient-ils que j’étais là? Le facteur était-il un mouchard? Qui d’autre avait pu avertir la Ville de mon arrivée? Après tout, mon nom ne figurait pas sur le bail! Bref, l’efficacité du Contrôle des habitants continue de m’interloquer. Et le service ne se contente pas de remarquer un nouveau résident: son rôle est aussi de noter si vous déménagez dans un autre quartier. Voyez plutôt:

Source: site de la Ville de Neuchâtel

Le Contrôle des habitants est responsable du recensement permanent de la population. Par la tenue d’un registre, ce service inventorie toutes les personnes habitant dans la commune. Il contrôle notamment l’arrivée et le départ des citoyens sur le territoire communal, les déménagements à l’intérieur de Neuchâtel, ou le changement d’état civil des résidents de la ville.

Pour clore cette anecdote sur le Contrôle des habitants, j’ai à l’époque déposé mes papiers dans ses bureaux du centre-ville de Neuchâtel, au prix d’une petite gymnastique administrative entre ma commune de naissance et d’origine. Grâce à cela, la Ville a pu me facturer trimestre après trimestre la taxe poubelle (depuis, le système a changé dans le canton: il faut se munir de sacs taxés) …quant à  l’enlèvement des ordures à Montpellier , je sais maintenant que ce service est inclus dans les « impôts locaux » – mais c’est une autre histoire!

Pas de panique: ceci n’est pas Montpellier mais Toulouse, lors de la grande grève des éboueurs de 2010!

Et vous, avez-vous déjà été surpris par la perspicacité du Contrôle des habitants?

– Suggestion de lecture: « La Suisse n’existe pas » – les méandres de l’administration française, épisode 1

5 Responses to Le jour où j’ai annoncé mon arrivée à la mairie (pour rien)

  1. Sylvie says:

    Ah l’administration française, tout un programme ! Mais le fichage suisse des habitants…bof…
    La dernière photo m’interpelle ! Toulouse (mais Marseille est bien pire !) a connu plusieurs grèves concernant l’enlèvement des ordures ménagères. Et….c’est l’horreur !

  2. Kantu says:

    À la fois… je dois t’avouer que je m’en fichais d’être fichée en Suisse, car c’était la norme! Je croyais que c’était ainsi dans de nombreux autres pays…
    Ah, Toulouse, ses briques roses et… ses montagnes d’ordures! J’espère pour les habitants que les grèves sont moins fréquentes à présent?

  3. Stéphanie says:

    C’est drôle mais je suis comme ton copain: depuis mon déménagement en Bretagne, je ne me suis inscrite nulle part! La seule fois où je me rends à la mairie, c’est pour aller y chercher des sacs jaunes recyclables (pas de poubelles jaunes ici).
    Et honnêtement, vu mes déboires administratifs après mon retour du Canada, j’ai appris que moins on en disait à l’administration française, mieux on se portait.
    Bisous ma belle!
    Stéphanie
    xxxx

  4. evita says:

    merci pour vos commentaire!!
    me voilà bientôt expat CH arrivée en FR avec grande joie – et je m’occuperai moi-même de mes poubelles pour les emmener à la déchetterie – ça c’est le vrai sens suisse de l’organisation :-)

  5. Kalele says:

    Bonjour, j’ai toujours eu soin de mettre à jour en temps et en heure tous les changements possibles de mes situation. Mais j’avoue que m’inscrire à la mairie lors de mon dernier déménagement n’a toujours pas était fait…. Euh….. bon ! j’y vais je culpabilise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *