Quels fromages goûter en Suisse??

Goûtez les fromages suisses!

Publié le 25 novembre 2015 | Par Hugo | Bienvenue en Suisse, Gastronomie, Spécialités suisses

Un Français parle aux Français de… ses fromages suisses préférés. Au menu du jour donc, la tomme neuchâteloise, le gruyère et la tête de moine!

J’ai en effet mandaté un expert ès pâtes molles & dures pour vous donner faim avec l’article de cette semaine. Hugo, mon Français du Sud, va vous vous faire baver devant vos écrans!

« Alors j’ai été chargé d’écrire un article sur les fromages suisses. Pourquoi, me direz-vous ? A cause de ma grande expertise sur la question. Et par grande expertise, comprenez surtout ma capacité à en ingurgiter des quantités astronomiques.

Ce billet sur les fromages helvétiques s’adresse donc plutôt aux Français en balade de l’autre côté de la frontière. Parce qu’il y a quelques petites différences entre nos « fromages qui puent » et les gruyères et consorts. Dernière précision : je n’ai pas écrit ma thèse sur les « Us et coutumes fromagers en Confédération Helvétique ». Par conséquent, le lecteur averti comprendra que je ne donne que mon point de vue, issu de ma petite expérience de deux ans à Neuchâtel et que je ne prétends pas avoir une connaissance totale et absolue de l’industrie fromagère suisse.

Que goûter en Suisse? Les fromages!

Aucun fromage n’a été maltraité durant le shooting illustrant cet article.

Français expatriés amoureux de fromage, rassurez-vous ! La Suisse est également un pays de tradition fromagère. Et quelle tradition ! Si on nous vend la fondue comme savoyarde et qu’on laisse le doute planer en ce qui concerne la raclette, ces deux plats sont aussi suisses que le Cervin. Par ailleurs, si on parle en terme de nombre de variété de fromages, la Suisse n’a pas à rougir vis à vis de sa voisine hexagonale, même si ça ne saute pas aux yeux non avertis. En effet, au premier abord, pas de chèvres, pas de brebis, pas de bleus et des étalages pleins de pâtes dures (ou semi-dures, pour ce que ça change…) qui se ressemblent toutes sous leurs blisters. Et pourtant, des petits bijoux se cachent dans les rayons.

Petit tour d’horizon de mes favoris:

1. L’incontournable gruyère.

Du gruyère suisse

Une tranche de gruyère suisse « salé ». Plus fort en goût que le doux, c’est notre préféré! Et regardez, on voit même des grains de sel dans la pâte…

Difficile de parler de fromages suisses sans évoquer le gruyère! D’ailleurs, il a été abondamment traité du gruyère sur ce blog. Aussi, je ne vais pas m’étendre trop longtemps. Choisissez du salé, dont le temps d’affinage est le plus long : plus de parfum et une pâte légèrement fondante… un régal. Et oubliez le mauvais emmental français râpé sur vos pâtes : râpez du vrai gruyère suisse ! Pour les plus curieux, offrez-vous une visite dans une des nombreuses fromageries productrices du dit gruyère, comme celle des Ponts de Martel, et vous saurez tout sur le fabrication de cet emblème national. Avec à la clé une petite dégustation.

girolle tete de moine fromage2. La tête de moine et sa girolle.

Là encore, un grand classique, qui ne saurait se déguster autrement qu’en petites fleurs préparées grâce à l’indispensable girolle. Si nos amis Suisses sont gentiment blasés – oui, c’est une tête de moine, et alors? – ça reste toujours un truc très amusant pour nous autres les Français. C’est bon, c’est marrant, tout le monde a envie de donner un coup de manivelle. Bref, c’est très convivial pour les apéros. Et bonne nouvelle : si à mon retour de Suisse, c’était plutôt difficile d’en trouver de ce côté-ci de la frontière, sachez qu’on en trouve maintenant dans n’importe quelle grande surface.

3. Fromages suisses: les autres pâtes dures et semi-dures.

Vacherin: fromages suisses

Du vacherin fribourgeois, à droite (le gruyère, dont on a déjà parlé, se tape l’incruste à gauche)

Comme je le disais en introduction, je ne me targue pas d’avoir la science absolue en termes de fromages suisses. Et si mon cœur penche en faveur des deux susmentionnés, je vous invite à tester vous-même les différentes spécialités fromagères que l’on trouve fréquemment dans les étals: emmentaler, arpitan, vacherin. Tous ont l’air assez semblables mais chacun aura sans doute son préféré. En ce qui me concerne, j’ai fait une découverte récente et non moins délicieuse : le glânois, produit dans le canton de Fribourg.

4. L’indétrônable raclette.

Le raclette, un fromage valaisan

Le raclette est un célèbre fromage originaire du canton du Valais, star du plat éponyme.

Toujours dans la catégorie des pâtes dures, il est difficile de ne pas parler du raclette. J’ai bien dit DU raclette. Attention, la raclette, c’est le plat. Le raclette, c’est le fromage selon les Valaisans dans l’Espace. On ne reparlera pas sur ce blog des différences culturelles – qui font toujours débat d’ailleurs – entre la raclette en Suisse et en France. Avec ou sans charcuterie, avec ou sans cornichons et petits oignons, avec ou sans tomates et champignons. Faites comme bon vous semble. J’ai envie de dire: mettez tout, comme ça tout le monde sera content et on n’en parlera plus! En revanche, je vais dire quelque chose qui risque de faire bondir les puristes: mangez le raclette comme n’importe quel autre fromage. A la fin du repas, en dés dans une salade, en tranches dans un sandwich. C’est tellement bon que c’est presque criminel de ne le manger que fondu sur des patates.

5. Le champion de l’apéro : la tomme neuchâteloise.

Tomme neuchâteloise: un fromage crémeux

Voici une tomme neuchâteloise. Variante possible: la tomme vaudoise!

L’exception qui confirme la règle: non les Suisses ne mangent pas que des pseudo-gruyères! Une preuve s’il en est: la tomme neuchâteloise. Une petite pâte molle, qu’on trouve nature, au cumin, au basilic… Un pur régal avec des petits oignons au vinaigre ou des cornichons, et surtout un bon verre de vin rouge. Et là, j’ai envie de dire: ayez le réflex pinot noir de Neuchâtel, pour rester dans la thématique. Avec mon coloc’ français, à l’époque, on avait toujours deux ou trois tommes à chaque fois qu’on se faisait un apéro. Et comme il ne s’exporte pas et qu’il voyage très mal, c’est le seul qui me manque en France. D’autant plus qu’on n’a pas vraiment d’équivalent ici!

6. La curiosité bleuchâtel.

Fromages suisses: on a trouvé un bleu!

Le bleuchâtel, il est bleu et vient de Neuchâtel. Eh ouais, c’était facile à deviner!

Création de la fromagerie des Martels, le bleuchâtel est un des rares fromages bleus de Suisse (le seul que je connaisse en fait, mais il y en a sûrement d’autres). On a plutôt affaire à un bleu léger en goût, style bleu d’Auvergne, même si la pâte est très persillée (ça veut dire très bleue, hein, y a pas de persil dedans!). Pas aussi fort que du roquefort, moins salé que de la fourme d’Ambert. Un bon petit fromage agréable pour les nostalgiques des bleus.

Voilà, j’espère que je vous aurais transmis un peu de ma science fromagère suisse et surtout que je vous aurais donné des envies de dégustation.

N’oubliez pas que le fromage est un produit gras et salé et que donc, il faut en manger beaucoup beaucoup parce qu’après tout on s’en fout! »

Et vous, les Français (ou autres étrangers), êtes-vous déjà tombés amoureux d’un fromage suisse?

Et les Suisses, quels fromages de chez nous faites-vous goûter à vos invités internationaux en priorité?

17 Responses to Goûtez les fromages suisses!

  1. Alistouille says:

    Ici, j’aime faire goûter :
    – tomme vaudoise
    – tomme vaudoise au cumin
    – Tilsit(er)
    – Appenzel(ler)

    :)
    Et bien sûr… la fondue moit-moit ^^!!

  2. fedora says:

    J’adore la tête de moine ! c’est un réel délice !!!
    C’est drôle, hier, j’ai parlé à une française de vins italiens ;) (que j’adore !!!)
    En matière de fromage belge, je conseillerais un bon Herve (avec un peu de sirop de Liège)

    Bisous

  3. Clémentine says:

    Je découvre dans ton article le bleuchâtel, jamais entendu parler. Mais par contre je suis une amoureuse du gruyère et du vacherin que j’ai beaucoup mangé lorsque je vivais très près de la frontière suisse.
    Je me suis calmée, je suis loin et mon estomac ne supporte plus trop.
    J’ai effectivement élargi ma culture fromagère avec ton article, merci !

  4. Ophélie G. says:

    Etant expatriée en Angleterre, inutile de préciser que cet article m’a littéralement fait baver d’envie. xx

  5. Annie says:

    Mon délice c’est la tomme vaudoise à l’aildes ours ! une tuerie !

  6. swisscat says:

    Il ne faut pas oublier le schabziger. Jamais imite a ma connaissance

  7. Michel says:

    Moi, comme français mangeur de fromages, le nec plus ultra chez vous les suisses est le Sbrinz.
    Une merveille, entre Comté et Parmigianno.
    Difficile à trouver en France ! On vient encore d’en prendre 1kg sur un marché de Lucerne ce matin, direct producteur, pour le ramener chez nous.

  8. martine42 says:

    Bonjour,,
    Voilà j’ai enfin eu le temps de venir lire l’article sur les fromages et je ne le regrette .
    Merci Hugo et toi Kantutita pour avoir trouvé un tel expert!
    Martine42

    • Kantutita says:

      Bonjour Martine,
      Merci beaucoup pour ce gentil mot, qui nous fait très plaisir!!
      Oui, je n’ai pas eu trop de difficultés à convaincre cet amateur de fromages d’écrire ce petit billet…
      Une très belle semaine à toi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *