Les trains en France: des trajets semés d’embûches

Publié le 9 août 2013 | Par kantutita | Différences culturelles, Expat en France

TGV train france

Anecdotes ferroviaires entre la Suisse et la France – Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai sauté dans un TGV reliant Genève à Montpellier, avant de m’installer définitivement dans le Sud. De mauvaises surprises en retards catastrophiques, j’ai appris ce que signifiait « prendre le train » en France.

[Photo ci-dessus, Un trrrrain à grrrrande vitessse, zooooou!  © SNCF]

 

horloge CFF des trains suisses

L’emblématique horloge des CFF, qui indique l’heure juste sur chaque quai de gare suisse. ©JuergenG

En retard!

Vous pensez que j’exagère? Mais c’est un miracle si j’ai fini par toujours arriver à destination! Et rarement pile à l’heure dite. Il faut dire que lorsque je vois des pendulaires* râler sur un quai de gare suisse car leur train a 4 minutes de retard, je me marre sous cape! Il faut relativiser les mecs!

En France, le train a généralement un peu de retard, c’est dans la normalité des choses.

*À propos, le concept de « pendulaire » semble faire défaut en France. Il désigne ces employés qui se rendent au boulot en train tous les matins, car ils vivent par exemple à Lausanne mais travaillent à Genève.

Train suisse ICN

Un InterCity qui pendoline, au bord du lac de Bienne. (C) Kabelleger / David Gubler (http://www.bahnbilder.ch)

 

Pour relier Neuchâtel à Montpellier, lorsque j’étais étudiante, je prenais d’abord l’ICN (1h15), le superbe InterCity à pendulation dans les virages. Qui apparaît même dans le générique de la série The Big Bang Theory (lien en fin de billet). Dingue! Alors, après un moment d’attente à Cornavin (la gare au centre-ville de Genève), je montais ensuite dans un TER (Train En Retard) qui me menait péniblement à Lyon (plus de 3h). À Lyon, comme le TER avait … du retard, j’ai parfois raté ma correspondance. Un TGV  m’emmenait ensuite à Montpellier, avec les haltes habituelles. Si je n’avais pas  de chance, je devais rechanger de train à Valence.

Je n’avais à l’époque pas de salaire et rechignais à m’offrir le TGV Genève – Montpellier (3h45, emballé et pesé), car c’est bien connu, les étudiants ont le temps mais les poches vides!

Bref. Je ne ferai plus jamais le trajet à rebondissement expliqué ci-dessus, c’est sûr. C’était une véritable expédition, où le retard d’un train faisait risquer de capoter tout le voyage! Pas question de se contenter d’un battement de 10 minutes entre deux trajets. Mieux valait viser la demi-heure d’attente en gare minimum pour assurer ses arrières.

La neige, pire ennemi de l’efficacité française

Le pire, c’est en cas de neige: les Français sont perdus! Il n’y a qu’à voir le nombre de sujets que les journaux télévisés lui consacrent chaque hiver. L »‘information » se résume par « Il neige, au secours, comment le pays va-t-il continuer de fonctionner ». J’ai de la peine à comprendre… Après tout, ce n’est pas comme si l’hiver arrivait chaque année… Enfin bref.

Un soir de blizzard, il m’est arrivé d’attendre ma correspondance 2h45 sur un quai de gare à Lyon Partdieu, gélifiée et flippée, en rongeant mes ongles, me demandant si lorsque j’arriverais à Valence une correspondance pour Montpellier serait encore disponible.

Remplacez l’expression « neige » par « grève »  (et non grêle) dans le texte ci-dessus et vous obtenez un nouveau cas de figure! Je ne dirais pas un mot de plus sur les grèves des transports publics  (sujet déjà couvert sur YPFL) – qui m’énervent au plus haut point. Combien de trajets ai-je dû faire assise parterre car, mon train ayant été supprimé, les voyageurs de deux convois étaient contraints de s’entasser dans un même véhicule.

Sans parler de la guerre des billets, avec des bonnes femmes brandissant leur réservation pour chasser des sièges d’autres voyageurs avec un même numéro mais une heure décalée…

 

Tu pousses ton sac, ou bien?

Dans les deux pays, c’est pareil, y’a des gens qui gardent leur sac sur le siège d’à côté dans les wagons à placement libre. La différence, c’est qu’en Suisse, les voyageurs déjà assis vous engueulent pour que vous l’enleviez et fassiez de la place aux nouveaux venus, alors qu’en France, j’ai vu des gens s’asseoir par terre entre les wagons plutôt que d’oser demander à quelqu’un de pousser ses affaires… ( Je vous assure, j’ai moi-même fait le test. C’est surprenant! ) (Après, bien sûr, comme c’était juste un test sociologique mais que je suis gentille en vrai, j’ai fini par aller proposer à la personne de revenir et que je pose mon sac ailleurs. J’étais abasourdie! Préférer s’asseoir parterre que de demander! Si vous aviez vu le sourire de reconnaissance de cette jeune femme!).

On m’a appris cette leçon qui pourrait expliquer pourquoi cette mesquinerie semble tolérée: les trains français sont équipés d’endroits où laisser ses bagages, à l’entrée des wagons, où « il ne faut surtout pas laisser ses bagages, parce que c’est risqué parce que y’a plein de voleurs dans les trains français ». – Ah bon?

Oui, tout cela est très pratique. À vous de voir si vous préférez faire le trajet avec votre valise sur les genoux ou prendre le risque – comme moi – de le laisser à l’emplacement prévu. Après avoir ostensiblement sorti vos objets de valeurs et les avoir planqué dans le sac à vos pieds pour que les voleurs potentiels vous entourant fassent une croix sur votre pauvre bagage livré à lui-même.

L’élémentaire compostage

billet train francais ter

Même les petits tickets de TER doivent être compostés! Astuce au moment d’acquérir son titre de transport dans un automate: les billets de TGV s’achètent dans les bornes TGV, les billets de TER dans les bornes du même nom…

ATTENTION malheureux voyageurs suisses! Votre billet de train français de composter vous n’oublierez point! Sinon il n’est pas valable. Même si la date et l’heure figurent dessus. (Comment compliquer les choses…)

Heureusement, le contrôleur passe parfois pour proposer aux oublieux d’y remédier.

Pour rappel, en Suisse, les billets sont valables à la date inscrite dessus, et les rares composteurs ne servent qu’aux cartes multicourses locales (oubliez, quoi). Donc, amis français, ne paniquez pas si vous ne trouvez pas l’appareil, pas la peine d’oblitérer vos ticket roses et bleus.

C’est au guichet ou dans les bornes des gares qu’on achète les billets de train helvétiques. Pour commander mes billets de train français, qui ont l’aspect et le format d’un billet d’avion, je me tournais vers le site international de la SNCF. Bien plus pratique que celui des CFF, qui ne permet que de vérifier des horaires, il affiche des comparaisons de différents trajets et tarifs selon les heures entre un point A et un point B. À la manière des compagnies aériennes low-cost.

Si vous achetez un billet de train français au guichet suisse, à l’époque en tout cas, les CFF se prenaient une commission au passage et l’addition était salée … Je conseille donc aux voyageurs suisses d’opter pour une commande en ligne! Après avoir lu ci-dessous attentivement la manière de récupérer le billet.

CFF, les chemins de fer suissesPoint info: CFF (Chemin de fers suisses fédéraux  aussi connus sous le nom de SBB, Schweizerische Bundesbahne). SNCF (Société Nationale des Chemins de fer Français). Et pourquoi vous ne l’appelez pas SNCFF, c’est plus logique, non?

Lorsqu’un Français commande son billet, il peut le récupérer dans une borne interactive en entrant un code ou sa carte bleue ayant servi à l’achat sur internet. Ces bornes n’existaient pas en Suisse à mon dernier passage à la gare Cornavin de Genève! J’ai récupéré la plupart de mes billets français commandés en ligne grâce à l’envoi par courrier gratuit, bien pratique. Quand le temps pressait, j’ai obtenu mes tickets de train à l’agence SNCF à côté de la gare de G’nève… mais les horaires du bureau m’ont donné des sueurs froides.

On m’a dernièrement parlé d’un site pratique pour trouver des billets de train d’occas’, Kelbillet. Il est possible d’y revendre un ticket qu’on utilisera pas suite à un changement de plans, et donc aussi d’y trouver des billets de train à prix baissé au sein de la communauté de voyageurs. À tester donc! Si la communauté de voyageurs grandit, cela peut être intéressant. Surtout que le moteur de recherche de la plateforme affiche aussi des trajets en covoiturage et les tarifs proposés par la SNCF, histoire de tout comparer au même endroit.

Des trajets silencieux dans les trains en France

Autre astuce super pratique: certains TGV proposent des wagons spécial « silence » (ID ZEN) ou « famille » (ID ZAP). Adieu les bébés qui crient et les couillons qui hurlent au téléphone! On peut profiter d’un trajet en silence… et arriver reposé à destination. Cela change tout, croyez moi je suis une adepte! En plus, de l’autre côté, les gens bruyants et les familles à enfants sauvages n’ont plus à complexer s’ils transforment le wagon en foire.

CFF

Les CFF ne font pas le choses à moitié… Des wagons jeux ont vu le jour en 2012 – qui les a déjà pris?

Pour info, en Suisse, certains trains ont aussi des wagons silence et d’autres familiaux, indiqués par un autocollant d’ours en peluche. Les wagons 1ère classe silencieux font cependant peur: il est interdit d’y chuchoter ou d’y écouter de la musique avec des écouteurs. Et respirer, on peut? Ce n’est pas précisé.

Je pense que si j’éternue sur place, je me fais virer et personne ne me dit Santé! comme le veut la coutume suisse. (J’ai l’éternuement expansif)

 Avant la conclusion de ce billet, voici la déclaration d’amour d’un Français pour la SNCF et ses sandwichs…

Les trains suisses sont les meilleurs! Mais c’est facile, non?

Après avoir râlé sur les trains français, on pourrait encenser les trains suisses,  modèles de performance jamais en retard! SAUF QUE! Primo: comme on ne peut comparer que ce qui est comparable, je veux souligner que le réseau est à l’échelle du pays: tout petit! Si les cheminots suisses avaient un vaste territoire comme la France à faire fonctionner, comment s’en sortiraient-ils? J’aimerais bien connaître la réponse…

Un abonnement demi-tarif

Le demi-tarif, un abo vite rentabilisé si on voyage souvent en train en Suisse!

Deuxio, le prix des trains suisses est exorbitant: mon trajet Neuchâtel-Genève (1h15) me coûtait aussi cher qu’un Genève-Montpellier (3h45). Si on voyage en train en Suisse, il faut avoir son 1/2 tarif, un abo coûtant environ 150.- CHF par année permettant de payer tous ses trajets moitié prix! Ou alors le fameux AG (abonnement général), mais là, il faut être pendulaire pour le rentabiliser!

Ce que j’adore dans les TGVs, c’est  le petit speech de départ que fait le chef de train. Lorsque je m’installais sur ma banquette à Cornavin, direction Montpellier,  cette voix avait bien souvent un accent du Sud. Cette bienvenue chantante remplissait à chaque fois mon cœur de joie à l’idée de retrouver le pays des cigales, du pastis et du soleil… Je m’y croyais déjà.

Lien ludique: ** Et pour ceux qui veulent voir notre Intercity national dans le générique de Big Bang Theory, la série des geeks, il apparaît entre la 15 et la 16ème seconde. Je vous conseille de ne pas cligner des yeux et de le passer image par image, il apparaît entre un skater, un mur de graffitis et un snowboardeur. Je n’ai pas la berlue, hein?

***

Note: Ce billet a été écrit quelques jours AVANT la tragédie de Brétigny, où un train a déraillé vendredi 11 juillet 2013, causant la pire catastrophe ferroviaire de ces 25 dernières années en France. Aucun lien donc entre le choix de ce sujet et l’actualité. J’ai préféré attendre quelques temps avant de le publier.

Note 2: J’ai préféré laisser couler un peu de temps après l’autre accident de train, en Espagne.

Note du 30 juillet: Oh pis merde, maintenant c’est en Suisse qu’il y a un accident de train. Je le publie quand même, ce foutu billet, y’en a marre.

13 Responses to Les trains en France: des trajets semés d’embûches

  1. JP says:

    Haem…
    Je vais essayer de ne pas faire de commentaires (sinon ça pourrait être bin plus long que ce billet), car j’ai une expérience très poussée dans ce domaine des deux côtés de la frontière.
    Pour faire simple, à chaque fois que je rentre en France, je passe ce que j’appelle « le mur de Genève », qui peut faire très mal quand on se le prend en pleine face. Et sur certains trajets je suis pret à louer une voiture pour éviter de prendre le train (surtout quand le temps de trajet est plus que doublé…)

    • Kantu says:

      Eh bien, louer une voiture pour éviter le train, tu sembles avoir développé une hantise des trains français ;) Quoique c’est vrai que si le temps de trajet est doublé, c’est assez compréhensible.

  2. Robin says:

    On peut armer normalement dans les premières classes en Suisse. A mon avis, vous étiez dans une voiture-silence (il y a en tant en deuxième qu’en première), où on se fait effectivement remettre en place rapidement si on parle trop fort (=normalement)! :-)

  3. Adri says:

    Adieu,
    J’ai découvert ton blog il n’y a pas longtemps, et je le trouve bien chouette. Pour l’ICN dans le générique, pour les aveugles > http://www.myzuri.ch/artikel/648.php confirmant ainsi que tu n’as pas la berlue. Sinon, pour pinailler, tu as omis de parler de l’option de la voie 7 avec le 1/2 tarif, permettant de voyager « gratuitement » à partir de 19h, ni que le 1/2 a une validité de 1 à 3 ans mais je pinaille, je l’avoue ^^).
    Pour la SNCF, les quelques fois où je l’ai utilisée, j’ai toujours ou eu des retards (mais mineurs par rapport à tes 2h45! d’attente), ou alors des soucis techniques (trains défaillants – Surpopulation dans des TER)… Mais comme tu le dis, à territoire égal, gestion pareille ou différente ? Autrement, pour les wagons-jeux, j’en ai surtout vu dans les ICN entre Visp et Bern, pas du côté romand, pour l’instant. Au passage, j’avais lu à quelque part (info ou intox?) que le prix d’un biller 1/2 tarif était en fait le prix réel du billet. (Mais je ne retrouve plus la source)

    Un habitant de la « Poubelle des CFF », le Valais quoi !

    PS. CFF = Chemin de Fer Fédéraux, pas suisse ;P Mais je pinaille ^^
    PSS. Continue tes notes, c’est un plaisir de te lire.

    • Kantu says:

      Salut! Merci pour tes commentaires intéressants et tes encouragements! C’est vrai, j’aurais pu parler de la voie 7 ;) Et je vais corriger le sigle CFF – quelle andouille! T’as l’oeil!

  4. Julien says:

    Excellent billet, comme d’habitude!

    Lorsque les CFF ont introduit leurs wagons à silence absolu en première classe, ils ont aussi, très fugitivement, tenté d’étendre le même concept à certains wagons de 2e classe sur les grandes lignes. Problème: comme les voyageurs de 2e classe s’asseyent rarement où ils veulent, ça faisait des dizaines de personnes condamnées au silence forcé sans l’avoir choisi. Le concept a vite été abandonné.

    • Kantu says:

      Merci Julien!
      Je me souviens de signes « silence » en 2ème classe, mais ils semblaient avoir disparu… Je comprends maintenant la clé du mystère!

  5. Heidi-Tissot-Kuser says:

    Excellent billet, Kantutita,
    bravo,

    heidi

  6. Robin says:

    Il y a une petite erreur dans l’article. On peut acheter ses billets CFF sur le site internet depuis plusieurs années déjà (billet sous forme de PDF à imprimer ou à mettre sur l’iPad), et aussi directement depuis l’iPhone :)

  7. Claire says:

    La première fois que j’ai pris le train en Suisse, j’ai été très choquée de me retrouver entourée de jeunes gens en treillis, très bruyants, passablement alcoolisés et…. armés!!!
    Bien que je préfère de loin les trains suisses (que je ne trouve d’ailleurs pas si chers que cela, compte tenu de la qualité du service), je n’aime pas du tout voyager avec les recrues et leurs fusils d’assaut.

    • Kantu says:

      C’est vrai que les militaires suisses sont toujours en uniformes dans le train – de quoi vous dérouter ! J’ai entendu dire que cela leur permettait de ne pas payer de billet, comme leur costume montre qu’ils s’en viennent ou retournent sur leur lieu de service.

  8. MXB2207 says:

    Bonjour,

    Petite info au passage, le N de ICN signifie Neigetechnik (technologie pendulaire) et non National.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *