Clins d’oeil de Suisse en images I

0
5326
Le magnifique Lac de Neuchatel (Suisse)

Après mon retour de Montréal, j’ai passé deux semaines dans mon petit pays à manger suisse, lire suisse et rêver suisse…

J’étais tellement contente de retrouver l’ambiance de la Suisse romande, les habitudes et les spécificités de chez nous! Pour faire sourire les lecteurs francophones ou suisses, j’ai compilé une série de clins d’œil en photos, prises avec mon natel la plupart du temps. Je vous les commente ci-dessous… En précisant bien que mon escale s’est concentrée du côté de Neuchâtel et de son beau lac! Certains d’entre vous ont d’ailleurs peut-être déjà aperçu ces images sur la page Facebook du blog ou sur mon Instagram (KantuK).

La suite viendra dans quelques jours, dans un deuxième billet consacré aux spécificités suisses à table!

Des paysages suisses

Le légendaire brouillard de Neuchâtel

L’automne est une de mes saisons préférées en Suisse car les couleurs des forêts rendent le paysage magnifique. Après, à Neuchâtel, les jours de soleil ont été comptés pendant mon séjour. Son brouillard légendaire a tout de même son charme… surtout en photo.

Le légendaire brouillard de Neuchâtel (Suisse)

En mettant le cap sur le haut du canton, à la Chaux-de-Fonds ou au Locle, on passe normalement au-dessus de la zone de brouillard qui nappe Neuchâtel durant l’hiver. En chemin, une halte à la Vue des Alpes offre par beau temps un panorama splendide sur les montagnes…

Mais pas le jour de mon passage!

La Vue des Alpes (Canton de Neuchatel)

#Fail à la Vue des Alpes

Entre les pavés mouillés de Neuchâtel un jour…

Les pavés de Neuchâtel (Suisse)

…et les bords du lac ensoleillés le lendemain, la météo change le visage de la région!

Le magnifique Lac de Neuchatel (Suisse)

Des expressions suisses

Pendant mon séjour en Suisse, j’ai appris que chez les Valaisans, dire « Et pis comment? » signifiait « Comment ça va ».

Comme quoi y’a pas qu’en voyageant au Québec qu’on découvre de nouvelles expressions ;) N’ayant passé que peu de temps en Valais (et pas au Valais attention ils sont chatouilleux), et ayant une expérience très limitée des expressions de ce canton, il me reste comme option de réviser leur accent à distance en écoutant les Valaisans dans l’espace ou de potasser l’article de la Désencyclopédie dédiée.

On a aussi bien rigolé en compagnie franco-suisse lorsque j’ai fait remarquer que l’expression: « Tu viens avec? » était un pur produit suisse, un germanisme de surcroit (Kommst du mit?). J’en ai pris conscience il y a très peu de temps!

  • Pour les Français, un exemple: « Ctaprèm on va aux commissions, est-ce que tu viens avec, ou bien? »

C’est ce qui est drôle avec les expressions suisses, même après 4 ans en France je continue d’en découvrir que j’utilise quotidiennement, sans m’en rendre compte bien sûr! Dans l’autre sens, j’ai remarqué que j’ai un avantage avec certaines questions de jeux de société, qui utilisent des expressions franco-françaises peu connues en Suisse. Au Tabou par exemple, je comprends « carte bleue » (une carte bancaire) ou un « partiel » (examen) – deux expressions dont ma partenaire neuchâteloise ignorait le sens…

Cela ne s’invente pas: une amie m’a offert une boîte de « Ou bien » Des fruits à l’accent local !!! Génial, non? À l’intérieur, on trouve des fruits secs bio issus de producteurs suisses. Après une petite recherche, j’ai appris qu’ils sont fabriqués depuis 2011 par la Fondation Foyer Handicap à Carouge, mais vont devoir interrompre leur production en 2015, faute de partenaires. La Coop et la Migros refusent en effet de les distribuer (Boooooouh!). Si vous êtes sensibles à leur cause, faites un tour sur leur site. En plus, ils ont gagné le Prix Suisse de l’Éthique.

Ou bien bonbons

Crédit photo: Oubien.ch

Sur la route: reprendre ses réflexes helvétiques

Avant de traverser la frontière pour entrer en Suisse, j’ai bien vérifié que ma vignette d’autoroute était toujours collée à mon pare-brise! Tip top! Ensuite, j’ai enclenché mes phares qui sont maintenant aussi obligatoires de jour, même par temps radieux, et ce depuis début 2014. Après, j’ai diminué ma vitesse sur l’autoroute de 130 km/h (la vitesse max en France) à 120 km/h (le maximum en Suisse). Avez-vous aussi noté que les autoroutes sont indiquées en vert en Suisse et en bleu en France, (soit l’inverse des routes principales)? De quoi me f*** dedans en France, où je veux toujours suivre le mauvais panneau, soit le vert, pour rejoindre les voies rapides!

…ah oui, et il y a un petit réflexe à ne surtout pas oublier en Suisse, au moment de se parquer sur une place bleue: mettre son disque! J’en ai un dans ma voiture, mais je ne l’utilise guère qu’ici. Je crois que les places de parc de cette couleur existent en France, ainsi que le « disque de stationnement » mais je n’en ai jamais vu du côté de Montpellier.

Freitag - L'affaire est dans le sac

Des marques cultes et suisses!

J’ai profité de mon séjour en Suisse pour feuilleter un livre sorti début novembre sur la success story de Freitag, vous savez, ces fameux sacs faits de bâches de camion? Les fondateurs de la marque, les frères Freitag, sont des Zurichois obsédés par le recyclage et le compost. Ce bouquin intitulé « L’affaire est dans le sac » retranscrit des entretiens avec eux et leur équipe créative et commerciale, et permet de mieux comprendre comment ce projet débuté à deux est devenu un phénomène mondial, avec des boutiques à Tokyo et ailleurs dans le monde! C’est passionnant de s’immiscer dans les coulisses de la marque übercool…

J’ai aussi jeté un œil à la boutique design de la marque urbaine Heidi.com , qui a investi l’ancien hangar des pompiers, au cœur de Neuchâtel. Cette ligne de vêtements neuchâteloise s’est rendue célèbre en imprimant la bouille de l’héroïne des montagnes sur ses créations. Vous la connaissez sûrement, non, les Suisses? Elle a cette tête!

Le logo de Heidi.com

De la culture suisse

Un couple d’amis expatriés m’a fait découvrir un film suisse du réalisateur Lionel Baier, « Les Grandes Ondes » (2013), qui évoque la Révolution des Œillets au Portugal. J’ai beaucoup aimé… Voici sa bande-annonce si comme moi vous l’aviez loupé.

Synopsis: Avril 1974. Deux journalistes de la radio sont envoyés au Portugal pour réaliser un reportage sur l’entraide suisse dans ce pays. Bob, technicien proche de la retraite, les accompagne à bord de son fidèle combi VW. Sur place, rien ne se passe comme prévu, et la tension est à son comble entre Julie, la féministe, et Cauvin le reporter de guerre roublard. C’est alors que le vent de l’Histoire pousse le Combi VW en plein cœur de la Révolution des Oeillets, obligeant cette équipe de Pieds nickelés à prendre part, et corps, à cette folle nuit du 24 avril 1974.

 

En parlant de culture suisse, si vous voulez écouter quelques groupes de mon pays je vous renvoie sur Birds&Bicycles où j’en présente quelques uns comme mes amis qui cassent tout The Rambling Wheels, l’incroyable Anna Aaron ou les déjantés Tim & Puma Mimi.

Du folklore et des monstres

Côté folklore, je vous présente les Tschäggättä, ces masques de carnaval valaisans sculptés dans du bois. Ma petite sœur en est fan… et a adopté celui-là. Il a l’air sympa lui, hein? Pour les voir en action, il faut se rendre dans les villages du Lötschental pendant le Carnaval. Cela doit être un événement sacrément prenant!

 Tschäggättä : carnaval suisse

 

Et avant de repartir à Montpellier demain, je vais bien sûr aller faire quelques courses à la Migros, pour ramener des produits suisses de première nécessité en France… Genre chocolat, fondue, gruyère sans trous et biberlis!

Alors, j’espère que ce retour en Suisse servi sous la forme d’un catalogue décousu vous a fait connaître de nouvelles spécificités de mon pays… La suite ici, avec les clins d’œil suisses à table!

Enregistrer

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here