Spécialité française: l’examen médical d’embauche

Publié le 10 octobre 2013 | Par kantutita | Différences culturelles, Expat en France, L'administration

 

Examen médical d'embauche

En France, chaque nouvel employé doit se rendre chez un médecin du travail, pour « l’examen d’embauche ». Faites « aaaaaah », je vous en apprends plus sur cette démarche que j’ai moi-même subie .

Encore une petite spécialité de nos voisins français! Lorsque vous signez un contrat de travail chez un employeur, celui-ci vous enverra passer un contrôle médical chez un spécialiste. Pourquoi? Ben simplement pour qu’il examine votre état de santé global!

(Image ci-dessus, Opensource.com, CreativeCommons)

Cette procédure s’appelle « l’examen médical d’embauche« , et est obligatoire. Il y a toutefois plein d’exceptions qui confirment la règle, à retrouver ici.

Si un salarié refuse de passer sous l’œil attentif du médecin du travail, cela peut justifier un renvoi d’après la loi.

L’objectif de cet examen rituel est de vérifier que le salarié est apte à exercer les activités prévues par son contrat de travail, et de le mettre en garde contre les éventuels dangers de sa mission. Un autre but: vérifier que le salarié n’est pas atteint d’une affection dangereuse pour les autres travailleurs.

Le contrôle ne se fait pas immédiatement après la signature de votre CDD ou CDI, rassurez-vous. Le laps de temps admis équivaut à la période d’essai.

Et ce n’est pas fini, j’ai appris que les salariés font aussi l’objet d’un suivi: ils doivent retourner se faire ausculter en principe tous les 24 mois. Cela s’appelle « l’examen médical périodique« .

Alors, ils sont pas fous ces Français?

L’examen d’embauche: obligatoire, même pour un CDD de 3 semaines

Lors de mon arrivée à Montpellier, avant de virer indépendante, j’ai été réquisitionnée un mois en CDD pour remplacer un employé d’un journal local. Quelle ne fut pas ma surprise quand, après quelques jours dans la rédaction, la secrétaire s’est approchée de moi pour me dire:

« À propos, à quatorze heures cet après-midi tu dois aller chez le médecin. »

« ?!! Chez le médecin? Mais pour quoi faire? » Je l’ai trouvée bien prévenante! Elle a fini par m’expliquer qu’elle ne me trouvait pas pâlotte mais que c’était une démarche administrative obligatoire pour tous les nouveaux salariés – oui, oui, même si je n’allais rester dans l’entreprise que 3 semaines! (Ils ont aussi dû me commander une carte de sécurité sociale, comme c’était mon premier job dans le pays. Mais c’est une autre histoire.)

La visite d’embauche a donc lieu quelle que soit la durée du contrat de travail. Quant au temps nécessaire à cet examen général, il doit être pris sur les heures de travail. Heureusement car dans mon cas, la ponctualité du toubib… enfin bref.

Déroulement de mon examen médical d’embauche

À 14 heures, je me suis donc rendue chez le docteur du travail de l’entreprise, sans savoir à quoi m’attendre. La secrétaire m’avait rassurée en me disant que ce serait rapide et que je n’aurais rien de très spécial à faire. Son cabinet se trouvait juste de l’autre côté de la route. Après avoir attendu longtemps dans la salle d’attente, mon tour est enfin venu.

Une assistante du médecin m’a demandé… un échantillon d’urine. Ensuite, elle m’a fait une prise de sang. Je n’ai même pas eu le temps d’avoir peur de l’aiguille.

Le docteur est ensuite arrivé et m’a fait passer un « entretien »: il m’a posé des questions sur mes antécédents et cherché à voir quels pouvaient être les risques d’être reporter pour un quotidien. N’ayant aucun élément lourd à porter sur le dos, ni exposition à des substances dangereuses, il n’avait pas eu grand chose à me dire sauf  « attention, les feuilles de papier, ça coupe! »

Mes souvenirs sont lointains, mais il a dû mener un examen habituel: il m’a pesé, ausculté le larynx et écouté le cœur.

Après avoir lamentablement échoué au test de la vue et juré que j’avais des lunettes mais que je n’avais pas pensé à les prendre – la rédaction étant de l’autre côté de la route – le médecin s’est moqué de moi parce que je marchais dans la rue sans rien voir. J’ai trouvé cela déplacé – si je n’ai pas envie de voir le visage des inconnus que je croise, ça me regarde, non?

Et ce n’est pas fini.

Le praticien s’est ensuite payé la tête de mon carnet de vaccination neuchâtelois, et a appelé son assistante « Venez voir ça Clothilde, c’est hilarant! Jamais je n’ai vu un carnet de vaccination pareil! Mais qu’est-ce que ça veut dire: Di-Te-Per? » Les deux ont levé des regards interrogateurs sur moi. « J’en sais rien, je ne suis pas médecin moi! » leur ai-je répliqué. « Mais vos vaccins sont à jour, n’est-ce pas? » « Je crois bien, oui » (je mentais bien sûr) « Alors tout est en ordre. »

Bref, après cette formalité, il a retrouvé son sérieux (ouf) et rempli ma « fiche médicale d’aptitude ». Il a donc déclaré que j’étais apte à travailler dans le canard pour les 16 jours restants de mon contrat.  »

Tout ça pour ça, ai-je alors pensé. »

Heureusement,  je n’ai ainsi pas dû retourner chez le docteur après avoir signé mon second CDD en France, car un « nouvel examen d’embauche n’est pas obligatoire lorsque le salarié est appelé à occuper un emploi identique présentant les mêmes risques d’exposition. » Heureusement, car étant télérédacteur auprès d’un site web basé dans la capitale, je n’avais pas très envie de me taper le voyage jusqu’à leur médecin du travail à Paris! Je ne sais pas si des dérogations sont possibles dans ce cas ;)

Et vous, que pensez-vous de cette démarche? Utile, inutile?

 

 

20 Responses to Spécialité française: l’examen médical d’embauche

  1. Sonia says:

    D’une Suissesse à une autre : Mais qu’est-ce que ça veut dire: Di-Te-Per?Diphtérie, tétanos et pertussis (coqueluche). ;)

  2. Cynthia says:

    Ce que je déteste le plus c’est qu’il faut se déshabiller complètement pour aucune raison valable!

    Je trouve ça tellement 19e siècle comme démarche!

  3. J’ai déjà réussi à passer à travers. Une fois, pour un CDD de 3 mois, j’ai reçu la convocation après mon départ… trop tard pour eux. lol !!

  4. JP says:

    Etant un français qui n’a jamais travaillé en France, je n’ai aucune idée de ce qui se passe lors d’un examen par la médecine du travail! XD Enfin, si, j’ai bossé deux fois en job d’été pendant 1 mois… donc exception!
    Par contre je me rappelle des visites médicales à l’école! Pas de prise de sang ou d’examen d’urine, mais on n’aimait pas ça quand même…

    • Kantu says:

      Coucou JP! Eh bien figure-toi qu’à l’école suisse aussi, nous avions chaque année une visite médicale – et une autre chez le dentiste. Ce dernier avait un cabinet ambulant dans un camion. À cause des caries, j’en tremble encore…

  5. jfr says:

    Et en suisse comment cela se passe ? Vous avez bien du travailler aussi en Suisse ? dans quel secteur d’activité ? Car sur internet j’ai trouvé qu’il existe bien des services de médecine de pathologie professionelle.

    • Kantu says:

      J’imagine qu’en Suisse cela dépend des professions, mais ce n’est pas une démarche automatique. Bien sûr, j’ai travaillé dans le pays durant mes études – dans le domaine de la presse et de la vente notamment. Aucune visite chez le doc n’était alors nécessaire!

  6. BOUTON says:

    Ils ont de la chance ces Français! Voir un médecin gratuitement et en plus pendant le temps de travail! Pourquoi Bonaparte n’a-t-il pas envahi la Suisse?

  7. M'dame Jo says:

    Apparemment, c’est plutôt la Suisse qui est l’exception. On est très « responsabilité personnelle », en Suisse.

    En Italie, il y a aussi. http://mdamejo.blogspot.it/2011/09/visite-medicale.html

    Pis pour s’inscrire (et rester inscrit) dans un club de sport, il faut fournir un électrocardiogramme normal par an. A 40€ l’examen pas pris en charge, évidemment.

    • Kantu says:

      C’est drôle ça, l’électrocardiogramme à fournir! C’est vrai qu’on est « responsabilité personnelle » en Suisse, comme tu le dis.

  8. Virginie says:

    En tant que française je peux vous dire que les médecins du travail sont souvent ceux qui ne pouvaient pas faire autre chose.
    Tous ceux que j’ai côtoyé personnellement ou dans mon entourage avaient l’air carrément perturbés et incompétents voire carrément siphonnés et on a tous une anecdote pour le prouver…
    Je suppose qu’il y en a des bons mais j’attends encore de le rencontrer.

    Enfin dans ma dernière entreprise les anciens s’amusaient à faire peur au petits jeunes (masculins) à ce sujet en leur disant que le médecin qui s’occupait de la société tâtait systématiquement les testicules, blague lourde mais c’était quand même assez drôle de voir l’inquiétude sur leur visage…

  9. Sylvain says:

    c’est marrant, je n’ai jamais eu à passer d’examens médicaux en france pour prendre un emploi mais en suisse oui :)
    ca dépend vraiment de l’employeur …

  10. Chris says:

    Dans la loi c est obligatoire, s ilne te fait pas faire la visite et que x mois plus tard tu es en discorde avec ton employeur tu peux t en servir pour te retourner contre lui et négocier une rupture amiable ( très intéressante pour recuperer tes droits au chômage)

  11. SeriousLee says:

    J’ai eu aussi le droit à une visite médicale obligatoire à mon entrée en école d’ingénieur en France !
    J’ai dû me déshabiller pour qu’un médecin me dise d’aller sur une balance, me demande si j’ai un problème de santé quelconque, puis me dise de me rhabiller et d’appeler la personne suivante…

  12. Assia says:

    Salut,
    je suis française, on doit passer une visite médicale d’embauche , que ce soit en CDD ou CDI, c’est légalement obligatoire, mais certains y échappe car c’est un système assez lourd et qui coute cher pour les employeur. Puis l’employeur doit faire passer une visite tout les deux ans.
    Lors des visites médicales d’embauche, les examens dépendent surtout du travail. En général pas besoin de se déshabiller , mais tout dépend du poste. SI on travail dans un bureau, aucune raison de se mettre en sous vêtement, faut pas se laisser faire.

    Sinon comme le dit SeriousLee, il y a aussi des visites médicales obligatoire pendant la scolarité, ainsi que pour rentrer à l’université et dans les établissement d’enseignement supérieur.

    • Kantutita says:

      Merci pour ces précisions- je ne savais pas qu’il y avait des visites médicales pour rentrer à l’université ou dans d’autres établissements, cela me semble fou. Cela n’existe pas en Suisse en tout cas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *