Mes horaires sont chamboulés depuis que je vis dans le Sud. Je me heurte aux portes fermées des commerces car je suis trop matinale. Mon estomac gargouille dès 18h30, alors que le « dîner » se prend ici tard. Mais surtout, je suis fatiguée de faire le pied de grue en fixant ma montre. Ah, la ponctualité des Français!

Premier décalage: l’ouverture des magasins

Le premier jour des soldes, je me rends au centre commercial pour son ouverture. Il est 9 heures tapantes, une heure jugée parfaite pour faire de bonnes affaires avant la cohue! Or, je me retrouve bêtement freinée dans mon élan par les stores métalliques abaissés des enseignes. Je suis sidérée: les magasins ouvrent de 10h à 19h! Mon erreur a été de calquer les horaires suisses que je croyais universels

En Suisse, les magasins dédiés au shopping récréatif ouvrent plus tôt – à 9 heures – et ferment plus tôt aussi – 18h30 en semaine, 17h00 le samedi.  Je vous parle là de mon expérience à Neuchâtel, car les horaires s’allongent quelque peu dans les plus grandes villes comme Lausanne ou Genève. Les commerces alimentaires, comme la bonne vieille Migros du centre-ville neuchâtelois, ouvrent généralement autour de 8h00 et ferment à 18h30 (sauf le jeudi, soir de nocturne, à 20h00). Autre subtilité, les magasins restent quasiment tous clos le lundi matin, un moment de repos moins courant en France, comme il n’y a pas non plus de nocturne hebdomadaire.

Je me souviens que mes colocataires français s’étaient arrachés les cheveux en découvrant les subtilités des horaires suisses: le timing est trop serré pour effectuer ses courses à la sortie du boulot (sauf le jeudi, alléluia!). Ce n’est en effet pas le samedi matin que les Français se précipitent pour faire leurs commissions: ils ont tous les soirs de la semaine à disposition! Les grands centres commerciaux restent accessibles aux adeptes de la course de chariots jusqu’à 21 heures environ… C’est très agréable. Enfin, les employés desdits centres ne sont sûrement pas du même avis.

La seule certitude, c’est que le dimanche, tout est fermé, dans un pays comme dans l’autre!

 

Souper sous les étoiles

Deuxième point de décalage: ici on mange plus tard. Dans la mesure où Montpellier est plus au sud de l’Europe, je ne devrais pas être étonnée… L’heure du repas du soir, appelé « dîner » en français de France et  « souper » en français de Suisse, se situe autour de 20h. Les Suisses soupant généralement entre 18h30 et 19h30, il m’a fallu quelques mois d’adaptation pour ne plus crever la dalle chaque soir… Car 19h30, au Sud de la France, c’est tout juste l’heure de l’apéro! Et la razzia sur les olives, j’en ai vite eu marre!

Difficilement concevable en Suisse: à Montpellier, il est aussi possible de réserver une table dans un restaurant pour 22h.

 

Avant l’heure, c’est pas l’heure!

Loin d’être une maniaque de la ponctualité, j’apprécie qu’on me montre du respect en arrivant à un rendez-vous plus ou moins à l’heure dite. À cinq minutes près, de préférence. De ce côté-là, je suis plutôt laxiste par rapport à certains Suisses. La preuve:

De retour à Neuchâtel pour un cours de sensibilisation pour le permis de conduire, je me suis pointée au rendez-vous de 8h00 avec cinq petites minutes de retard. Ça ne compte pas, hein? Eh bien si. L’instructeur m’a lancé: « Vous êtes en retard! » pour répondre à mon bonjour. Tout cela sans agressivité: j’ai d’ailleurs pris ça pour de l’humour en découvrant qu’il était à peine 8h05 et l’ai suivi jusqu’à une salle de cours où tout le monde était déjà assis. Il a dit « Ça y est, elle est arrivée! On peut commencer. » Soulagement général. Sans rire!

J’ai toujours été sidérée par les Suisses ultra-ponctuels. Ceux qui pensent qu’après l’heure, c’est plus l’heure, et qu’avant l’heure… c’est une faute de savoir-vivre! Mon ami Sidonien* a quelquefois sonné chez moi en s’excusant platement d’avoir une avance de 3 minutes. Idem avec mon amie Lélie*. Imaginez leur panique s’ils avaient un jour plus de 4 minutes de retard!

Imaginez leur panique aussi s’ils étaient à ma place! Les gens ici n’arrivent jamais cinq minutes avant par sécurité, et misent plutôt sur le quart d’heure d’après. Attention, cette tendance n’est que le fruit des mes humbles et limitées observations, et j’ai noté que certains Français sont très ponctuels malgré tout! Ceux qui sont en retard arrivent toujours en formulant une excuse…

Consciente de la différence culturelle, je cache mon exaspération et ne grommelle qu’intérieurement, pour ne pas passer pour une Suissesse intransigeante des aiguilles. Mais quand même, j’en ai marre de faire des ronds de jambe sur la Place de la Comédie ou de boire un verre toute seule au comptoir en souriant bêtement au barman.

J’ai tenté d’arriver en retard à tous mes rendez-vous après avoir mis le doigt sur le phénomène de la  « demi-heure montpelliéraine« . Le problème, comme me le faisait remarquer un collègue, c’est qu’on ne peut jamais prévoir si la réunion, la conférence, la pièce de théâtre commencera à l’heure exacte… ou avec cette fameuse demi-heure de retard. Cette science étant trop aléatoire, la meilleure solution reste d’avoir toujours un bon roman en poche.

Côté ponctualité, les Français que je côtoie semblent plus tolérants que les Suisses… avec les autres et surtout avec eux-mêmes!

D’accord? Pas d’accord? Vos anecdotes et observations sur la ponctualité en Suisse ou en France sont les bienvenues dans les commentaires!

*noms modifiés pour me protéger de leurs foudres (vous n’imaginiez pas sérieusement que j’avais un ami nommé Sidonien?)

Illustrations: ma collection d’horloges

16 Commentaires

  1. Attention, question ponctualité, il y a aussi une différence entre le nord et le sud de la France. A Paris, on se doit d’être à l’heure. A Toulouse, il y a une tolérance (habitude ?)qu’on appelle le quart d’heure toulousain. On n’est en retard qu’après ce fameux 1/4 d’heure.

  2. Merci de cette précision, Sylvie! Je me doutais bien que le Sud était différent du Nord…

    Cependant, les Parisiens ne semblent pas toujours exacts, si on en croit mon ami genevois, Al:
    « Il n’y a pas qu’à Montpellier. Je travaille actuellement à l’aéroport de Genève, à l’enregistrement des passagers. Régulièrement, des passagers français, surtout parisiens, arrivent en retard et disent « mais je n’ai que 5 minutes de retard, l’avion peut bien m’attendre… »
    (je reproduis son commentaire sur Facebook)

  3. J’ai pensé à toi l’autre jour: arrivé avec 10 minutes d’avances à un rendez-vous, je me suis efforcée de regarder toutes les vitrines pour ne pas arriver trop tôt et « déranger »! Ton post me fait aussi penser au commentaire d’un mexicain rencontré par mon coloc :  » Mais avec quel rigidité doit s’organiser une societé dans laquelle à une minute près on peut louper son bus »? (je pense qu’il est inutile de préciser qu’au Mexique les bus n’ont ni horaires ni arrêts, il passe ou.. il ne passe pas! ) Et pour finir sur une dernière loufoquerie du pays de la montre, ma maman commençait son dernier travail à 8h23 et finissait à 17h08…

  4. Sur la continuite du message de MIN, on bosse 8h24 par jour en Suisse…

    Je me suis adaptée au decalage horaire français LOL Bon, avec 2 enfants en bas age, ca aide aussi car il y a toujours le dernier petit bobo qui merite un gros calin, un gros bisou et 3 granules d’arnica ou le puant qui vient juste d’atterir dans la couche….
    Le dernier doc que j’ai vu, il avait 45 minutes de retard, et quand j’etais alle le voir la 1ere fois, sa secretaire m’a dit « vous etes en retard alors vous passerez apres le patient qui vient d’arriver » mais on a quand meme du attendre…
    Dans le film « Bienvenue en Suisse » la française (de Paris) explique que si ils arrivent en retard, c’est pour etre poli. Ca s’appelle le « quart d’heure de politesse ». Je sens que je vais trouver beaucoup de temps pour rattraper la lecture que j’ai en retard LOL

    • … tu parles de politesse! Par contre, ici tout le monde est en retard mais les gens ont moins de tolérance avec moi car je les ai mal habitués…

      Anecdote marrante: j’avais rendez-vous avec un ami français à 12h45 sur une terrasse (oui, ici c’est encore la saison).

      À 12h48 il m’appelle: « Tout va bien, t’as pas oublié notre rendez-vous? »

      Éberluée, je réplique : « Attends, j’ai que 3 minutes de retard!! En plus je suis là dans 30 secondes! (c’était vrai, je le voyais au loin) »

      « Ah bon, mais t’as une précision suisse d’habitude, alors je m’inquiétais… »

      ;) je suis restée cong.

  5. Ha, ça c’est une des choses que je ne supporte pas avec les Français « de l’intérieur » (cette expression, typiquement Alsacienne, englobe tous les Français vivant hors de l’Alsace). Chez nous, en Alsace, on aime être à l’heure (c’est notre côté germanique). Mais comme on vit quand même en France, on arrive à être laxiste au niveau des horaires… mais notre tolérance s’arrête à 15 minutes!

    Cela signifie que, si l’on fixe un rendez-vous informel (avec des amis, par exemple), on a le droit d’être légitimement vexé si la personne a plus de 15 minutes de retard et n’a pas de bonne excuse. C’est aussi après 15 minutes qu’on peut commencer à manger, commander à boire, etc. sans scrupules.

    (Par contre, pour tout ce qui est « officiel » – rendez-vous d’affaires, horaires de cours, de cinéma, de théâtre, réunions, conférences, examens, etc. – là, on commence à l’heure pile, et tant pis pour les retardataires!)

  6. France ou Suisse, nord ou sud, j’aime pas les gens en retard … Une fois, 2 fois ça passe, 3fois de suite c’est du fouta*e de gueule (excuser moi le terme). Après avec mon meilleur ami, quand je lui dit 20h à tel endroit, je me dit 20h20 pour moi car je sais qu’il ne sera pas à l’heure (mais c’est mon meilleur ami, alors je l’excuse (oui je sais, c’est nul comme façon de penser … :s)

  7. Je suis Française mais n’aime pas être en retard. Toutefois il y a une différence si tu as RDV à l’extérieur ou chez quelqu’un.

    A l’extérieur tu es censé être à l’heure. Le quart d’heure de politesse n’intervient que lorsque tu es invité chez quelqu’un, car on part du principe que la « maîtresse de maison » ne sera pas prête pile poile à l’heure, donc qu’ainsi tu lui laisseras le temps de finir ses préparatifs dans le calme…Oui, un peu étrange, je sais! :-s

    Sinon, je trouve en effet qu’arriver avec beaucoup d’avance chez quelqu’un est aussi impoli que d’arriver en retard! :)

  8. Notez qu’en suisse, il y a aussi le quart d’heure vaudois… rien que de changer de canton et les gens paraissent en général plus ou moins laxistes sur les horaires (Pour info, VD = va doucement)

    • Haha!!! Ce n’est pas du laxisme à mon avis, c’est parce que pour les Vaudois, y’a vraiment pas l’feu au laaaac…. Les Vaudoises ne sont pas pressééééyes non plus. (explications de mon gag pour les Français: en accent vaudois, ée en finale de mot est prononcé eye)
      VD Va Doucement? Je ne l’avais jamais entendue celle-là!

  9. Excellent cet article! Je te comprends tout à fait quand tu as trouvé porte close pour les magasins un jour de soldes! Oui oui! Et bien, j’ai le problème inverse ici en Suisse, je ne me fais pas aux horaires si tôt du soir… Pourquoi fermer à 17h le samedi ? Et même le soir en semaine, je ne peux jamais faire mes courses (et du coup, j’y vais le samedi mais vu que ca ferme tôt pour le reste, c’est tout une organisation!)…
    Bref, je n’ai pas encore subi les foudres d’un suisse trop ponctuel, heureusement :)

    • Eh bien, tu subis le phénomène inverse dis voir! C’est vrai que les magasins ferment tôt en Suisse, ce n’est pas très pratique :) En France, j’apprécie grandement cet avantage… pour les clients! Faire les courses le samedi dans la foule en Suisse – j’ai horreur de ça!!!

  10. Et encore, les horaires en Suisse varient d’un canton à l’autre !
    Chez moi, dans le canton de Fribourg (ou plutôt dans la partie francophone de celui-ci, car c’est différent du côté de Morat par exemple, bien que ce soit aussi près que Fribourg depuis où j’habite), les magasins ferment à 16h le samedi. Par contre, le soir de nocturne, ça ouvre jusqu’à 21h (le temps de travail global est donc le même que dans les cantons de Vaud ou Neuchâtel).
    Tiens, ça me fait penser à une expression que tu pourrais ajouter à ta liste d’helvétismes : « faire les commissions » ;-)
    A noter que j’entends de plus en plus « faire les courses », comme j’entends par exemple très souvent « chaussures », alors que quand j’étais petit, tout le monde (ou presque) parlait de « souliers » (mot que je continue à utiliser).

  11. Faire les commissions se dis aussi en France, mais c’est moins commun. C’est plus de nos parents ou grands parents. Ma tante l’emploi quasi systématiquement (sud est, environs de Gap, 05)
    Les commi en revanche ne se dit pas.

    Pour tout ce qui est formel, et même informel mais des rendez vous avec des personnes que je connais peu, les retard m’agacent.
    De toute manière un retard n’est jamais très agréable ni respectueux.

    Mes amis de longue date pour un bon tiers ne sont pas ponctuels (mais pire, savent l’être pour des choses importante liés au travail par exemple).
    Pour certains, un en particulier, je sais d’office qu’il sera la entre l’heure prévu voir 2 heures plus tard. Clairement c’est chiant, mais depuis plus de 15 ans, j’ai appris à ne pas compter sur lui.
    Quand j’arrive à le voir c’est cool et fait plaisir. Sinon, tant pis.
    Pour ceux qui sont moins « extrêmes » dans leurs retards 1 heure au grand max, rarement et en cas de pépin, ET SURTOUT qui me préviennent quand ils aurons plus de 15/20 minutes de retard, ça ne me dérange plus tant que ça. On est loin des 5minutes là hein ? :)
    Mais je parle de RDV chez les uns ou les autres.
    Si c’est un concert ou autre à heure précise, c’est un SMS pour dire qu’on se retrouve dedans et c’est réglé.

    Le pire c’est qu’en grandissant dans cet environnement, on agit aussi un peu de la sorte et on fini par agir de manière ressemblante.

    Le tout pour s’organiser dans ce contexte est de prévenir des changement de plans, détours en venant, tout ce qui retarde par un SMS ou un petit coup de fil et en général ça passe plutôt bien.

    Alors c’est vrai qu’un départ en soirée tous ensemble en soiré, c’est plutôt folklorique, mais ça à aussi son charme.
    Il faut essayer de profiter au mieux de ce qu’on ne peux changer.

    Ah et Paris aussi. J’y ait vécu. Eh bien c’était en effet dans mon entourage plus ponctuel. Mais clairement pas non plus à compter les minutes. Pas à moins de 5 c’est sur. Plutôt 10/15.
    — « Il est midi, s’ils ne sont pas là dans 10/15 minutes on se casse. »
    — « Bon, il est et quart. On attends encore 5 minute ? »
    — « nan va y appel les ou envoi un message pour leur dire qu’on décolle »

    — « Ouais, allo ? …blalbalba… Ok, on se vois là bas tout à l’heure. Ou sinon ce soir, T’ain vous êtes relou quand même. Bon, ok, ben on se rappel dans l’aprèm alors. Ok. Ok, ça roule. A plus. »

    Voila un petit extrait de ce qui, je pense reflète plutôt pas mal les choses.

    ;)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici