Où est passé le Saint-Nicolas?

Publié le 5 décembre 2012 | Par kantutita | Bienvenue en Suisse, Différences culturelles, Expat en France

Les pauvres petits Français du Sud ne craignent pas le Père Fouettard et ne reçoivent pas de cacahuètes le 6 décembre. Pourquoi? Le Saint-Nicolas ne passe pas par ici avec son âne et ses paquets de friandises, contenant des biscômes et des mandarines!

Au détour d’une conversation, j’ai réalisé que les Français du Sud ne connaissaient pas le Saint-Nicolas. Il semblerait qu’il soit fêté dans le Nord du pays, mais pas chez eux.

Un petit rattrapage sur le Saint-Nicolas s’impose pour eux!

Le 6 décembre, Saint-Nicolas rend visite aux enfants, avec son collègue le Père Fouettard. Le Saint-Nicolas a le même look que le Père Noël, sauf qu’il a un âne à la place d’un traîneau. Le Père Fouettard est en quelque sorte son double démoniaque. Il porte un vêtement brun, une barbe noire et un balai de branches, pour botter le cul des enfants pas sages.

Je vous ai trouvé cette photo sur Google Images. Avec étonnement, j’y ai vu de nombreux pères fouettards blacks  (au visage peint en noir) Hein ?!? Alors ça, jamais vu. Ce n’est pas un roi-mage le Père Fouettard que je sache! D’ailleurs, celui ci-contre a l’air d’un fumiste sans son balai et avec ses lunettes noires.

En voici un autre, plus convaincant:

Ce genre de costume se loue! Celui-ci vient d‘une boutique à Metz.

Les enfants sages, eux, reçoivent des petits paquets de friandises, contenant traditionnellement des mandarines, des cacahuètes et des biscômes. En Suisse, il n’y a heureusement que des enfants sages qui se goinfrent de biscômes.

Les traditionnels biscômes et les petits souliers

Mmmh un biscôme! Évidemment, je n’en trouve pas au Sud de la France…

Les biscômes sont une sorte de pain d’épice suisse et allemand, qu’on consomme en particulier durant la Saint-Nicolas. Ils sont fabriqués depuis des siècles! À Berne, on en trouve traditionnellement avec un joli ours glacé dessus (avec du glaçage, je veux dire). C’est le symbole de la ville! Berne possède d’ailleurs une fosse aux ours, où il ne faut pas tomber (je fais référence à un affreux fait divers de 2009, avec heureusement un happy-end).

Les Biscômes, avec un B majuscule, sont eux un regretté groupe de musique de rue genevois qui nous a valu de grands fou-rires et dont je garde précieusement les CD. Mais je m’égare là!

J’adore les biscômes, et je préfère encore plus les Biberlis fourrés. Miam!

Comme le Saint-Nicolas ne fait pas le travail tout seul (merci maman!), le 5 décembre au soir, les enfants laissent leurs chaussures en évidence devant la porte d’entrée, pour y retrouver le lendemain des chocolats et d’autres friandises.

EDIT:

Et j’avais oublié de mentionner les bonhommes en pâte, ou « grittibänz » pour les gourmands proches de la frontière suisse-alémanique! C’est avec les biscômes un classique de la Saint-Nicolas.

La visite du Saint-Nicolas

Donc, si dans certaines villes comme Fribourg, le Saint-Nicolas a droit à sa procession car il est le patron de la ville (comme Saint-Roch à Montpellier! Sauf que lui, il n’apporte de mandarines à personne), à Neuchâtel, il a la gentillesse de payer une visite aux écoles de la région, et passe dans les classes faire de l’animation, où distribue ses friandises à la récréation (dans mon village de Marin, je crois bien qu’il venait avec son âne dans la cour d’école!). On le croise aussi dans les rues de Neuchâtel le 6 décembre.

Il lui arrive même de troquer son âne contre un avion et de planter le Père Fouettard.

Exemple: au Club Neuchâtelois d’Aviation, le Saint-Nicolas arrive par les airs et vient apporter des friandises aux familles réunies pour l’occasion.

Le 6 décembre, donc, un tas de gentils messieurs se déguisent pour amuser les enfants. Une vingtaine de jours plus tard, ils peuvent recommencer, avec le même costume, pour Noël! Suffit de laisser son âne au garage.

Un toast pour tous les gentils Saint-Nicolas!

Les photos de cet article ont été vilement dérobées empruntées sur Google images. Pardonnez-moi! Je n’avais aucune archive de Biscôme ou de Saint-Nicolas en stock.

Note pour les curieux: il y a quelques mois, je vous parlais de certaines différences concernant les fêtes traditionnelles, comme celle des Mères qui change de date et d’autres fériés inconnus en Suisse. À lire ici!

Et vous, fêtez-vous la Saint-Nicolas dans votre région de France?  Se déplace-t-il à ski en Valais? Aimez-vous les biscômes?

22 Responses to Où est passé le Saint-Nicolas?

  1. Je ne sais pas si c’est fêté dans le vrai Nord du pays, mais en tout cas au moins jusqu’à Paris, pas de trace de St Nicolas!

    Je n’ai jamais goûté les biscômes et Biberlis, mais comme je suis gourmande…enfin je veux dire, super investie dans ma vie d’expat, j’essaierai d’en trouver d’ici demain pour fêter dignement la Saint Nicolas! :)

    laurène, expat française en Suisse, du blog Carnetdescapades.com

  2. Kantu says:

    Bravo Laurène! Goûtes-y et dis-nous ce que tu en penses!
    Merci de ces précisions sur l’absence du St Nicolas à Paris… et il est venu te voir alors à Zurich? :)

  3. Sylvie says:

    Je confirme qu’à Paris, je n’ai jamais vu St Nicolas et à Toulouse non plus !Dommage, je suis certaine que j’aimerai les biscômes et les Biberlis fourrés ! Et quand on est « grand », on y a le droit aussi ?

  4. Kantu says:

    Oh! Tu peux peut-être l’amadouer en racontant que lorsque tu étais petite, le Saint-Nicolas ne passait pas chez toi… et que tu ne connais pas le goût des biscômes.

  5. Ouii, il est venu me voir!!! J’ai trouvé sur mon bureau ce matin un Grittibänz :) Tu n’en parles pas mais apparemment ici c’est LE truc de la Saint-Nicolas: serait-ce Suisse Allemand?

    Sinon, il paraît qu’il y a une vente de gâteaux de Saint-Nicolas/Noël à la cafèt aussi…Je me mets en quête des Biberlis et Biscômes à la pause, j’ai une collègue de Lausanne qui me guidera ;-)

    Laurène, expat française très investie dans la découverte des spécialités culinaires suisses :-p

  6. Kantu says:

    Oh non, on en a aussi chez nous, des Grittibänz, mais on les appelle « bonhommes en pâte » – sauf dans des régions limitrophes de la Suisse-allemande où « Grittibänz » se dit couramment.
    Je les avais oubliés! On les mange aussi à cette période, tu as raison :)

  7. Il existe même des associations de Saint-Nicolas où tu peux réserver une visite à domicile. Les parents de ma filleule font ça tous les ans, je trouve ça vraiment génial! Quand aux petits sachets de friandises, aux Biberlis et autres Grittibänz, ils restent une vraie tradition même à l’âge adulte et de nombreuses entreprises en préparent pour leurs employés (la preuve en direct avec Laurène). Les traditions ont parfois du bon ;-)

  8. Léo Maradan says:

    Je confirme, la RH de ma boite est passé ce matin nous apporter un sachet (et double ration pour mes collèges qui sont jeunes pères)

  9. Julien says:

    Je me souviens que quand j’étais petit, je trouvais ça un peu étrange, ce St-Nicolas qui était exactement comme le Père Noël mais en moins bien. Mes parents n’ont jamais cherché à me faire croire à l’un ou à l’autre, du coup je ne comprenais pas bien pourquoi on avait deux coutumes aussi semblables et aussi rapprochées dans le calendrier, et je trouvais que les biscômes et les mandarines, c’était sympa mais quand même beaucoup moins que les jouets.

  10. Kantu says:

    Déjà petit, tu avais un esprit critique à toute épreuve! Dire que même des biscômes ne suffisaient pas à t’acheter…

    Pour ma part, j’acceptais la visite des deux sans problème et sans leur trouver de ressemblance autre que le look. Naïve, oui. Parce que le Père Noël il avait une plus grande barbe et des rennes. C’était pas pareil, car son cousin le St Nicolas, il venait toujours en compagnie du Père Fouettard et du « troisième monsieur ». (À l’école à Marin, on avait toujours la visite des deux personnages traditionnels avec un homme souriant qui aidait à la distribution des paquets de cacahuètes. :) Enfant, j’ai été étonnée de découvrir plus tard que le « troisième monsieur » ne faisait pas partie de la tradition.)

  11. Monique says:

    Quand j’habitais à Bienne, Saint-Nicolas et le Père Fouettard venaient distribuer des mandarines et des biscômes à la vieille ville le 2me mardi de décembre. Et ils avaient le même look qu’à Neuchâtel.

    Ici, en Flandre belge, Saint-Nicolas est habillé en évêque, avec mitre et une crosse, et il a une barbe blanche. Il est accompagné de un ou plusieurs « zwarte Piet » (des Pierres noirs) qui sont de jeunes Noirs (ou maquillés en Noirs) très espiègles. Les enfants les attendent avec impatience, car ils reçoivent beaucouup de jouets (et pas à Noël. Ici,le père Noël est habillé comme Santa Claus, et est moins important, on ne le rencontre que dans les grands magasins.
    Pas de biscômes ou de grittibäns ici, mais des speculoos!!

  12. Kantu says:

    Monique, merci pour ces infos intéressantes sur la St-Nicolas en Flandre! C’est donc eux que j’ai vu sur Google images, les « Pierres noirs ». Je les avais pris pour des Pères Fouettards!

    C’est drôle que la St-Nicolas soit plus importante que Noël. J’ai lu quelque part que cela devait aussi être le cas en Suisse autour du Moyen-Âge…

    Ah, des speculoos, miam!!!

  13. Heidi says:

    Kantu, n’oublie pas que tu devais laisser ta lettre sur tes souliers
    pourque Saint Nicolas la prenne et bien sûr il te laissait un petit
    cadeau et des gourmandises.

    Heidi

  14. prune says:

    Petites précisions quant à la St-Nicolas en Belgique (je suis née et j’ai grandi à Bruxelles, j’habite actuellement du côté de Liège) : Zwarte Piet est le nom flamand du Père Fouettard, qui est bien noir et dont le rôle consiste à faire peur aux enfants pas sages, car ils seront punis par le Père Fouettard.

    St-Nicolas n’est vraiment pas habillé comme le Père Noël : il a une mître et une crosse, et est accompagné de son âne, on ne peut pas les confondre. Leurs seuls points communs : ce sont de vieux barbus vêtus de rouge et de blanc qui apportent des cadeaux au mois de décembre. OK, c’est déjà pas mal, je pense qu’ils sont cousins ! ;-) Chez nous, on a toujours eu des jouets pour la St-Nicolas mais aussi à Noël.

    On le fête également à Nancy, j’ai eu la grande surprise de voir plein de décorations pour la St-Nicolas un jour où j’y étais de passage au bon moment. Il y a donc bien quelques petits Français chanceux le 6 décembre. :-)

  15. Martouf says:

    Aaahh.. merci bien pour ces précisions.. Justement à l’occasion de la St-Nicolas, j’ai fait des bonhommes en pâtes… et je me demandais si cette fête existe ailleurs qu’en suisse…. Merci pour la réponse ! :)
    En tout cas mes bonhommes à moi il étaient très très bons :) On a de la chance de fêter la st-nicolas comme ça en suisse ! mmh.

    Si jamais, pour ceux qui veulent tester, j’ai mis la recette sur mon site.. il suffit de cliquer sur mon nom ci-contre :P

  16. Arrêtez de chercher le Saint Nicolas,patience il va venir chez vous.

  17. lewerentz says:

    Quoi ?! Les biscomes n’existent pas en France ? Je suis sciée… Peut-être quand même en Alsace, non ?

    • Kantu says:

      C’est réputé comme une spécialité suisse et allemande, du coup c’est possible que les Alsaciens les connaissent aussi comme on a une culture plus proche… mais alors dans le Sud, aucune chance! :P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *