Où est Charlie? Les journaux satiriques suisses

Un billet sans prétention qui liste des journaux satiriques suisses, après des considérations sur l’après #jesuisCharlie. On y parle rapidement de Vigousse, La Tuile et le Nebelspalter.

 Vigousse

Ci-contre, le message de Barrigue, fondateur du satirique suisse romand « Vigousse », à retrouver en entier ici.

Après avoir passé une semaine noire à multiplier les hashtags #jesuischarlie sur les réseaux, semaine ponctuée par les magnifiques rassemblements de ce week-end en France et dans le monde (même en Suisse!), il y a une question qui me taraude: « et après?« . Marcher dans les rues, si c’est un beau symbole, ne change pas concrètement la donne. Je sais bien que les gens se sont rués sur les kiosques hier (mercredi), avec un tel empressement que dès 10h du mat’, ce numéro de Charlie était en rupture de stock en France. Il est distribué aujourd’hui seulement en Suisse et les lecteurs ont tenté sans succès de les réserver auprès des kiosquiers, dont certains font le calcul, entre 250 demandes (de réservation!) et  5 exemplaires à vendre!

Mais cela ne change rien à ma question.

Et après?

Comme le dit Luz, dessinateur de Charlie Hebdo, dans les Inrocks: « Dans un an, que restera-t-il de ce grand élan plutôt progressiste sur la liberté d’expression ? Est ce qu’il va y avoir des aides à la presse particulières ? Est ce que des gens vont s’opposer à la fermeture des journaux ? Des kiosques ? Est ce que les gens vont acheter des journaux ? Que restera-t-il de cet élan ? Peut-être quelque chose. Mais peut-être rien. »

Bruno Bertez estime que « les Français sont plus prompts à agiter des petits panneaux, ce qui ne leur coûte rien, qu’à se lever et à se battre pour les vraies libertés. » Espérons qu’une partie d’entre nous lui donne tort et soit portée par cet élan pour soutenir la presse insolente avec de très concrets écus sonnants et trébuchants, et cela pas seulement hier et aujourd’hui, mais également demain!

Du coup, j’ai eu envie de rédiger un petit billet (ce ne sera pas long!) pour mettre en avant les journaux satiriques suisses! Ces petits titres bien de chez nous qu’on oublie parfois de regarder dans nos kiosques, perdus dans la masse de journaux et magazines édités en France. Parce que si vous n’avez pas l’intention de vous abonner à Charlie Hebdo, soutenir la liberté de la presse, ça peut aussi vouloir dire encourager un média satirique local! À Montpellier, il y a l’Agglo-rieuse par exemple, et je voulais voir ce qu’on pouvait dénicher en Suisse…

Forcément, on n’est pas toujours d’accord avec les propos des journaux satiriques, mais leur rôle est bien de dépasser les bornes en n’épargnant personne! « Les admirer, ce n’est pas approuver toutes leurs idées et tous leurs choix, c’est saluer avec respect leur démarche », dixit encore Bruno Bertez. Et je pense qu’on reconnaît un bon satirique au nombre de menaces et de procès dont il écope, preuve qu’il dérange!

Les journaux satiriques suisses

Commençons par la Suisse alémanique, avec le Nebelspalter – nom qui signifie d’après Google Translate le « couperet à brouillard ». Fondé en 1875, ce journal est le plus ancien magazine satirique du monde encore en vie, d’après son site. Il aurait connu son apogée dans les années 30 en s’opposant au nazisme et au fascisme. Pour les germanophones: voici un aperçu du mensuel en cours. Pour les autres: ne vous inquiétez pas, le reste de l’article est concentré sur des journaux satiriques en français.

Nebelsplater

En Suisse romande, de nombreux titres ont été fondés au fil des années avant de péricliter rapidement sur ce petit marché. Du coup je n’ai pas beaucoup de journaux satiriques à vous présenter.

Vigousse

vigousse2

Lancé en décembre 2009, Vigousse est encore en vie! Le petit satirique romand* se targue d’être « le seul canard à 2 balles qui coûte 3 francs 50. » L’hebdomadaire francophone a été fondé par le dessinateur Barrigue, avec la complicité de l’humoriste – archéologue Laurent Flutsch, connu pour avoir longtemps mis les pieds dans la Soupe (l’émission de radio). Leur compère Patrick Nordmann, cofondateur, a depuis quitté l’aventure.
Comme c’est le seul satirique suisse que je lis vraiment de temps en temps, je peux vous dire que je l’aime bien!
À noter pour les Suisses de l’étranger: un abonnement international existe!
Pour les Français: J’ai remarqué avec stupeur (parce que je l’utilise souvent – et même sur les cartes de visite de Y’a pas le feu au lac!) que le terme « romand » n’est pas toujours compris par les Français. En fait, c’est l’adjectif désignant ce qui vient de la Suisse romande, soit la partie francophone du pays.

La Tuile (au Jura)

La tuile satirique

Au Jura, le journal satirique La Tuile vaut à son auteur, Pierre-André Marchand (71 ans), de multiples procès. La routine, après plus de 500 numéros. Le pamphlétaire au langage fleuri a fondé son titre dénonciateur en 1971. Pour lui, c’est « une partie de rigolade » que d’être à chaque fois condamné, selon cette interview de 2014 sur la télé locale. Or cette semaine, Le Temps a consacré un article à La Tuile  (lien) où l’on peut lire que d’après l’émission Médialogues, les «Charlie» jurassiens ne se pressaient pas pour prendre son parti suite à un énième procès relativement coûteux. Mais Pierre-André Marchand dit qu’il ne craint pas la banqueroute, car « ses lecteurs sont généreux et versent suffisamment pour couvrir les coûts de ses procès ». Il n’y a pas d’entre-deux, les gens l’adorent ou le détestent! Son mensuel est lu par 1500 abonnés environ, et est tiré à 2500 unités. Pour découvrir cette personnalité et entendre sa voix (car il chante aussi) , voici un portrait diffusé il y a quelques années sur la TSR. Évidemment je n’ai jamais vu ce journal de mes yeux, car je ne vais pas souvent dans le canton du Jura et il s’autodétruit si on tente de lui faire passer la frontière.

À propos, les Jurassiens qui ne le détestent point, où se le procure-t-on?

La Distinction

En préparant cet article, j’ai découvert l’existence de La Distinction, une revue satirique fondée à Lausanne en 1987, selon l’Encyclopédie des gens généreux qui partagent leurs connaissances.

« Ce périodique est lié à la librairie lausannoise, Basta !, il paraît cinq à six fois par an et comporte 8 à 12 pages de 42 cm. Le sous-titre est Revue de critique sociale, politique, littéraire, artistique, culturelle et culinaire. Et aussi : « Strč prst skrz krk ! »

Le contenu est formé essentiellement de critiques littéraires, ainsi que de critiques des médias et de l’actualité politique de Suisse romande. »

Si vous avez eu l’honneur de la feuilleter, dites-nous en plus dans les commentaires! Leur site à un design archaïque mais on espère que c’est du deuxième degré: www.distinction.ch

Citons aussi l’émission « 120 secondes » que je sais que vous êtes nombreux  à adorer, des sketchs en vidéo où les Vincents Kucholl et Veillon ont commenté l’actualité suisse de 2011 à 2014. Diffusés en audio sur la chaîne de radio Couleur 3, les sketchs étaient ensuite uploadés sur Youtube et ont remporté un franc succès.

Et durant mes recherches, j’ai trouvé un site déconneur, « 24matin » qui promet « le bilan de l’actualité en 20 Minutes si vous avez le Temps ». Je suis tombé dessus grâce à la news sur l’agression du politicien Oskar Freysinger, qui se serait fait couper son catogan! J’aime y trouver ces clins d’œil suisses qu’on ne risque pas de voir sur le Gorafi.

 

Comme vous le voyez, ma récolte est plutôt maigre et compte probablement des lacunes alors n’hésitez pas à partager d’autres titres satiriques qui m’auraient échappés, ou des émissions de radio ou de télé! J’attends bien sûr aussi vos avis sur ces journaux satiriques suisses dans les commentaires…
Et dites-nous: avez-vous participé aux marches de soutien à Charlie? Et maintenant, vous avez décidé de faire quoi?

6 réflexions sur “Où est Charlie? Les journaux satiriques suisses

  • 15 janvier 2015 à 11 h 41 min
    Permalien

    Il y eut « Le Fond de la Corbeille », autour de Lova Golovtchnier à la télévision, et la très populaire émission radio « La soupe est pleine ». Tout cela a disparu. A noter que les journaux satiriques n’ont jamais duré longtemps en Suisse romande (cf. « Saturne », il y a quelques années, et d’autres encore auparavant); « Vigousse » me paraît donc particulièrement vigoureux. Ah – et il y a la tradition des journaux de carnaval, satiriques mais d’audience locale (« Le Crapaud » à Bulle, « La Fouine » à Fribourg, etc.).

    Répondre
    • 15 janvier 2015 à 11 h 54 min
      Permalien

      Bonjour Fattorius. Oui, ce sont des émissions regrettées! D’ailleurs la Soupe a disparu y’a pas très longtemps.

      Merci de citer aussi cette tradition de journaux de carnaval, à laquelle je n’avais pas pensé!

      Répondre
  • 17 janvier 2015 à 11 h 21 min
    Permalien

    Vous avez la radio Grrif qui est pour moi plus satirique que couleur 3
    102 à la chaux de fonds.
    Merci pour votre article!!!

    Répondre
    • 19 janvier 2015 à 11 h 33 min
      Permalien

      Bonjour Hugo, merci pour le mot. Ah, je n’ai pas encore eu l’occasion d’écouter Grrrif! Merci d’en avoir parlé :)

      Répondre
  • 21 janvier 2015 à 0 h 26 min
    Permalien

    Un compatriote jurassien conseille de s’adresser à P.A. Marchand par e-mail (adresse électronique indiquée sur le bandeau de LA TUILE)

    Répondre
  • 17 février 2015 à 15 h 29 min
    Permalien

    Merci je connaissais Vigousse mais pas les autres.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *