Photo de Yapaslefeuaulac.ch

Le méli-mélo des mesures au Québec

Publié le 8 septembre 2014 | Par kantutita | Différences culturelles, Six mois au Québec

Mesures au Québec: set de tasses à mesurer

Au Québec, ils ne comptent pas tout à fait comme nous. Ils utilisent gaiement Fahrenheit et degrés Celsius, les jeunes vous parlent en mètres et les vieux en pieds, et tous s’étonnent de la manie des Européens à mesurer les ingrédients des recettes de cuisine en grammes. Comment on s’y retrouve dans ce méli-mélo?

Eh bien en tant qu’expat suisse paresseuse habituée au seul système métrique, je ne m’y retrouve pas. Sauf en ce qui concerne la pâtisserie où j’ai allégrement troqué ma balance contre des cups et des teaspoons (photo ci-dessus)(et plus bas)En jetant un dernier coup d’oeil à cet article, je remarque que ma nouvelle passion pour les tasses et cuillères à mesurer se laisse deviner dans le choix des illustrations… ahem!

Pour le reste des mesures, je fais semblant de comprendre ce que disent les gens. Quand je lis la carte de ma micro-brasserie préférée, je compare les contenances des verres indiquées en oz pour déduire quel est le format moyen. Si le serveur me propose une chopine, j’acquiesce poliment. Quand un Québécois s’exclame sur la météo en Fahrenheits, j’improvise. S’il me parle de la taille en pieds d’un orignal croisé dans la nature, je fais semblant d’être impressionnée sans réussir à retranscrire mentalement cette donnée en bons vieux centimètres. « Tu te rends-tu compte, il faisait plus de 6 pieds au garrot! » « Ah bon? Oh la la, ça doit être impressionnant »…  Quand un ami m’explique qu’il pèse 200 livres, je ne parviens pas à estimer ce que cela veut vraiment dire. Et j’en passe!

Or le système de mesures au Québec n’est pas exclusivement anglo-saxon. Plutôt que de choisir entre système métrique et impérial, les Canadiens utilisent en fait… les deux!

Du côté des unités de mesures, c’est pas bien homogène le Canada! Le cœur des habitants balance entre le système métrique et impérial (nom officiel du système de mesures anglo-saxon). Encore un héritage de ces sacrés Anglais! Et plutôt que de trancher, Canadiens anglophones comme fiers Québécois utilisent les deux.

Je vous laisse une seconde pour imaginer ce que ça donne concrètement, un pays où deux systèmes si différents sont en concurrence.

Certains Québécois que j’ai rencontrés parlent en mètres, d’autres en pieds. La température de l’air est en Celsius, celle de l’eau plutôt en Fahrenheit. Rassurez-vous, par contre, les limitations de vitesses sont indiquées en kilomètres à l’heure sur les panneaux. J’ai eu la présence d’esprit de m’enquérir de cela avant de démarrer lors de notre départ pour la Mauricie en voiture de location – parce que le cadran de vitesse indiquait les deux, km/h et mph. Mon four aussi est bilingue: il parle en degrés Celsius et Fahrenheit – ce qui est bien pratique.

Si les Québécois utilisent les deux systèmes métriques mélangés, il devrait y avoir un fossé entre jeunes et vieux… En théorie, les moins de 35 ans ont appris le système métrique à l’école, et les plus de 50 ans sont plutôt attachés à l’ancien système!

[Précision le 23.09!] Or, en pratique, des graphistes opérant à Montréal dans des équipes jeunes m’ont dit avoir bien du mal à travailler… en pouces! Comme quoi cela reste flou! Si vous avez d’autres témoignages, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire!

Dans les années 70, lorsque le Canada a tenté de remplacer les mesures impériales par le système métrique – et l’a inscrit au programme de certaines écoles, de savantes conversions ont été proposées pour passer des pieds aux mètres (longueur), ou pieds carrés en mètres carrés (surfaces), des onces et pintes en litres (volume), des livres en kilos (poids) et des F° en C° (température). Or certains Canadiens ont résisté à la modernité et voulu conserver les mesures « impériales » auxquelles ils étaient habitués. Du coup dans les années 80, le gouvernement a fait des concessions et marche-arrière. Les autorités ont décrété un moratoire sur l’usage du système métrique dans le pays. Depuis, c’est le bordel, si vous voulez mon avis. M’enfin, j’imagine que les résidents permanents du Québec et du Canada ont appris à jongler entre les deux, et que je n’ai qu’à m’adapter!

Autre point amusant, les mesures impériales ont leurs noms en bon français. Les miles sont des milles, les pintes québécoises (quart en anglais) ne sont pas équivalentes aux pints (Ce serait trop simple) mais valent environ un litre. Les pints anglo-saxonnes, proches des 1/2 litres, sont plutôt traduites sous le joli nom de chopine. Or cela vaut pour les liquides dans l’absolu. Dans les bars montréalais, une pinte de bière est par contre un grand verre proche du demi-litre. Vous n’avez rien compris? C’est pas grave, je ferai peut-être un « guide du bar québécois » un de ces quatre, sur le modèle du guide du bar français pour les Suisses.

Si vous êtes pris d’une folie convertisseuse, ce site dédié aux expats montréalais propose des outils très pratiques pour traduire pieds carrés, gallons ou chopines en mesures plus compréhensibles pour les cousins européens.

Et si les mystères du système de mesures québécois vous fascinent, je vous conseille de creuser le sujet en lisant ce très bon article sur Fredak.com. D’après l’auteur, les Québécois connaissent plutôt leur taille en pieds et leur poids en livres, alors que sur leurs documents d’identité tout est indiqué en centimètres et kilos.

L’usage courant et le système officiel sont en décalage, et cela crée un joyeux méli-mélo.

Bon alors, amis québécois, comment vous faites-vous donc pour vous dépêtrer? Surtout que le système métrique fonctionne sur une base 10 très pratique, alors que du côté impérial, les pieds sont en base 12! Êtes-vous passés pro de la conversion de tête? Parlez-vous couramment système métrique et système impérial? J’attends vos témoignages dans les commentaires si le cœur vous en dit!

 {Parenthèse pour les gourmands}

La magie des cups

Au diable la balance de cuisine!

mesures au Québec cuisine cupsCups et tablespoons: mesures au Québec

Au Québec, les gens s’étonnent de la manie des Européens à vouloir mesurer les ingrédients des recettes de cuisine en grammes, avec une balance (hou les maniaques!). Ils trouvent cela étrangement zélé. Et compliqué. C’est drôle, parce que pour nous autres, c’est juste la routine, rien de plus banal.

Avant de prendre possession de l’appartement meublé et plein d’ustensiles de cuisine (dont une machine à pop-corn!) de ma gentille sur-locataire, je ne connaissais même pas l’existence des tasses à mesurer.

Ces contenants en plastiques permettent de faire la cuisine, car les mesures dans les recettes impériales américaines ou canadiennes sont indiquées en « cups », « 1/2 cups », « tablespoon », « teaspoon » etc. Ce qui se traduit en français par tasse, cuillère à table, cuillère à thé.

À titre d’exemple, voici ma collection flashy, digne d’une dînette de petite fille. Bon, il existe aussi des ustensiles en métal, en plastique noir ou même… sous forme de poupées russes.

Photo de Yapaslefeuaulac.chPhoto de Yapaslefeuaulac.ch

Dans l’ordre de cet arc-en-ciel: 1/4 de teaspoon – 1/2 teaspoon- 1 teaspoon – 1/2 tablespoon – 1 tablespoon

Anecdote amusante: Il y a une semaine, j’ai passé deux nuits chez Micheline, Québécoise pur sucre, dans une maison d’hôte à Charlevoix. On a bien discuté du Québec et de nos différences, c’était très sympa. Elle allait envoyer sa recette de confiture ananas – fruit de la passion (par poste) à une touriste française avec qui elle avait sympathisé autour du petit-déjeuner. « Mais alors, vous n’avez pas de tasses à mesurer en France? Et comment elle va faire pour la recette? » « Oh, on trouve des correspondances sur internet, ne t’en fais pas. » « Ah, ou elle n’a qu’à utiliser des tasses à thé, pour finir, c’est une tasse de sucre et une tasse de fruits. Et après ajouter un sachet de jello. » « Heu…du quoi? » « Mais du jello. Quoi, vous n’avez pas ça en France? C’est de la gélatine avec saveur de fruit. » « Jamais entendu parler. Mais on a de la gélatine tout court. » « Oh…mais la recette va pas marcher, il faut le mélange des fruits! » Pour régler le problème, Micheline a pris le parti d’envoyer un sachet de cette étrange mixture avec la recette. Elle est ressortie de sa cuisine un brin inquiète deux secondes plus tard, une conserve à la main, pour nous demander: « Et des ananas en boîte? Vous avez des ananas en boîte en Europe? Parce que ça, c’est un peu lourd à envoyer! »

[Info pour les Québécois: oui, on a des ananas en France comme en Suisse. Mais pas de colibris, de têtes de violons ou d’avocats gros comme des mangues.]

Je termine en vous laissant en tête à tête avec mon utile tableau de conversion en cups, inscrit sur un post-it et judicieusement collé sur le frigo.

1 cup ou tasse =

1/4 de litre

~ 100 grammes de farine

225 grammes de beurre

200 grammes de riz

Vous pouvez retrouver des tableaux de conversion plus complets et précis (liquides, solides, températures) sur ce site de recettes québécoises. En bas de leur page, il y a un très utile lexique de denrées alimentaires français-québécois. Si j’avais su ce qu’il y avait dans mon bocal en plastique jaune de « poudre à pâte magique », je n’aurais pas acheté un lot de sachets de levure chimique supplémentaires en préparant une recette utilisant cette nomenclature… Puisque semble-t-il que c’est pareil!

Aux Québécois ou expatriés dans la Belle-Province: êtes-vous à l’aise avec les deux systèmes de mesures? Et parmi les habitants du Vieux-Continent, qui a adopté les tasses à mesurer, hein? Je vous jure que c’est pratique avec le livre de cuisine assorti.

 

12 Responses to Le méli-mélo des mesures au Québec

  1. Aglagla says:

    C’est original leur façon de mesurer !
    C’est vrai qu’en Europe, on a tendance à toujours utiliser la balance ou à s’en passer lorsqu’on a la flemme de la sortir. Avec les cups, c’est bien plus simple !

    • Kantu says:

      Bien d’accord avec toi :)

    • Fanny says:

      Oui mais alors va donc mesurer une tasse de beurre… je t’explique même pas!
      De mon côté, vivant au Québec depuis 7ans et demi, je me suis habituée aux pieds, pouces, etc.
      (Je vais écrire un autre billet là-dessus) mais alors les tasses j’ai du mal! En fait, ça revient à tout mesurer en volume plutôt qu’en poids…
      En Suisse, j’utilisais les volumes (en litres, décilitres et millilitres) ou les poids (grammes, Kilo…) dépendamment de la matière à utiliser.
      Au Québec tout est en tasses, livres, ou onces (oz) mais là-aussi, c’est compliqué car on change perpétuellement de base! Une livre n’est pas un demi-kilo comme dans le langage courant en Suisse romande mais : 454g (bon d’accord, c’est proche) et une livre contient 16 onces! Je vous laisse calculer combien pèse une once… moi, j’abandonne!
      Je suis toujours paumée quand une jeune maman me dit toute heureuse que son bébé a bu 8onces!!! (exemple non réel écrit au hasard)
      Pour en revenir aux tasses et autres, les cuillères à soupe, à café… sont autant utilisée en Suisse qu’au Québec. C’est juste qu’on leur donne pas le même nom et que les québécois n’ont généralement aucune idée du fait qu’une cuillère à café (à thé pour eux) contient environ 5 ml (ou grammes), une cuillère à dessert (à table) environ 10ml et une cuillère à soupe environ 15 ml… Leur cuillères à soupe sont généralement légèrement plus petites que les nôtres… en fait, elles ressemblent à nos cuillères à dessert!

      Bref, de mon côté, je sais maintenant qu’une tasse = 250ml… j’utilise les cuillères facilement (je prends les cuillères que j’utilise comme services (=couverts en France et ustensiles pour les Québecois!) et … ça s’arrête là!

      Je me trouve aussi incapable d’utiliser les Farenheit!
      Mais je commence à m’habituer au gallons impériaux (qui ne sont pas les mêmes que les gallons des USA!) car nous faisons du sirop d’érable et … ça se vend habituellement au gallon. Hors, nous avons maintenant des récipients en litres! (4l, 1l, 500ml) J’ai donc appris qu’un bidon de 4 litre est ce que je dois proposer à un client qui me demande un gallon de sirop. (un gallon = 4,54l = 4540ml)

      Ma conclusion : c’est en travaillant dans un domaine où on n’a pas le choix d’utiliser les mesure (pour le travail ou pour le plaisir) qu’on apprend et qu’on devient à l’aise.

      Salut!

  2. Sébastien Morin says:

    J’ai déménagé en Suisse il y a quatre ans et je me souviens encore de la tête des déménageurs quand je leur ai dit de ne pas s’en faire s’il n’arrivait pas à visser le lit, car les vis n’étaient pas en système métrique, mais impérial. La surprise sur leur visage était impressionnante, surtout quand ils ont vu mon kit d’outils MasterCraft double, avec un côté pour chaque système..!

    Merci pour l’article, ça m’a rappelé de bons souvenirs de chez-moi !

    • Kantu says:

      Excellent! Je ne savais pas que les vis aussi étaient différentes à cause du système de mesures, c’est drôle. J’imagine que les déménageurs suisses n’avaient jamais dû voir une affaire pareille!!! Merci d’avoir partagé cette sympathique anecdote!

  3. Diane says:

    Je suis une Québécoise pure laine et j’admire la justesse de votre article!!!
    Voir ainsi notre méli-mélo franglais d’un oeil extérieur («La température de l’air est en Celsius, celle de l’eau plutôt en Fahrenheit», etc., etc.) m’a fait pleurer de rire, mille merci!
    Eh oui, vouloir plaire à tout le monde ça ne peut aboutir qu’au bordel! C’est une leçon que les fervents des « accommodements raisonnables » devraient retenir, mais c’est là un sujet moins drôle…
    Remarquez que, pendant que vous vous initiez aux tasses et cuillères à mesurer (ne pas trop y tasser les ingrédients), moi je viens de leur adjoindre une mignonne balance de cuisine… métrique et impériale, bien sûr.
    Encore merci (^,^)

  4. Rosie says:

    je me souviens à l’age de 8 ans (aux USA années 70) on nous a informer à l’école que l’on allez bientôt passer au système métrique et on a appris un peu sur le système des cm etc. Puis rien, RIEN. Tous ce que j’ai vu sortir en métrique par la suite étaient les bouteilles de 2L de boissons coca et compagnie.

    J’ai pris l’habitude du métrique en France, c’est bien plus concrète. Mais au début, lors d’une visite médicale pour ma carte de séjour, le médecin m’a demandé mon poids et j’ai répondu 58 kilomètres !

    Mes les cups et teaspoons, on en a à la maison, aussi. Mon mari ancien pâtissier aime faire les …euh… « gâteaux » américains parfois et c’est nettement plus facile de ne pas devoir convertir.

    Mais, coté clavier, je reste QWERTY. Je n’arrive pas à m’habituer à faire SHIFT à chaque fois que je termine une phrase ou veux mettre un chiffre. Un clavier canadien marche bien, même avec les étiquettes pour le convertir. Comme ça on reste QWERTY avec les chiffres et le point mais on a des accents français.

    Votre blog et vraiment sympa, je suis contente de l’avoir trouvé !

    • Fanny says:

      C’est vrai que c’est aussi toute une adaptation pour les claviers!!!
      J’avais oublié!
      Entre autre, le « z » et le « y » qui échangent leur place… Quand on s’appelle Fanny… vous imaginez pas le nombre de fois que j’ai signé Fannz! :-))

  5. Fanny says:

    Comme promis, un petit précis sur les pieds, pouces, etc
    Les pieds sont en base 12, les pouces en base 8 : on compte des 8e de pouce (1/8 pouce), des 16e et des 32e de pouce…
    Du coup un mesure 38cm = 1pied, 2pouces et 31/32. On dit plutôt : 14pouces et 31 32e mais les « non professionnels » s’arrêtent souvent au 8e de pouce et disent plutôt : 14pouces et 7/8 fort.
    40cm c’est 15 pouces 3/4 (trois quarts)… il faut savoir que 7/8 (on dit couramment sept huit pour dire sept huitièmes…) c’est un trait après trois quart (3/4). Ben oui, 3/4, c’est 6/8… )
    J’ai appris en…construisant ma maison. Et oui! Ça nous force à jongler plus facilement avec les différentes bases… dont je ne me souvenais plus et me demandais bien à quoi ça pouvait bien servir! Moi qui étais nulle en math en primaire… grâce au Québec, je comprends certaines choses! ;-)

    Bon, en plus, sachez que si on vous demande votre taille, on converti en pieds mais si comme moi, vous êtes amoureux des chevaux… on vous demandera la taille de votre ami en… mains! Heureusement, une main = 10cm Fiou! Je retombe en base 10 pour ma conversion!

    Conclusion : Les pieds, les pouces, les mains… on s’y fait et c’est même sympa, c’est une bonne gymnastique cérébrale! Mais : Vive le système métrique où il suffit d’ajouter ou d’enlever des 0! (ou des virgules)

    :-)

  6. Alex says:

    Hello,
    Pour le coup du graphiste, je suis suisse et j’ai fait un CFC de polygraphe (typographe, infographiste, le nom change de pays en pays aussi!), et je peux te dire que c’est un truc typique de l’industrie graphique. On parle beaucoup de pixels par pouce pour les images par exemple, et on a des règles spécifiques (typomètres) où on peut retrouver d’un côté les cm, de l’autre les pouces. C’est une spécificité qu’on doit retrouver un peu partout dans l’industrie graphique quel que soit le pays j’imagine!

    Bonne continuation :-)

    • Fanny Viret says:

      Merci Alex,
      J’ignorais que dans certaine professions, le mélange des pouces et des cm existaient même en Suisse! Évidemment, à la base, c’est le système impérial d’Angleterre donc, pas étonnant que ça se retrouve en Europe. Les Québécois l’ont gardé, faisant partie du Canada qui fait lui-même partie du Commonwelth…

    • kantutita says:

      C’est hyper intéressant! Merci beaucoup Alex pour cette note sur les mesures dans ton métier!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *