Home sweet home: la quête du Graal à Montréal

Publié le 6 juin 2014 | Par kantutita | Immobilier, Six mois au Québec

Appartement à Montreal (4)

Pour trouver un appartement à Montréal, il faut d’abord réussir à décoder les petites annonces! Nous avons enfin trouvé notre home sweet home –  un 3 1/2 en sous-location. Mais attention – cela ne signifie nullement que c’est un logement doté de 3 pièces. Eh non! Car les Québecois ne les comptent pas tout à fait comme nous… Sur ce plan là, ils sont même plus pingres que des G’nevois.

Si lors de mon arrivée en France, j’ai dû me prêter à un exercice de traduction pour comprendre ce qu’était un « F2 », il a fallu recommencer avec les petites annonces québécoises. Il y a des p’tites différences qui peuvent mener à des déconvenues. Oui, oui, parce qu’au Canada, on ne compte pas les pièces comme chez nous (en Suisse) (ou en France d’ailleurs).

Comment les Québecois comptent les pièces des appartements

Appartement à Montreal (1)Quand en surfant sur Kijiji, le site d’annonces le plus célèbre du Québec, j’ai passé en revue une poignée d’annonces pour des appartements afin de me faire une idée des tarifs,  j’ai été ravie! Un 3 pièces 1/2 à Montréal coûtait le même prix que mon 2 pièces à Montpellier.  « Quelle aubaine, »nous sommes-nous dit avec mon Français du Sud, « on pourrait même prendre un appart plus grand pendant nos six mois au Canada! ».

Or ce que nous ignorions, c’est que les Québecois comptent les pièces différemment de nous. Un 3 pièces 1/2 québecois correspondait en fait exactement à notre 2 pièces français.

Le décompte: en Suisse (sauf Genève qui triche), un 3 pièces et demi c’est bien 1 salon + 2 chambres, avec le mystérieux demi pour un vaste couloir ou une cuisine habitable.

Au Québec, un 3 1/2 c’est 1 salon + 1 chambre +… 1 cuisine (comme à Genève justement)! Et le 1/2 compte pour la salle de bain. On perd donc une pièce sur le bon sens!

Vous remarquerez que je suis d’humeur suissocentriste aujourd’hui, mais vous me pardonnerez, hein?

Résultat des courses: Adieu illusions! Nous avons recherché – et trouvé! – un appart’ de même format que notre dernier nid montpelliérain – mais je ne me plaindrai pas car il est mignon et très très bien placé au cœur du Plateau.

Quelle originalité, me direz-vous car, c’est le quartier central de Montréal envahi par les Français (Lien: le billet humoristique d’un Québecois qui en a marre, à lire!) – je me console en me disant que je ne vais pas réellement grossir leurs rangs, puisque je vous rappelle que je suis Suisse, moi. Toc! Il faut juste que je reprenne l’accent d’Neuch //que je laisse nonchalamment dépasser mon passeport rouge de ma poche // ou que je distribue des Ricola pour apparaître comme telle.

 

Le condo, c’est chic

Bref, malgré quelques circonvolutions, vous savez à présent compter les pièces d’un appartement à la québecoise. Mais d’autres notions vous seront utiles si vous souhaitez parcourir des petites annonces pour louer un logement.

En décortiquant des petites annonces concernant les logements à Montréal, vous verrez des termes bizarres apparaître, comme le mot condo, le diminutif de condominium. Ce nom barbare désigne un appartement luxueux, niché dans une résidence high-style aux multiples étages, avec parfois même une piscine en commun, un service de conciergerie ou ce genre de chose.

Sans regret, je préfère le charme old school des petits immeubles montréalais.

Les lofts, dont l’espace habitable est à aire ouverte, sont aussi à la mode, à en croire les annonces.

Le cottage est lui une petite villa. Il y a des quartiers résidentiels adorables à Montréal, regardez moi ça!

Appartement à Montreal (3)

Un autre terme que j’ai beaucoup vu sans le comprendre de prime abord, c’est le triplex

En Suisse, un duplex est un appartement sur deux étages, donc j’ai d’abord cru qu’un triplex devait être un appart courant sur trois étages. Or non! Ici, ce mot s’applique aux immeubles emblématiques de Montréal, comptant trois étages avec plusieurs appartements et de jolis escaliers tournicotants. Je l’ai appris dimanche lors de la journée des Musées, avec la visite de l’expo dédiée au quartier du Plateau à Pointe-à-Callière (à voir!)

On récapitule: Un duplex est donc au Québec un immeuble de deux étages, et non un appartement sur deux étages comme en Suisse. Un triplex est un immeuble de trois étages.

Il serait dommage d’éliminer d’office ces annonces à cause d’une mauvaise compréhension de ce terme, hein? Surtout que vous pourriez être frustré puisque justement ce sont les immeubles les plus meugnons de la ville… (AAArgh. C’est évidemment exactement ce qui m’est arrivé. Bien sûr, je voulais vivre dans une maison montréalaise triplexée avec de jolis escaliers, et voilà qu’on n’en a pas trouvée faute de vocabulaire, mais je ne suis pas (trop) frustrée parce que la vue depuis ma fenêtre est charming. Oui, je parle en franglais parce que c’est permis ici. Je crois. On peut dire « cute » en tout cas.)

Question d’étage

Notez que selon  mes livres-guides sur Montréal, les loyers prennent justement l’ascenseur avec les étages.

Ceux-ci se comptent d’ailleurs à l’américaine, donc le 1er correspond à notre rez-de-chaussée. Moi j’habite à présent au 3ème, mais je n’ai que deux volées d’escaliers à dévaler pour me retrouver au niveau de la rue. Pigé?

Appartement à Montreal (2)

Ceci est un immeuble de deux étages, bien plus joli que le mien mais avec les mêmes briques.

En cherchant un appart à Montréal, j’ai aussi évité les logements « en demi sous-sol », assez courants. Pourquoi? Les soupirails (soupiraux?) en guise de fenêtre me dépriment… Certains ont un côté du logement sans fenêtre, et l’autre doté d’une ouverture au niveau de la rue ou sur la ruelle intérieure. Mais globalement, l’ambiance troglodyte n’est pas à mon goût.

Comment trouver un appartement à Montréal: notre plan d’action

En arrivant ici, nous avions réservé deux semaines dans une chambre avec cuisinette dans une résidence – mais après en avoir eu marre des toilettes sur le palier et des voisins zarbi qui ne disent pas bonjour dans le couloir glauque, on a trouvé un B&B (grâce à AirBnB) dans la rue d’à côté pour passer notre troisième semaine – un endroit coloré qui rappelait une colocation.

En parallèle, bien sûr, on cherchait assidument notre bonheur.

Pour trouver des annonces de logements à louer à Montréal, le must c’est Kijiji, LE site d’annonces au Québec. Des annonces sont aussi postées sur Pvtistes.net.

Une autre possibilité est de se promener le nez en l’air dans les rues qui vous intéressent, car de nombreux panneaux « à louer » sont hissés sur les balcons. Cette solution m’est apparue comme peu pratique toutefois car… Les panneaux indiquent rarement le loyer, trop peu souvent le nombre de pièces de l’appart et jamais au grand jamais les petits détails qu’on aimerait connaître. Voyez vous-même.

appartement à louer à Montreal (1)

Donc avec cette méthode, il faut passer beaucoup de coups de fils, avec un facteur succès réduit à la fin.

appartement à louer à Montreal (2)

Après, il faut en plus avoir une notion des prix du logement à Montréal, pour ne pas se faire arnaquer et contribuer à faire augmenter les loyers dans la ville! Selon les maigres infos dont je dispose, un 3 pièces et demi peut se louer entre 800 et 1000 CAN $, dans un quartier central. À vous de me dire si vous avez plus de données sur les tarifs, j’ajouterai une note ici.

Premier témoin, tiré des commentaires de cet article

LaNe nous dit

Mon conseil : Pour faire baisser les prix, éloigne-toi du Plateau et/ou du métro. Je vis dans Villeray, à 15mn à pied du métro Jean Talon et je paye 850$ chauffage inclus un 6 1/2 de 80m2. En allant vers l’Est sur le Plateau (passé Papineau) ou au Nord vers Rosemont / Beaubien tu trouveras bcp moins cher et des quartiers aussi sympas. Attention aussi à te renseigner sur la facture hydro (électricité), ça monte vite à 200 $ pièce/mois si l’appart est mal isolé dans les mois d’hiver.

 

Autre flou: j’ai entendu dire que le concept d’état des lieux était inconnu ici. Le locataire sortant ne serait pas tenu de nettoyer les lieux à son départ. Mythe ou réalité? En tout cas, nous comme d’autres expats avons dû faire le ménage en entrant dans l’appartement.

Bonne nouvelle par contre: les sous-locations sont assez courantes, ce qui nous a permis de louer l’appartement d’un particulier, meublé. Le deal: pendant que notre hôte, une Montréalaise anglophone, va tenter sa chance dans la ville voisine pendant 6 mois, elle nous laisse son deux-pièces avec toute sa vaisselle et sa collec de vinyles (yeah!), et nous on en prend bien soin et on s’occupe de ses plantes vertes. Côté technique, nous avons accepté le rental agreement qu’elle nous a proposé, et nous avons payé un mois de loyer en guise de caution en entrant dans l’appart.

Pour trouver un appartement à Montréal, il nous a donc fallu seulement une semaine et 3 apparts visités pour faire notre choix, puis deux longues semaines à patienter que la locataire vide ses affaires et déménage! Mais maintenant, nous voilà bien installés, youpie! Après un mois à changer d’habitation chaque semaine ou presque, c’est très agréable de retrouver une vie sédentaire et un home sweet home – même pour 6 mois!

Spécificité québecoise: la « journée nationale du déménagement »

Nous avons cependant eu peu de choix côté annonces: les baux courent généralement sur une année, et comme tous les Montréalais déménagent le 1er juillet, il y avait peu d’offres proposant d’entrer dans un logement courant mai / juin.

C’est la coutume ici de décaler sa date de sortie au 1er juillet, et c’est soi-disant pratique parce que c’est un jour férié – la fête nationale du Canada . Or il semblerait que ce soit impossible de trouver un camion de déménagement, car ils ont déjà été tous bookés par vos voisins plus prévoyants…

Motivés à tous déménager le 14 juillet ou le 1er août? Perso je préfère regarder le feu d’artifice ;)

Plus d’infos sur cette étrange journée du déménagement typique du Québec.

À titre d’exemple comparatif (et pas pour dire que c’est mieux, attention!)(oui, je compte brosser les éventuels lecteurs québecois dans le sens du poil), en Suisse, du moins dans le canton de Neuchâtel, on peut rompre son bail tous les trois mois. Ainsi on déménage en même temps qu’une partie de la population, c’est pratique pour l’échange de logements, mais il y a tout de même quatre possibilités par année. Après, c’est toujours possible de partir au milieu d’un trimestre, mais à vous de trouver un locataire pour vous remplacer.

J’ai hâte de continuer ma découverte de Montréal et du Québec. Prochain rapport bientôt!

Alors, vous avez une remarque sur le logement au Québec ou sur la façon de compter les pièces des apparts à la mode de chez vous? Exprimez-vous, les commentaires vous sont grands ouverts!

4 Responses to Home sweet home: la quête du Graal à Montréal

  1. Koalisa says:

    C’est compliqué, dis donc… J’adore « la journée nationale du déménagement »!

  2. Sandrine says:

    Mes amis Montréalais ont fait construire leur maison en 5 mois …. ça j’avais trouvé ça impressionnant !
    Bon emménagement en tout cas pour ces 6 mois, belle expérience à vous ;) Cette ville est super sympa et il y a bcp de chose à voir à 500 km aux alentours ;) … Mais si jamais un jour l’occasion de présent, allez voir Vancouver aussi (un petit coup d’avion et hop ;) ).

    Justement mes amis Montréalais , elle Francaise Grenobloise et lui Quebecois Montréalais, se tâtent à venir vivre en Suisse ou retourner en France en Région Parisienne … J’espère qu’ils vont choisir la Suisse pour partager à nouveau un bout de vie avec nous (expats Français en Suisse ;) ).

    La richesse de notre vie se construit grâce à nos voyages et aux gens que l’on rencontre :D

  3. LaNe says:

    entre 800 et 1000 € pour un 3 1/2 ???1!!! tu te fais arnaquer à ce prix, surtout si c’est bien en euros et pas en $
    Sur le Plateau les apparts sont chers surtout quand tu es français fraîchenent débarqué. Mon conseil : éloigne toi du PLateau et/ou du métro. Je vis dans Villeray, à 15mn à pieds du métro Jean Talon et je paye 850$ chauffage inclus un 6 1/2 de 80m2. En allant vers l’Est sur le Plateau (passé Papineau) ou au Nord vers Rosemont / Beaubien tu trouveras bcp moins cher et des quartiers aussi sympas. Attention aussi à te renseigner sur la facture hydro (électricité), ça monte vite à 200 pièces/mois si l’appart est mal isolé dans les mois d’hiver.
    Bon courage dans tes recherches en tous cas :)

    • Kantu says:

      Bonjour LaNe, merci pour ton commentaire! Ou la la, oui oui c’est en DOLLAR et non en EURO, je me suis emmêlée les pinceaux en écrivant. C’est corrigé merci pour ton oeil vigilant! (J’ai toujours été nulle avec les chiffres pfff.)
      Oui, en fait comme on est là que pour 6 mois, on voulait être bien placés, quitte à payer plus cher. On aurait réfléchi différemment si c’était pour du long terme bien sûr…
      C’est bon à savoir pour le chauffage! Merci pour tes conseils d’insider ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *