Bas-Saint-Laurent – Les p’tits bonheurs de la côte

Publié le 26 septembre 2014 | Par kantutita | Escapades au Québec, Six mois au Québec, Voyage

Kamouraska-mer

Road-trip au Québec, étape 1. Destination? Les beaux villages du Bas-Saint-Laurent.  On a beaucoup aimé se balader sur la côte de cette région du Québec. Un lieu à ne pas manquer si vous prévoyez un voyage à travers la Belle Province. Nous, on l’a adoré!

Ça y est, on vous emmène en voyage à travers le Québec, suite à notre périple mené le mois dernier. Les premiers paysages que nous nous sommes mis sous la dent sont ceux du Bas-Saint-Laurent, une destination couleur bleu ciel. La côte respire la douceur de vivre, et l’horizon dégagé sur l’énorme fleuve donne l’impression d’être en bord de mer. Tranquillité, villégiature, promenades au bord de l’eau ou sur la falaise… C’est comme ça que se vit cette région, aux prémices de la Gaspésie.

Point « route »:  Depuis Montréal, nous avons mis le cap sur Trois-Rivières, traversé le fleuve par un pont puis suivi la route des Navigateurs qui longe la côte (et se superpose à la route 132 la plupart du temps). Perdus dans mes explications? Vous ne savez pas où se trouve Trois-Rivières? Étudiez la carte de notre itinéraire, pour que la lumière soit!

Les jolis village du Québec maritime

La côte de Kamouraska

La première halte à notre programme, exotique par son nom, est Kamouraska. Sous de fausses consonances russes se cache un des plus beaux villages du Québec. À ne pas manquer! Ce lieu de villégiature qui respire la tranquillité est composé de jolies maisons en bois, typiques. C’est d’ailleurs dans l’une d’entre elles qu’on a passé la nuit: l’Auberge la Belle-Blanche. Chez Marie Drapeau, l’accueil est cordial, les chambres sous le toit décorées avec goût et un petit-déj délicieux nous attendait dans le magnifique solarium ! (Si vous voulez en savoir plus sur cette adresse, j’en parle en détail sur B&B avec des photos). En accompagnement du petit-déj fait de pain frais et de quiche aux tomates, nous avons dégusté des bleuets et d’autres fruits du jardin, incontournables du concept de brunch au Québec.  L’auberge La Belle-Blanche est donc un Bed’n’Breakfast, ce que les Québécois appellent parfois « Couette et Café« . C’est notre manière préférée de voyager à Hugo et moi, car elle permet de papoter avec des habitants de la Province et…  d’avoir son petit confort. En tout cas, voilà une adresse à garder.

 In love with Kamouraska

Kamouraska

 

kamouraska sweet home

Détails de Kamouraska, village du Québec

Plus de photos des jolies maisons de Kamouraska ici!

church

Kamouraska -joli village du Bas Saint Laurent

Kamouraska

On s’est baladés tout émerveillés dans les rues de Kamouraska et sur sa côte. Le village s’articule autour d’une route principale, et on y croise un défilé de petites maisons de poupée. Si vous ne savez pas où investir dans une résidence secondaire, je vous recommande ce rêve éveillé. Parmi les plus jolis chemins à emprunter: la rue du Quai, l’avenue Leblanc et l’avenue Chassé, pas loin du front de mer. Prolongez ensuite la balade depuis le quai le long du Saint-Laurent, pour prendre une bouffée d’air frais sur la grève. Magnifique! Des îles sont aussi visibles depuis la côte, comme l’Île aux Corneilles, et ajoutent un côté romantique au paysage.

On fait assez vite le tour du petit village, pas besoin donc de prévoir plus d’un après-midi pour le découvrir – à notre avis. Des petites adresses sympas sont disséminées à travers Kamouraska, comme le Magasin Général rénové dans l’esprit des années 30, une boutique de savons artisanaux colorés à souhait (« Au Quai des Bulles »), la poissonnerie (ici c’est un haut-lieu de l’anguille!) ou l’épicerie « Le Jardin du Bedeau », idéale pour trouver du matériel à sandwichs. En plus, les tenanciers sont adorables! Pour le pain, direction la boulangerie Niemand, à l’entrée romanesque.

Magasin Général de Kamouraska-(4)

Collage Magasin Général

Le chaos organisé d’un magasin général… où trône une vieille caisse enregistreuse magnifique! On a craqué et ramené des bocaux gourmands de confiture de violette et de têtes de violons.

Pour manger le soir, il y a le choix entre différents restaurants, dont une adresse qui sert… un burger de phoque baptisé le « Bardot Burger (chez Côté Est)! Une blague qui n’a pas plu aux amis de la militante anti-chasse au phoque. Les gens du coin se moquent bien d’elle… Selon les échos entendus, on trouve qu’elle en fait trop. Un peu frileuse à l’idée de goûter à ces animaux placides qui ponctuent la côte, j’ai préféré opter pour le burger au bison de chez Mamie Pataterie. Si vous n’avez jamais essayé, sachez que le bison goûte un peu fort, meeeeuh c’est bon! Remarquez au passage que le burger est un plat très très populaire au Québec, et il est difficile d’y résister car la viande est super bonne.  Ben ouais, on est en Amérique crénom!

Les beaux villages du Bas-Saint-Laurent

Eglise de Saint-Fabien- les beaux villages du Bas-Saint-LaurentCacouna -

Revenons à nos moutons! Le long de la côte, il y a d’autres villages québécois qui valent le coup d’œil, comme Saint-André, Cacouna ou Notre-Dame du Portage, enclavée en bas de la falaise juste avant Rivière-du-Loup. Suivez bien la route des Navigateurs et pas la route de la Montagne, ou vous dépasserez cette petite localité sans la voir! Plus loin, du côté de Rimouski, les villages pittoresques qui nous ont bien plu sont le Bic et Sainte-Luce. Saint-Fabien est aussi conseillé par mon guide, mais ce n’est pas mon préféré, malgré son église pittoresque (ci-contre). Ah oui, les noms au  Québec sont empreints de références religieuses – cela ne change pas trop de la nomenclature des rues de Montréal! D’autres noms de localités viennent tout droit des langues amérindiennes, comme Kamouraska ou Rimouski.

Et Rivière-du-Loup? Elle tient son nom des loups…de mer, soit les phoques! Malgré ce nom prometteur, elle ne vaut pas franchement le déplacement… Nous nous y sommes arrêtés pour faire des courses: des supermarchés en tout genre entourent en effet la localité. La balade dans ses rues n’est pas indispensable, sauf si vous cherchez un plus grand choix de restaurants que dans les villages du Bas-Saint-Laurent. Nous avons d’ailleurs évité de nous éterniser à Rivière-du-Loup et préféré réserver une chambre de bonne à Notre-Dame du Portage, à l’Auberge sur Mer. Cet hôtel au charme suranné (je m’attendais à voir Miss Marple débarquer à tout moment) offre comme son nom l’indique une jolie fenêtre sur le Saint-Laurent. Le soir, nous avons profité du coucher de soleil sur l’horizon depuis la terrasse, tout en observant des grands hérons pêchant sur la plage en dégustant… une bière de la micro-brasserie locale (pour lever les quiproquos, c’est bien nous qui sirotions la bière. Hahaha.). Cela a été notre petit challenge tout au long du voyage, de goûter aux bières locales à chaque étape! Facile, car les micro-brasseries sont ultra-nombreuses ici et font de la très bonne bière. Comment on les choisit? À l’étiquette pardi! Les bières du Québec ont toujours des étiquettes extraordinaires. Pour l’apéro, nous avons donc goûté aux bonnes blanches décorées de flamants roses des Fous Brassant, basés à Rivière-du-Loup.

fous-brassant-bieres

 

Balade sur la falaise

Comme on est friands de petites balades dans la nature, on a voulu découvrir le littoral en prenant un peu de hauteur à Saint-André-de-Kamouraska… La SEBKA (Société d’écologie de la batture du Kamouraska) y entretient des sentiers sur la falaise. Ils sont accessibles après s’être acquitté d’un droit de passage modique (4 $ si mes souvenirs ne me trahissent pas). Après une petite montée un brin essouflante, le sentier relie différents belvédères offrant une vue panoramique sur la Côte du Bas-Saint-Laurent et les battures (les marais salés). Puis, le chemin descend à travers des bois couverts de mousse vers la plage. Avis aux aventuriers: c’est aussi un site où l’on peut planter sa tente, faire de l’escalade ou du kayak de mer! Voilà les photos…

Saint-Andre- balade sur la falaise

À la recherche du Gros-Cacouna

Autre plan pour les adeptes de petites marches en forêt: la réserve ornithologique du Gros-Cacouna, qui compte différents sites accessibles en voiture. Par contre, pour tenter de la trouver, cela n’a pas été du gâteau. On adore le Québec, mais on vous avoue que côté signalisation, cela laisse parfois à désirer, et que le GPS de notre agence de location de voitures n’est pas toujours à jour! Tant pis, on se perd et on fait des détours! On interroge des garagistes qui se grattent la tête et ne connaissent pas la réserve, des tenanciers de dépanneurs qui restent laconiques. Bizarre, personne ici ne semble connaître ce coin vendu comme un « haut-lieu de l’observation d’oiseaux au Québec »!

Nous avions déjà tourné un moment pour enfin trouver les sentiers sur la falaise et le panneau de la SEBKA, mais pour localiser le Gros-Cacouna, cela a failli être la grosse cata! Nous avons été à deux doigts… d’abandonner. Ce qui aurait été très dommage! Donc, il faut quitter le village de Cacouna par la route, continuer un moment et se fier à des panneaux bruns indiquant des réserves côté côte! Il y a plusieurs sites et entrées possibles, ce qui augmente les chances de réussite! Je ne vais pas vous dessiner un plan, mais vous conseille d’étudier votre trajet à l’avance si vous en avez l’opportunité… Se reposer sur le GPS ou les panneaux comme nous, c’est pas la meilleure idée.

Mais on a fini par trouver l’entrée, et rencontrer ce petit être.

Écureuil roux canadien

Dans la réserve ornithologique du Gros-Cacouna, il y a plusieurs chemins en forêt ou près des marais. Nous nous sommes baladés sur le Chemin des Passereaux, dans un bois envahi d’écureuils roux. Ils sont plus petits que ceux qu’on connaît en Europe, et n’ont pas leur panache! Par contre, la discrétion n’est pas leur fort: ils laissent échapper des trilles à l’approche d’un énergumène sous leurs arbres, tout en remuant leur queue en cadence. Notre promenade a donc été saluée par une symphonie d’écureuils furax! Des belvédères en hauteur nous ont permis d’observer la côte et d’y voir… nos premiers phoques! Trop bien! Surtout qu’ils se sont mis eux aussi à pousser de drôles de cris gutturaux qui résonnaient sur l’eau… Et dire qu’on a failli en manger un il y a quelques jours! Comment eûmes-nous pu?

Bon, on continue le road-trip québécois sur la côte du Bas-Saint-Laurent au prochain épisode, avec une visite à l’Île aux Lièvres et au Parc du Bic. Des pépites que je me réjouis de vous montrer en photos.

 Carnet d’adresse du Bas-Saint-Laurent, de Kamouraska à Rivière-du-Loup

D’autres bon plans à partager sur le Bas-Saint-Laurent? Des beaux villages que nous aurions manqués? Un avis sur le burger de phoque? N’hésitez pas à partager vos commentaires avec nous!

One Response to Bas-Saint-Laurent – Les p’tits bonheurs de la côte

  1. Heidi says:

    Wonderful, my dear. J’aimerais être là-bas avec vous.
    Félicitations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *