Rencontre avec Pierrette à Mékinac

Rencontre avec Pierrette, une Algonquine de Mauricie

Publié le 3 mars 2015 | Par kantutita | Escapades au Québec, Six mois au Québec

Rencontre au Québec avec Pierrette, une Amérindienne d’origine algonquine! Elle a accepté de me raconter un peu son histoire l’été dernier… J’ai donc sorti mon micro pour recueillir son témoignage!

J’ai rencontré cette femme au caractère bien trempé et pleine d’énergie en Haute-Mauricie, où elle tient une chambre d’hôte après avoir vécu mille vies, entre Montréal et sa région natale. Dès notre arrivée chez elle, nous avons échangé sans nous arrêter jusqu’à l’heure du coucher, passionnés par son histoire et ses combats…

Pierrette a la particularité d’avoir eu la confirmation de ses origines amérindiennes sur le tard, après s’en être toujours doutée. Depuis, elle s’est réappropriée sa culture ancestrale, dont certains éléments lui ont été transmis par ses parents – qui soupçonnaient aussi fortement leurs origines. Sa mère, d’origine algonquine, était guérisseuse, et son père, d’origine micmac, chassait.

Elle milite pour se faire reconnaître en tant qu’autochtone par le gouvernement avec d’autres Algonquins dont les familles ont été assimilées.

Elle invite aujourd’hui à s’intéresser aux autochtones et à leur culture, en repoussant les clichés négatifs qui sont encore véhiculés!

Bonne écoute…

Son 1

Pierrette explique comment elle a retrouvé son identité amérindienne, après des recherches généalogiques.

Son 2

Première partie: Pierrette nous en dit plus sur la façon dont elle s’est réappropriée la culture algonquine, et de l’importance d’ouvrir leur culture aux autres pour se faire connaître, loin des idées reçues. Elle organise d’ailleurs un pow-wow annuel, où tout le monde est le bienvenu!

 

  • En savoir plus sur le chef spirituel des Algonquins William Commanda
  • Les pow-wow sont des célébrations autochtones

Deuxième partie: Pierrette raconte comment son père les faisait vivre grâce à la chasse, et qu’elle l’accompagnait d’ailleurs parfois! Elle évoque les rituels et croyances des Algonquins autour de la chasse, dans le respect de l’animal. Il faut noter que Pierrette est aussi une grande militante écologiste!

Elle estime aussi que la situation évolue dans le bon sens sur l’image des autochtones, et se réjouit que le gouvernement ait fait quelques pas pour reconnaître les torts dont les autochtones ont été victimes, et ait demandé son pardon.

« Cette reconnaissance aide à mettre du baume sur les plaies » m’a-t-elle confié.

Son 3

La langue algonquine est encore parlée par environ 60% des Algonquins (source). Pierrette a entrepris de la réapprendre, et je lui ai demandé de nous dire quelques mots pour que nous goûtions à ses sonorités!

Elle raconte que quand elle était gamine, ses parents utilisaient quelques mots algonquins… qu’elle prenait alors pour du dialecte québécois! C’est en étudiant la langue et en reconnaissant ces mots qu’elle s’est à nouveau rendue compte des liens de ses parents avec la culture autochtone – même s’ils ne la revendiquaient pas.

  • Mékinac signifie tortue en algonquin, et la région comporte plusieurs noms de lieux dans cette langue

 

Voilà, c’est tout pour ces extraits de notre entretien. J’espère que cela vous aura intéressé! Je vous conseille des liens en fin de billet pour en savoir plus sur les Algonquins et la situation des autochtones au Québec, un sujet qui reste très sensible.

 

Comment j’ai rencontré Pierrette

Elle tient une maison d’hôte, le gîte La Doucetière, dans la région de Mékinac, en Mauricie, près de la Tuque! Nous avons fait halte dans sa maison au jardin enchanté et avons beaucoup beaucoup papoté en regardant les colibris se régaler dans sa mangeoire…

Depuis là, nous sommes allés voir la magnifique chute de la Petite Rivière Bostonnais en Haute- Mauricie! Cliquez sur le lien pour voir plus d’images de La Doucetière et ce qu’il y a à faire dans la région!

Mais attention, Pierrette a l’intention de fermer bientôt sa maison d’hôte…

Les nations autochtones du Québec

On l’ignore souvent en Europe, mais la culture amérindienne existe aussi au Québec, et pas seulement en Amérique du Nord! Les Amérindiens et les Inuits du Québec se divisent en 11 nations, qui ont chacune une langue et une culture différente. L’histoire de la conquête du Québec ne les a malheureusement pas épargnés, et il faut se pencher sur les injustices de l’histoire (y compris très récente), et les blessures infligées, pour mieux comprendre leur situation d’aujourd’hui.

Liens complémentaires

→ Lire cet article de Radio Canada: « Enfin, une vraie prise de conscience nationale sur la situation autochtone »

→ En savoir plus sur les Algonquins au Québec

À lire aussi sur le blog

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *