La France en BlaBlaCar

Entre carnet de voyage et récit introspectif, ce livre nous emmène en covoiturage dans l’Hexagone, pour prendre la température de l’état d’esprit des Français.

Envie de prendre la route? Dans le livre « Blablacar, la France et moi » (chez Helvetiq), la journaliste franco-suisse Caroline Stevan nous propose d’embarquer pour un road-trip dans l’Hexagone en compagnie d’inconnus. Car l’auteure a mené un périple en BlaBlaCar pour redécouvrir son pays natal. Pour ce projet, elle a posé une parenthèse dans sa vie professionnelle et de maman pour passer trois semaines sur les routes en covoiturage. Une solution très économique pour se déplacer en France.

L’auteure du livre

Caroline Stevan est née à Berne et a grandi entre la Suisse et la France. Après des études de journalisme en France, elle revient en Suisse où elle a travaillé pour Le Temps. Depuis 2019, elle a rejoint la radio RTS. Elle vit près de Lausanne.

Le livre est ponctué des chouettes illustrations de Dominika Czerniak-Chojnacka (Pologne).

"BlaBlaCar, la France et moi" Le récit d'un road-trip en covoiturage par Caroline Stevan

Voici l’itinéraire!

Voir le livre chez Helvetiq (bon plan: rabais de 10% sur tout le e-shop, livres et jeux, en commandant via les liens affiliés cliquables dans ce billet!)

Le livre « Blablacar, la France et moi »

Ne vous attendez pas à faire du tourisme en France à travers ce livre: l’itinéraire est un prétexte pour sonder l’état d’esprit des Français et leurs préoccupations.

Les personnages rencontrés le temps d’un trajet sont tour à tour attachants ou agaçants, et Caroline Stevan partage les rencontres, les discussions, les impressions qui naissent sur les banquettes.

Témoignage Blablacar Livre Helvetiq road-trip France covoiturage

Ceci n’est pas un manuel pour les auto-stoppeurs modernes mais bien un carnet de route et de réflexions. J’ai trouvé le voyage agréable sous la plume de cette journaliste, et la thématique du covoiturage très originale.

N’ayant jamais pris moi-même de BlaBlaCar, c’est intéressant d’imaginer grâce à son récit ce à quoi cela peut ressembler et dans quoi on s’embarque. Pour ceux qui ne connaissent pas le principe: sur une plateforme en ligne, des particuliers annoncent leurs trajets, et le prix qu’ils demandent aux passagers. On s’inscrit sur le trajet qui nous intéresse. Chaque membre (conducteur, voyageur) est noté, ce qui permet d’éviter les mauvaises rencontres (et les mauvais conducteurs?). Et les utilisateurs ont aussi un indice de « blablatitude » selon leur propension à l’ouvrir.

Blablacar, c’est une façon très économique de voyager, mais il faut avoir envie (ou pas le choix financièrement). Car cela signifie passer du temps avec des inconnus sans possibilité de s’en aller, de faire des détours pour aller récupérer d’autres voyageurs, d’attendre sur le bord d’une aire d’autoroute des convois en retard (naaaan, c’est vraiment pas pour moi!! Et pour ceux qui brandissent l’argument écologique j’adore prendre le train)

"BlaBlaCar, la France et moi" Le récit d'un road-trip en covoiturage par Caroline Stevan

Le récit d’un road-trip en covoiturage

« BlaBlaCar, la France et moi » est un livre sympa qui nous fait avaler des kilomètres et découvrir des personnages sous l’écriture vivante de Caroline Stevan. Attention, visiblement dans un BlaBlaCar on n’hésite pas à aborder les sujets qui fâchent, comme la politique, les rengaines fatigantes de type « c’était mieux avant », etc.

Ce qui est drôle aussi, c’est que l’auteure partage son malaise alors que – coincée sur le siège arrière entre deux compagnons de voyage – elle prend discrètement des notes sur la conversation sur son téléphone. Comme l’impression de trahir l’intimité de ses hôtes alors qu’ils roulent sans se douter de rien.

Je dois quand même dire que je ne suis pas d’accord avec certaines réflexions de l’auteure sur son ressenti entre la Suisse et la France (comme l’idée que « les Français sont conviviaux, les Suisses sont froids » – j’ai à peu près le ressenti inverse moi) – mais lire le point de vue sur les deux pays d’une Franco-suisse m’a tout de même intéressée.

Avant de me plonger dans cet ouvrage, j’avais peur qu’il y ait des longueurs ou de m’ennuyer (après tout, qu’est ce qu’on peut avoir à raconter après 3 semaines dans un minuscule habitacle?) Mais pas du tout! Le récit file à 100 km/h et j’ai fini « Blablacar, la France et moi » en quelques jours avec plaisir.

Une lecture originale et agréable à lire qui nous permet de sonder l’état d’esprit des Français adeptes de Blablacar. Et de partir sur les routes par les joies de la lecture en attendant de pouvoir repartir explorer le pays!

Oui je sais, en Suisse tout le monde fait des randonnées en ce moment quand même. En France on n’a pas le droit de sortir à plus d’un kilomètre de sa maison pour se promener (et sinon c’est amende salée). Je n’ai pas quitté le périmètre de mon quartier depuis le 11 mars c’est assez étrange!
→ Lire sur le blog: « Je suis confinée (mais tout va bien) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *