Apprentissage des langues étrangères: on compare!

Publié le 20 mai 2016 | Par Kantutita | Différences culturelles, Expat en France, Langues & Francophonie

Est-ce qu’à l’école suisse ou française, on a appris le même nombre de langues étrangères? Au même moment? J’ai comparé mon cursus suisse avec celui d’un Français!

Vous savez-bien, on dit souvent que les Français sont mauvais en langues, et on soupçonne qu’en Suisse on soit un peu plus ouverts à leur apprentissage grâce au multilinguisme du pays… Parce que dans un Hexagone monolingue, cela semble moins important de parler anglais ou allemand – et les occasions sont aussi plus rares.

Mais est-ce qu’il y a une différence sur la manière d’apprendre les langues à l’école? J’ai discuté avec mon copain français pour comparer nos expériences, et voir à quel âge on nous faisait répéter « Hello, Goodbye, How are you » par exemple!

Évidemment comme nous avons 30 ans, cela nous ramène dans le système éducatif d’hier, et je compte sur vous pour partager vos expériences plus actuelles grâce à vos enfants – pour ceux qui en ont!

En plus, il faut noter qu’en Suisse le programme scolaire dépend des cantons, et peut changer de l’un à l’autre…  Mon parcours d’écolière dans le canton de Neuchâtel (Suisse francophone), est donc indicatif!

Première langue étrangère: l’anglais vs l’allemand!

Apprentissage langues étrangères suisse vs france

L’école primaire

Mon Français du Sud, Hugo, a fait sa scolarité obligatoire à Avignon. Il m’a raconté qu’il a commencé l’anglais au primaire, avec un « cours de familiarisation » qui était tout nouveau dans son école!

De mon côté, à Neuchâtel, notre première langue étrangère n’était pas celle de Shakespeare, mais bien celle de Goethe! Nous avons commencé au primaire aussi, avec une initiation à l’allemand.  En 5ème, soit la dernière année du primaire suisse, les choses plus sérieuses ont commencé avec un manuel et des dialogues entre Ueli et Vreni à écouter sur k7.

Options de langue: italien, espagnol ou allemand?

L’école secondaire

seconde-langue-franceAu collège, car c’est ainsi qu’on appelle l’école secondaire en France, Hugo avait des cours d’anglais obligatoires. Il a pu en plus choisir une deuxième langue, entre espagnol, allemand ou italien… Ce choix varie selon l’établissement! Il m’a aussi surprise en m’expliquant que tout le monde suivait le même programme (pas de filière scientifique/lettres), sans spécialité! En revanche, il y avait des cours de latin facultatifs pour les plus motivés.

-> Donc il a appris 2 langues vivantes, comme tous ses camarades

De mon côté à Neuchâtel, comme tous les élèves de l’école secondaire, je suivais des cours d’allemand, obligatoires. J’avais choisi la filière littéraire (nommée « classique »), du coup dès la 7ème, on s’est mis au latin. (Les 4 années d’école secondaire étaient appelées alors 6ème, 7ème, 8ème et 9ème)

En 8ème, on a enfin commencé à apprendre l’anglais, autour de 13-14 ans. Et en 9ème, j’ai pu choisir entre différentes options (espagnol, italien, sciences, ou continuer le latin, etc): j’ai pris espagnol.

-> Donc j’ai appris 3 langues vivantes (plus étudié le latin, quel courage). Si j’étais moins portée sur les langues, je n’en aurais apprises que 2 obligatoires, comme mon Français.

Différents niveaux: Il faut préciser qu’à l’école secondaire neuchâteloise, les élèves étaient distribués dans différentes classes, selon leurs résultats scolaires. Ceux qui avaient le niveau le plus élevé faisaient du latin en prime ou plus de sciences, et avaient les options décrites ci-dessus. Le niveau intermédiaire faisait de l’anglais, mais le troisième niveau avait un programme plus léger, et n’étudiait que l’allemand! Je m’en souviens car je trouvais cela très dommage pour mes copines qui n’apprenaient pas un mot d’anglais (« so cool » pour les ados) mais se coltinaient l’allemand (« sehr langweilig! » de l’avis de tout le monde – bêtes et boutonneux que nous étions).

 

Deux langues étrangères obligatoires pour le bac

anglais-et-allemand-obligatoiresAu lycée

En France, Hugo a continué à apprendre l’anglais (obligatoire) et son option italien (ou allemand / espagnol) au lycée. Plus original, il existait une option facultative pour… apprendre le provençal!

Au lycée, j’avais l’allemand et l’anglais comme langues obligatoires. En plus, j’ai poursuivi mon option espagnol (mais j’aurais pu prendre italien, latin ou une option scientifique par exemple)

> Nous avions donc 2 langues obligatoires des deux côtés de la frontière au lycée, mais en Suisse la possibilité d’apprendre une troisième langue internationale.

Précision sur le bac en Suisse: À Neuchâtel, seuls les élèves issus du premier niveau de l’école secondaire (appelé « pré-gymnasial ») vont au lycée ou « gymnase », et les autres s’orientent vers d’autres écoles (école de commerce, école sociale,..) ou des apprentissages. Je le précise car en revanche en France, tout le monde passe traditionnellement par la case bac & lycée!

Le traumatisme des listes à apprendre…

J’ai relevé qu’en général, Hugo est frustré par l’enseignement des langues à l’école française. Il regrette que c’était énormément axé sur la grammaire, avec peu d’écoute de k7, et surtout des listes de verbes irréguliers à apprendre. On dirait que ça l’a traumatisé.

Je dirais que cela en était de même pour l’allemand de mon côté. Frustration de ne pas être capable de le parler spontanément, et pourtant de connaître un tas de grammaire! Je n’avais pas de difficultés en revanche avec l’anglais, car étant très attirée par la culture anglo-saxonne j’étais ultra-motivée – et je m’entraînais en écoutant les CDs de mes groupes préférés dans mon discman. Par contre je garde un mauvais très mauvais souvenir des 6 pages de vocabulaire allemand à apprendre chaque semaine au lycée. Il fallait se farcir la tête de tous ces mots!

Honnêtement, si on apprend des bases à l’école, pour être à l’aise dans une langue il n’y a pas de secret, il faut la pratiquer en immersion! La bonne idée de ce côté est de… partir en séjour linguistique!

Le séjour linguistique: la bonne idée pour apprendre une langue!

Hugo n’a pas eu cette chance avec ses écoles, mais moi j’ai pu passer une semaine en Allemagne lors d’un échange au lycée! Et plus tard un mois en Angleterre avec une école de langues indépendante. Des expériences qui permettent de se jeter à l’eau, et obligent à surmonter sa timidité linguistique! Si ce n’est pas forcément un succès au niveau de l’expression, tant pis, le fait de rencontrer des gens sympas de l’autre culture motive déjà à s’améliorer pour la prochaine occasion. Un moyen d’ouvrir l’esprit des jeunes sur l’intérêt de maîtriser ces fichues liste à apprendre par cœur ;)

Et puis, si vous avez passé l’âge de faire un Erasmus à l’uni, pas de regrets! Saviez-vous qu’il existe aussi des échanges pour adultes? Je ne le savais pas, mais j’ai une amie suisse qui en est adepte! Elle est ainsi partie en famille d’accueil un mois pour pratiquer son italien – et elle va le refaire avec l’allemand cet été. Je trouve cela génial! Chapeau à elle!

Echange-linguistique-EF-Nouvelle-zelande

Échange linguistique à Auckland en Nouvelle-Zélande, vu par l’école de langues EF!

Parmi les écoles de langues qui proposent des séjours linguistiques depuis la Suisse, il y a EF, que vous connaissez sûrement de nom. C’est notre partenaire pour cet article (merci à eux!), alors je vous présente leur programme en quelques mots!

Tout d’abord, quelles langues sont concernées? On peut améliorer son anglais avec les séjours linguistiques d’EF, mais aussi son allemand, italien ou espagnol, et même se mettre au japonais ou au chinois! Ils ont des programmes différents pour les 13-17 ans, les 18-24 ans et les adultes, et des destinations dans le monde entier. Oui, oui, pourquoi ne pas allier découverte de la Nouvelle-Zélande et amélioration de sa prononciation en anglais? Tout ce que vous risquez, c’est de revenir avec un petit accent – ou de vous faire attaquer par un féroce kiwi.

 * * *

Bon, c’est à vous maintenant… J’espère que nos exemples sur l’apprentissage des langues en Suisse et en France vous auront intéressé! Et aujourd’hui alors, est-ce que cela a changé? Vous qui êtes parent ou prof en Suisse ou en France, venez nous dire! Oui je vous fais une petite interro surprise!

J’ai appris que certaines langues plus exotiques étaient proposées dans des collèges français, comme le chinois ou l’arabe! Est-ce qu’on a cela en Suisse aussi?

Et vous, vous avez déjà fait un séjour linguistique? Partiriez-vous en tant qu’adulte, ou enverriez-vous vos ados?

 

17 Responses to Apprentissage des langues étrangères: on compare!

  1. anahaddict says:

    On peut difficilement faire pire que la France niveau apprentissage des langues. J’adore l’anglais et suis quasi bilingue et pourtant j’ai presque toujours détesté les cours d’anglais (j’ai un bon niveau grâce aux séries et films que je regarde en VO depuis des années).
    Sinon j’ai commencé l’anglais en CP, je me souviens de premiers cours cette année là (j’avais 6 ans il me semble) via des vidéos assez ludiques que la prof nous diffusait. Après j’ai eu des cours un peu plus poussé les années suivantes. Puis au collège je suis entrée en classique bilingue dès la 6e (anglais allemand), j’ai eu la possibilité de faire du latin mais non merci, j’aurais aussi pu choisir l’espagnol à la place de l’allemand. Au lycée, anglais allemand aussi, obligatoire d’avoir deux langues pour le bac (encore plus en Littéraire, j’avais une spécialité anglais supplémentaire). Puis à la fac la possibilité de prendre plusieurs langues en option, mais j’ai choisi juste anglais (une langue obligatoire) car je ne me voyais pas apprendre le russe ou le chinois en quelques semaines (et les cours de langues à la fac sont d’une nullité affligeante). J’ai regretté de ne pas avoir pris une option langue des signes en tout cas, j’ai un peu appris de mon coté mais j’ai tout perdu.. Voilà pour mon parcours ! :)

    • Kantutita says:

      Merci pour cet exemple de parcours Anaïs :) Ah non, pas envie d’apprendre du russe ou du chinois? Cela doit être un sacré boulot…
      Tu as un peu appris la langue des signes, c’est génial! :) Il faudra que tu me racontes!!

    • Etienne says:

      Le bon niveau d’une langue ne peut s’acquérir qu’en vivant dans le pays.
      Prendre des cours, écouter, lire, c’est bien, mais dans la « vraie vie », il faut acquérir des automatismes et surtout se faire comprendre des autochtones.

  2. Ophélie G. says:

    Super sympa ce billet comparatif ! Il me semble que pour les habitants d’Alsace-Lorraine, la première langue vivante est à choisir entre l’allemand et l’anglais (à cause du passé de la région et de la proximité avec l’Allemagne peut-être ?), mais c’est à vérifier ! Pour ajouter une autre base de comparaison, en Angleterre, quand les enfants entrent en 6ème, ils doivent choisir au moins une langue entre français et espagnol (qu’ils doivent garder jusqu’au brevet, qu’ils passent en seconde). En 4ème, ils peuvent choisir une langue supplémentaire entre allemand et russe (du moins dans mon école). Tout dépend des profs dispos j’imagine ! :D xx

    • AdA says:

      « Il me semble que pour les habitants d’Alsace-Lorraine, la première langue vivante est à choisir entre l’allemand et l’anglais (à cause du passé de la région et de la proximité avec l’Allemagne peut-être ?), mais c’est à vérifier !  »
      En fait, il y a aussi des classes d’espagnol 1re langue, mais pas dans tous les lycées. C’est en effet en général soit allemand soit anglais.

    • Kantutita says:

      C’est drôle ça qu’il y ait aussi l’allemand comme premier choix en Alsace Lorraine – j’ai aussi entendu cela ! Merci pour ces précisions sur l’Angleterre aussi. Du russe chez les Brits? Eh bien c’est original ça!! ^^

  3. Florence says:

    Sympa ce petit comparatif :) Moi au collège et au lycée, j’ai fait une classe européenne, qui permettait de mettre l’accent sur 1 langue particulière (beaucoup plus d’heures de cours que les classes normales et une autre matière du cursus dans cette langue). Pour moi, ça a été l’anglais mais j’ai certaines amies qui avaient fait le même cursus en Allemand. J’ai commencé le Grec en 5ème (mon collège donnait le choix entre grec et latin) et l’Allemand en 4ème (la classe d’allemand était la seule à partir en voyage scolaire… quelle motivation!). En seconde j’ai du abandonné le grec car impossible de caser ça dans mon planning en plus de ma nouvelle 3eme langue aka l’espagnol…. Je pense quand même que nos écoles donnent des possibilités à ceux qui ont envie d’apprendre les langues… la preuve :) Je précise que j’ai grandi dans une petite ville d’Auvergne au fin fond de la campagne française et non dans une de nos grandes villes, dont je pense que qui veut, peut :D

    • Kantutita says:

      Wahou! Plein de langues au programme!
      J’ai fait l’équivalent d’un lycée en « classe européenne » moi aussi (on apppelait ça « un cursus bilingue » simplement en Suisse) et donc j’avais les cours d’histoire, géographie, philo et math dispensés en anglais. C’était vraiment super de mettre la langue en pratique!!
      C’est vrai que si on a vraiment envie, on s’en sort… mais quand même la plupart des Français de mon entourage semblent complexés et pas à l’aise en langues!!

  4. samsha says:

    haha l’apprentissage des langues c’est toute une histoire! quand j’étais petite je souhaitais être traductrice et savoir parler TOUTES les langues du monde (sauf que lorsque j’ai fait mes débuts en anglais j’ai vite abandonné ces beaux projets) haha
    Anglais première langue et espagnol seconde langue pour moi. Contrairement à ce qu’on pourrait penser je trouve l’espagnol plus difficile a maîtriser convenablement (avec conjugaison, grammaire…) alors que l’anglais c’est une question de temps et de vocabulaire! C’est quand même grâce à mon séjour Erasmus à Londres que j’ai réellement pu progresser il n’y a rien de tel que les séjours linguistiques! Et puis la lecture aussi est une bonne idée pour apprendre en se divertissant (peu être plus efficace que les films d’ailleurs où on a tendance à moins mémoriser les mots et structures de phrases). J’ai d’ailleurs posté un article sur mon blog sur comment apprendre à lire en anglais, histoire de proposer quelques livres et de petits conseils ;-) https://thecosmicsam.wordpress.com/2016/01/14/comment-lire-en-anglais/

    • Kantutita says:

      Je suis tout à fait d’accord: la lecture cela aide à progresser sans s’en rendre compte ;)
      Wahou, parler toutes les langues du monde…. Mission impossible il y en a tant! Je suis toujours super épatée quand je croise des gens qui en parlent 6 ou 7 (c’est rare quand même). Je suis à l’aise dans 3 langues personnellement (français, anglais, espagnol), et je peux avoir une conversation simple en allemand en prime ;) Je file voir ton article!

  5. Stéphanie says:

    Coucou ma belle,

    Merci pour ton billet: je n’avais aucune idée des méthodes en Suisse et c’est toujours hyper intéressant de faire un comparatif!

    Je ne sais pas si mon avis va être très pertinent car étant née en 1980, je suis plus vieille que ton copain et toi (et ne peux donc pas parler des méthodes d’enseignement actuelles de langues étrangères ou durant les années 90/2000). J’aurais bien aimé que mon amie finlandaise laisse un commentaire ici car j’estime que les méthodes d’enseignement des langues étrangères dans les pays du Nord de l’Europe sont quand même incroyables.

    Pour parler de ma petite expérience avec les langues, j’ai commencé l’anglais au CM2 (donc vers 10/11 ans) et quand je dis « commencer », c’est un bien grand mot: disons qu’il s’agissait surtout d’initiation durant 1 mois où l’on nous apprenait l’alphabet et à compter.
    Au collège j’ai donc choisi l’anglais en LVI et l’allemand en LVII en 4ème (vers 14 ans). A noter qu’à l’époque ni le chinois, ni l’arabe par exemple n’étaient proposés au programme. Au lycée j’ai ensuite opté pour l’espagnol en LVIII. Dans mon lycée, certains apprenaient même 3 langues vivantes + le latin + le grec ancien (il y a des gens motivés et douée quand même :)).
    Ensuite j’ai fait des études de langues étrangères LEA Anglais-Allemand à la fac. Donc autant dire qu’à la base, j’aime l’apprentissage des langues étrangères.

    Mais pour en revenir à ton sujet du jour, je suis d’accord avec ton copain sur la grammaire et les verbes irréguliers. Même à la fac de langues en 1ère année, on devait encore se coltiner les verbes irréguliers. Par contre ça ne m’a pas traumatisée car 1. on écoutait aussi pas mal de K7 et 2. j’ai eu la chance de faire des séjours linguistiques (avec EF que je connais bien) ou séjours en Angleterre et en Allemagne avec le collège.

    Franchement je pense qu’il faut quand même une bonne base grammaticale mais qu’ensuite, rien de mieux qu’un séjour à l’étranger pour l’immersion et réellement « entendre » la langue. Ce n’est pas en partant en l’étranger 3 semaines que l’on revient bilingues, surtout que l’on part avec d’autres Francophones, mais au moins on entendra toujours plus d’anglais/espagnol etc qu’au collège ou au lycée! Et pour répondre à ta question ci-dessus, si j’avais un enfant et s’il était ado, je l’enverrais en séjour linguistique le plus tôt possible: non seulement ça m’a aidée à m’exprimer mais ça m’a également aidée à être plus autonome et moins timide dans la vie.

    En résumé, je trouve dommage qu’en France, les profs ne parlent quasiment qu’en français alors qu’on est dans un cours de langue vivante! Il faut quand même être passionné-e par la langue pour réussir à se débrouiller ensuite. Pour ma part les seules personnes vraiment bilingues que j’ai côtoyées dans ma vie l’étaient, soit car leurs parents étaient étrangers et leur ont enseigné leur langue maternelle, soit car elles ont été inscrites très jeunes dans des écoles bilingues et partaient à l’étranger très très jeunes (avant 10 ans).

    Désolée pour ce pavé au passage, je te souhaite une bonne fin de dimanche.
    Bis bald :-),
    Stéphanie
    xxxx

    • Kantutita says:

      Merci Stéphanie pour ton témoignage sur l’apprentissage des langues! :)
      Mais oui c’est très dommage que les profs ne parlent qu’en français: tu mets le doigt sur autre chose… Je me souviens qu’en Suisse nos profs nous donnaient les cours dans les langues apprises à partir d’un certain niveau… mais après j’étais dans une filière spécial langues, peut-être que ce n’est pas le cas partout non plus chez nous!
      Des bises à toi et.. hasta pronto!! :P

  6. Jean-Paul says:

    Bonjour!
    C’est un vieux schnock (école primaire en Suisse allemande à partir de 1971, matu à Berne en 1983, licence universitaire à Neuchâtel en 1991) et grand amateur des langues qui s’exprime ici ;-) L’apprentissage d’une langue quelconque exige un engagement assez conséquent (celui des maths aussi, hélas). Ayant non seulement l’expérience de l’apprentissage du français à partir de 11 ans avec des manuels complètement dépassés à l’époque (plus latin et anglais à partir de 13 ans), mais aussi celle de deux adolescents de la génération suivante, j’ai l’impression que le résultat global dépend largement du sérieux des profs d’une part et de la motivation de l’élève de l’autre. Les autres paramètres (début de l’enseignement, méthode, nombre d’heures hebdomadaires, élève maîtrisant plus ou moins bien la langue pratiquée dans son école, etc.) auront des incidences sur certains aspects (maîtrise orale vs. maîtrise écrite/lecture, importance du vocabulaire, maîtrise des structures grammaticales, adéquation à certains groupes d’élèves (+/– intelligents, +/– affinités linguistiques, etc.)), mais n’affecteront guère le résultat global. Il ne me paraît donc guère utile de partir en guerre pour l’un ou l’autre des paramètres mentionnés. Pour ce qui est du cocktail des langues à proposer aux élèves, question largement débattue actuellement en Suisse allemande pour savoir quel poids accorder respectivement au français et à l’anglais, les bons arguments ne manquent… ni pour la primauté du français ni pour celle de l’anglais.

    • Kantutita says:

      Merci Jean-Paul pour votre commentaire et votre participation à cette discussion.
      Eh oui, tout ce que vous dites est vrai! Beaucoup de paramètres entrent en compte dans l’apprentissage d’une langue, et la motivation compte énormément!
      C?est vrai, le débat n’est pas terminé pour la première langue à enseigner en Suisse allemande…

  7. Melanie says:

    Bonjour ! Bon, je débarque longtemps après mais c’est pour vous dire un peu l’évolution de ces dernières années :D

    En France, depuis une dizaine d’années, de plus en plus de collèges proposent l’enseignement bilingue anglais + autre (allemand, espagnol ou italien pour les basiques) dès la 6eme (10-11 ans). Après le brevet et en arrivant au lycée, on peut choisir une Langue Vivante 3, que l’on décide ensuite de garder pour le bac (ou pas !) et qui ne peut que nous remonter nos notes. Pour l’école primaire, ça dépend des régions mais la majorité étudient l’anglais à partir du CE2 voire du CP selon les moyens des communes et selon les profs à disposition… Pour d’autres, c’est l’allemand selon la position géographique.

    En Suisse, tout a changé il y a 4 ans. Les deux années d’enfantine (maternelle) ont été intégrées à l’école primaire et sont désormais les 1ère et 2ème années. Ensuite, les 3P, 4P ….. 8P constituent la suite et fin de la primaire. On rentre au cycle obligatoire (collège français) a 12 ans (équivalent de la 5ème française) et la fin du cycle est en 11ème, c’est la même chose que la 3ème française. (Même âge).

    Pour les langues, l’allemand est étudié (à Genève en tous cas) dès la 3P (6 ans) et l’anglais des la 5P (8 ans) et les deux langues sont obligatoirement poursuivies jusqu’en 11ème. A l’entrée au cycle, selon l’orientation R1 pour les moins forts, R2 ou R3 pour les plus forts, on peut ou non choisir une langue. Tu l’as expliqué. En R3, comme avant, c’est soit scientifique (plus de maths et la physique en 10eme au lieu de 11ème) soit littéraire (une langue en plus, le latin ou une autre et possibilité de faire le latin ET une autre ; tout ça en plus de l’étude de l’histoire, de la grammaire et de la philosophie allemande…)

    Ça donne envie… Pour le collège (lycée français), je n’en sais encore rien, les enfants sont trop petits désolée !

    Il faut aussi savoir qu’en Suisse, on trouve beaucoup plus d’écoles bilingues qu’en France. Souvent privées (et donc hors de prix…) elles enseignent l’anglais ou l’allemand à partir de 3 ans et l’anglais (si pas déjà choisi) ou une autre langue (allemand espagnol italien russe chinois arabe japonais suédois et j’en passe) à partir de 6 ans. L’objectif est que l’enfant obtienne sont bac (la majorité des écoles sont basées sur le système français) en parlant couramment 3 voire 4 langues. C’est bénéfique pour les enfants mais un peu trop bourrage de crâne a mon goût…

    En revanche, comment ça se passe au Canada ? Il me semble que l’on apprend l’anglais tôt, non ?

    Désolée du pavé… J’ai fait ma scolarité en France et je fais des études en Siisse pour enseigner en primaire et je côtoie énormément d’enfants en primaire et au cycle donc je pourrais écrire un livre sur le système éducatif :/

    • Maude says:

      L’enseignement de d’allemand commence en 3P sous l’ancien système des degrés scolaires – maintenant la 3P = la 5P harmos. Les enfants étudient l’allemand à partir de 8 ans.
      Idem pour l’anglais, la 5P=la 7P harmos, donc, l’avant dernière année du primaire, à plus ou moins 11 ans. En fait, les langues étrangères sont introduites après la conclusion du premier cycle de 4 ans d’école primaire.

      Depuis la transition harmos (harmonisation des plans d’études entre cantons, parce qu’avant les plans d’études contenaient d’importantes différences parmi les cantons, avec les conséquences que l’on peut imaginer…), on se retrouve avec les degrés 1P à 8P en primaire, certes très précis, mais on peine à se faire comprendre à l’extérieur de la Suisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *