Les Suisses croquent à pleines dents dans la culture française

Publié le 30 octobre 2012 | Par kantutita | Bienvenue en Suisse, Différences culturelles

Le saviez-vous? Les Français l’ignorent souvent, mais leurs voisins Suisses-romands gobent les mêmes divertissements qu’eux. Musique, télé, films, littérature: nous regardons, lisons, écoutons vos chanteurs, émissions, films et auteurs.  C’est une évidence en Suisse, mais lorsque je l’explique aux Français, ils sont surpris.

D’abord, pourquoi sommes-nous si attirés par vos chaînes, écrivains, vedettes, magazines? Simplement parce que vu la taille de la Romandie, la production culturelle et de divertissement reste évidemment beaucoup moins importante. Votre pays compte plus de 65 millions d’habitants, alors que la Romandie se rapproche des deux millions… Imaginez la différence de moyens pour produire une émission de télé ou lancer un auteur! Ce petit marché compte bien sûr de la qualité, mais le choix et les moyens restent restreints comparés à la culture française. Et comme nous partageons la même langue… C’est une aubaine.

Par exemple, amis français, vous devez vous imaginer qu’en Suisse, on n’a que deux chaînes de télévision francophones, TSR1 et TSR2. Il s’agit du service public, qui diffuse et produit d’ailleurs de super émissions. Or il y a de quoi baver face aux dizaines de chaînes françaises! Elles sont naturellement retransmises en Romandie.

Ainsi, TF1, France2, France3, Arte, Tv5, M6, RTL9 sont aussi un peu nos chaînes… Le journal de la Télévision Suisse Romande, animé par le présentateur vedette Darius Rochebin (ci-contre), est d’ailleurs diffusé à 19h30 – probablement pour ne pas être en concurrence avec les journaux français, très regardés par les Suisses romands. Nous apprécions aussi la variété d’émissions qu’offrent vos chaînes.

La culture et les divertissements ne connaissent que les frontières linguistiques. Les Suisses italiens et Suisse allemands ont le même réflexe: ils zappent sur les chaînes italiennes ou allemandes pour avoir plus de choix.

D’ailleurs, en arrivant en France, j’ai eu la surprise de découvrir une multitude de chaînes hexagonales dont j’ignorais l’existence, comme France 4, la chaîne du Parlement (parfait en cas d’insomnie) ou les décrochages locaux de France 3.

La culture française: omniprésente en Suisse

J’ai grandi en regardant des films français, que je préfère très souvent aux films américains. Côté lecture, il est original de lire des auteurs suisses en Suisse, car feuilleter des bouquins publiés par vos maisons d’édition, c’est la norme.

On connaît vos humoristes, acteurs et chanteurs, qui sont des stars chez nous. Quand j’étais ado, et résolument tournée vers la scène musicale anglo-saxonne, mes copines me bassinaient avec des chanteurs français (comme Renaud ou Cabrel) et d’autres aujourd’hui heureusement oubliés (2Be3 ou Alliage… oui je suis malgré moi de la génération boysband!).

Henri Dès et Stephan Eicher, eux, sont connus en France!

On a adopté vos artistes – alors que l’inverse est très rare. Face à la montagne de produits culturels français, on a l’impression que la production suisse a d’ailleurs de la peine à se faire entendre des Suisses. Moins de budget comm = moins glamour!?

Par contre, un artiste helvétique qui se fait connaître en France… alors, là, c’est la consécration!

… d’ailleurs, je crois que les Suisses souffrent d’un complexe d’infériorité.

Dans un quizz, on demandera à un Helvète de citer 3 groupes, écrivains ou artistes de son pays pour qu’il se gratte les méninges! Car les artistes français: tout le monde les connaît.

Joker d’inculte: « J’suis suisse »

Tout le monde, tout le monde… enfin, ne le répétez pas, mais j’ai de grosses lacunes sur la variété française, les acteurs et autres stars du petit écran, car je ne regarde pas beaucoup la télé. C’est là que je sors – avec mauvaise foi – mon joker: ma nationalité.

Comme ils sont surpris que je connaisse leurs chaînes de télé (avec lesquelles j’ai tout de même grandi!), les Français ne s’insurgent pas devant ma méconnaissance de la « variété française » ou de leurs vedettes. Ils le mettent sur le compte de ma suissitude… alors qu’en Helvétie, le même interlocuteur me jetterait des pelures de cacahuètes pour mon inculture.

Alors, amis français, surpris ou pas? Mangeriez-vous de la culture suisse? Pourquoi pas?

Et les Suisses, qu’en disent-ils?

6 Responses to Les Suisses croquent à pleines dents dans la culture française

  1. Amusant! C’est vrai qu’en parlant avec des Romands, j’ai découvert que nous avions beaucoup de références communes sur ce genre de sujet!

    Et pour la télé, j’étais bien contente de trouver la télé française en arrivant en Suisse, je ne savais pas du tout qu’elle y était diffusée!

    Je regarde donc parfois TSR pour en apprendre plus sur la Suisse, et parfois la télé française pour rester en contact avec mon pays. ;-)

    Laurène, du blog Carnetdescapades.com

    • Kantu says:

      Eh bien moi, je croyais que c’était connu, que la culture française était très très présente en Suisse. Tout faux, je dois souvent expliquer aux Français autour de moi, que oui, je connais France 3, quand même!
      La TSR, c’est super! Même si je suis en France, j’ai toujours un faible pour certaines émissions que je regarde en ligne… C’est chouette que tu t’y intéresses… et tu ne regardes pas la SSR aussi, pour entrainer ton suisse-allemand?!!

  2. Evren Kiefer says:

    Tu touches très peu au domaine de la littérature. Ramuz, par exemple, est devenu connu en Suisse romande seulement lorsqu’il est devenu connu à Paris. Cette tendance revient. De plus en plus, les auteurs francophones suisses deviennent connus et appréciés en France. L’exemple du moment est Joël Dicker, bien sûr, mais il y en a d’autres même parmi des amis communs.

    • Kantu says:

      Oui, j’ai même cette impression qu’ils seront mieux reconnus en Suisse s’ils ont réussi à monter de l’autre côté de la frontière, comme si le jugement des Français avait plus de valeur! Tu ne trouves pas?

  3. Julien says:

    Cela me parait toujours insolite que tant de Français semblent authentiquement étonnés que leurs productions culturelles soient diffusées à l’étranger. Oui, les ondes traversent les frontières! Il est vrai qu’en raison de sa taille et de son histoire, la France est souvent moins curieuse que d’autres pays de ce qui se passe ailleurs.

    Il est intéressant de comparer l’attitude admirative et un peu provinciale des Suisses romands vis-à-vis de la télévision et de la scène artistique française avec le désintérêt, souvent doublé d’un soupçon de mépris, dont ils témoignent pour tout ce qui se passe en Suisse alémanique ou italienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *