Zéro de conduite

Publié le 4 août 2012 | Par kantutita | Différences culturelles, Expat en France

On prend la route avec un petit coup de gueule sur la conduite des français, avant d’évoquer les différences de panneaux et de limitations entre l’Helvétie et l’Hexagone. Ensuite,  un duel « vignette contre péage » montre qu’on est bien lotis en Suisse, pendant que les Français paient leurs trajets en automobile au prix fort!

Au début, j’étais prise de sueurs froides au volant sur les routes françaises, entre les rabattements à ras votre capot sur l’autoroute (Hé, vous savez qu’on roule à 130 là monsieur?) et les coupages de route classique en ville, sans l’ombre d’un signofile*. Sans compter que les distances de sécurité sur l’autoroute, personne ne connaît (« 21…22 » – les Suisses comprendront). Réflexe national: quand le feu passe à l’orange, tout le monde accélère brusquement au lieu de freiner!

Je l’avoue, le flegme généralisé des Suisses au volant me manque. À chaque fois que je quitte ma place de parc*, je sais que je vais devoir éviter un accident dû à la nervosité d’automobiles imbéciles.  Voire d’un boguet* fou! Alors je reste aux aguets.

*Aide aux Français sur les mots suisses

un signofile est un clignotant de voiture

une place de parc est tout simplement une place de parking. On utilise les deux expressions en Romandie.

un boguet est un vélomoteur

Dans le panneau!

Des panneaux à Montpellier: l’autoroute est indiquée en bleu, les routes principales en vert. C’est exactement l’inverse en Suisse!

Si, malgré mes avertissements, vous vous aventurez sur le réseau de routes françaises, il y a plusieurs détails qui pourraient vous intéresser… Déjà, deux couleurs de panneaux sont inversées! …pour tenter de vous expliquer cela simplement:

  • Un panneau vert indique en Suisse une autoroute, en France, une route principale.
  • Un panneau bleu indique en France une autoroute, en Suisse, une route principale.

C’est encore un coup à se foutre dedans! Comment arrive-t-on, en tant que voisins raisonnables, à des situations aussi absurdes?

Ensuite, sachez qu’en France, la limitation de vitesse sur l’autoroute est de 130 km/h. Sauf s’il pleut: elle descend alors à 110 km/h. Pendant ce temps, les Suisses roulent théoriquement toujours à 120 km/h.

En ville, des deux côtés de la frontières, les panneaux indiquent un 50 tout rond. En sortant d’une localité, les compteurs suisses s’arrêteront à 60 km/h, puis à 80, pendant que les aiguilles françaises oscilleront de 70 km/h à 90 (à ne pas lire dans sa tête « septante » et « nonante », mais bien « soixante-dix » et « quatre-vingt-dix »!). Les zones à 30 existent aussi dans les deux pays.

 

Vignette suisse contre péage français

Un Français passant la frontière râlera car il devra acquérir la vignette suisse, permettant d’emprunter les autoroutes du pays. C’est ennuyeux lorsqu’on vient pour un séjour de quelques jours, car la redevance de 40 chf (33 euros) est valable un an! Il n’existe bêtement pas d’autocollant utilisable seulement une semaine… Pas encore du moins! En 2015, un sésame spécial touristes pourrait voir le jour, et le prix modique de la vignette annuelle devrait augmenter à 100 chf.

La vignette suisse pour emprunter les autoroutes, à acheter à la douane et à coller sur son pare-brise!

Quand on compare son prix à celui des péages, on se rend compte qu’on est tout de même gagnants en Suisse! Les Français paient chaque trajet au prix fort aux sociétés privées d’autoroutes. Pour vous faire une idée, le trajet simple Montpellier-Lyon, qui dure 3 heures, coûte à peu près cinquante euros en péages (soit 60 francs suisses), selon cet outil de calcul. Je ne dévoilerai pas ici les trucs que quelques têtes brûlées m’ont conté pour éviter de payer une fois arrivés aux barrières!

Suisses, pour éviter de vous faire klaxonner une fois au péage, que la barrière soit gardée par un être humain derrière son guichet ou une machine,  rappelez-vous d’avoir une carte bancaire ou de la monnaie à proximité. Et ne laissez sous aucun prétexte votre ticket d’entrée sur l’autoroute s’envoler par une fenêtre durant le trajet!

Amis français, si vous avez des doutes sur votre conduite, révisez  votre code pendant les vacances! ;) Après tout, je râle, mais savez-vous que les chiffres me donnent raison? Selon les statistiques de l’IRTAD, les Français se tuent plus sur les routes que les Suisses. Pour un milliard de kilomètres parcourus en 2006, 9,6 Français se sont tués, contre 6,5 Suisses. Et toc!

Drive safe et bon week-end.

PS. En parlant de différences, je vous parle aussi du permis à points par là !

30 Responses to Zéro de conduite

  1. Peanut says:

    Slow down, take it easy…

    Les péages français sont terribles de part leurs prix, et pour moi le pire c’est la sortie des péages, 10-15 colonnes qui doivent se remettre dans 3 voies 4 voies sans plus d’indications… C’est très anarchique et je me demandes toujours comment je fais pour rester en vie dans ces situations, surtout en été !

    • Kantu says:

      C’est pas faux!
      Mais je râle surtout sur les routes françaises lorsque les marquages des voies, comme en pleine ville de Montpellier, sont très effacés. Il faut estimer où se termine ta voie… Et comme certains conducteurs roulent allégrement au milieu, où en changent brusquement sans crier gare (ou mettre leur signofile)… c’est comme tu le dis, un peu anarchique. Je me demande aussi comment cela se fait-il qu’il n’y ait pas plus d’accidents…

  2. Julien says:

    A relever encore qu’en France, le jeune conducteur arbore un « A » rouge sur fonds blanc derrière son véhicule, alors qu’en Suisse, c’est un « L » blanc sur fonds bleu.

    Et le Suisse romand appelle parfois « benzine » ce que le Français appelle « essence ».

  3. HBilliet says:

    Je suis française et j’ai vraiment l’impression de me faire racketter chaque fois que je paie un péage.
    Dans les années 60 et 70, le gouvernement français avait justifié le prix des péages par le coût des constructions d’autoroute. On nous avait promis l’arrêt des péages, une fois l’autoroute remboursée. Oui, mais voilà le gouvernement n’est pas prêt à arrêter une opération financière très juteuse.
    Je pense aussi que les Français sont des tueurs en puissance à bord de leurs voitures.

    • Kantu says:

      Merci pour le commentaire! Je compatis entièrement. Pour les péages, quand je calcule mon budget pour un week-end ici ou là, j’oublie tout le temps qu’il faut ajouter ces frais-là!!! Je suis allée à Toulouse la semaine dernière, verdict: 40 euros pour l’utilisation de l’autoroute… Je n’y avais pas pensé… Je croyais en avoir pour une dizaine d’euros, tu parles!!!

  4. tindomerel says:

    C’est drôle, en Alsace, ce sont les Suisses (de Bâle surtout) qui ont la réputation d’être de très mauvais conducteurs… MAIS uniquement sur le territoire français!

    (J’en vois souvent en France qui roulent trop vite sur les autoroutes, ou coupent la route aux autres…)

    Serait-ce une technique de mimétisme? :)

    • Kantu says:

      Eh bien, moi qui croyait que les Suisses étaient des conducteurs plus placides et respectueux en toutes circonstances (Valais et Jura mis à part, eux sont dingues sur leurs petites routes à ravins)… Je suis déçue! Merci pour l’anecdote!

  5. Nathalie says:

    Pour arrêter de me tromper dans les couleurs des panneaux, j’ai trouvé un petit moyen mnémotechnique : en France, les panneaux verts, ce sont les routes de campagne (le vert de la campagne), donc le bleu c’est pour les autoroutes. Sinon, c’est erreur à coup sûr.
    Je suis pourtant française, haut-savoyarde, mais suissesse de coeur. En parcourant le blog, je réalise combien d’expressions helvétiques font parties de mon langage, certaines même dont j’ignorais qu’elles l’étaient ! D’ailleurs, mon mari, français du Nord, a eu beaucoup de mal à me comprendre les 1ers temps, et encore aujourd’hui, 8 ans après, je continue de lui sortir des trucs que lui font ouvrir grands les yeux. Quand on parle chiffres, il doit traduire il a du mal, et quand je dois remplir un chèque, gros effort pour écrire en français français. Et circuler en Suisse, il est perdu, alors que c’est si simple, et qu’on y est sans cesse.
    J’ai appris ici le coup du « santé » quand on éternue, pourquoi la plupart de temps les gens se taisent, alors que je les trouvaient impolis. Seuls les vrais d’ici répondent. Et pleins d’anecdotes où je me reconnais.
    Je réalise aussi que la partie haut-savoyarde proche Suisse est vraiment plus suisse que française, dans les expressions, les aliments aussi, etc… Mais ça se perd, de plus en plus « d’étrangers » (non savoyards) s’installent ici.
    En revanche, pour la conduite, autant en Suisse, les conducteurs sont placides, autant sur les routes savoyardes, ils se lâchent pour certains !
    Merci pour ce blog que je trouve génial !!

    • Kantu says:

      Bonjour Nathalie, et merci pour ton message! Je vais la garder, ton astuce pour se souvenir de la couleur des panneaux, elle va m’être bien utile!!!
      Je ne nous savais pas si proches des haut-savoyards – mais à la fois, rien d’étonnant non? Alors, en Haute-savoie, dit-on septante ou soixante-dix? Je vois que tu rencontres les mêmes problèmes que moi avec les chèques, les « santé »… Je me sens moins seule!!
      Pour les éternuements, cela me surprend toujours qu’on ne me le souhaite pas!! Pas plus tard que hier, j’ai éternué en réunion avec quatre personnes, pas une n’a ouvert la bouche! C’est toujours un petit moment de solitude… le temps de me rappeler qu’en France, c’est normal!
      Merci encore pour ton commentaire!! Hésite pas à en semer d’autres si tu te reconnais dans mes anecdotes… :D cela fait toujours plaisir.

    • Théo says:

      Bonsoir Nathalie,
      Je viens de tomber sur votre commentaire et je suis ravi de voir enfin quelqu’un comme moi! Nous ne sommes pas si nombreux que ca en Haute-Savoie à être autant helvétisés! La majorité sont des frontaliers qui ne gardent de Suisse que les 3 bises dès qu’ils repassent la frontière…
      Pour info : j’écris toujours septante, huitante et nonante sur mes chèques, je n’ai jamais eu de problème, ils ont toujours été correctement encaissés! :)
      Et je partage ton avis. Je trouve que les Hauts-Savoyards sont en général plus Suisses que Francais que ce soit d’un point de vue linguistique que comportemental!

      En ce qui concerne la conduite maintenant, ce qui me choque énormement en France, ce sont les gens qui roulent sans phares… C’est vrai que finalement on s’y est très vite fait en Suisse, et se retrouver avec une voiture tous feux éteins en face, même en plein jour, ca fait vraiment bizarre!
      Et puis le feu qui ne passe pas à l’orange avant le vert, c’est super frustrant!

  6. InstantNoodles says:

    Étant frontalier et effectuant fréquemment la route entre Genève et le Chablais (Haute-Savoie), je peux effectivement confirmer que les conducteurs suisses sont plus sages que leurs pendants français… mais en Suisse…

    Passé le poste de douane à Veigy, il n’est pas rare de les voir brutalement accélérer pour dépasser le 90.
    Bon après, il est difficile de déterminer s’il s’agit bien d’un genèvois pur souche ou d’un expatrié mais bon…

    La raison n’est peut-être pas culturel mais plutôt financière. Se faire flasher et payer 90€ n’est certainement pas aussi douloureux pour eux que des montants plus proches de 400-800CHF… même quand vous gagnez 8000CHF par mois.

    Cette remarque n’est pas une généralité bien entendu, tout comme celle de dire que tous les français conduisent mal. En Haute-Savoie, à part tôt le matin, difficile de trouver beaucoup d’excès de vitesse…

    • Kantu says:

      Très juste! La différence de prix des amendes m’a aussi surprise au départ!!
      Bien sûr, tous les Français ne conduisent pas mal ;) Mais c’est vrai qu’en Suisse, les conducteurs sont moins nerveux… C’est surtout les changements de voie impromptus et sans clignotant qui m’agacent sur les routes autour de Montpellier! Et qui sont très peu courants dans ma région d’origine… Merci pour ce commentaire!! Salutations en Haute-Savoie. (Est-ce que les Français du Sud conduiraient moins « calmement » que ceux du Nord??)

      • InstantNoodles says:

        Moins calmement, je ne sais pas mais il est vrai que les gens du sud ont la réputation de moins bien conduire… Mais bon géguerre nord-sud, tout ça…

        Ceux qui ont la réputation d’être les plus nerveux au volant sont les parisiens, mais il faut les comprendre, si vous n’êtes pas nerveux à Paris, vous n’avancez pas.
        Essayez de prendre la Concorde pour la première fois et vous comprendrez.

        Provincial de naissance, lorsque je suis venu vivre à la capitale j’ai d’abord pensé que tout le monde était fou ; après six années, je suis arrivé en Haute-Savoie et j’ai trouvé tout le monde si « lent » qu’il m’a fallu un temps d’adaptation et réaliser que je n’avais plus autant besoin de me « presser »…

        Je connais peu Montpellier (à part pour les vacances), mais y débarquer en provenance de Suisse, même de Romandie, doit effectivement être impressionnant… Imaginez un st-gallois…

  7. Marc says:

    Pour les couleurs, la norme suisse (vert = autoroute, bleu = route principale) est le même en Belgique, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Danemark, …

  8. Dany says:

    Pour continuer sur le sujet de la circulation, pour moi c’est l’arrêt automatique des voitures aux passages pour piétons : ne restez pas aux abords d’un passage pour faire la conversation si vous n’avez pas l’intention de traverser…car toutes les voitures s’arrêtent pour vous laisser passer! regarder quand même que ce ne soit pas un Français qui passe….car lui?? et au retour en France on se fait presque jeter regarder + d’une fois avant de traverser Ah! les panneaux moi aussi je dois y réfléchir à 2x. Et par contre si par hasard en suisse vous cherchez un village, sortez votre GPS car vous n’aurez que la direction des grandes villes pas + ici, nous sommes trop gâtés car les panneaux nous indiquent même les plus petits villages à+

  9. Amandine says:

    Bonsoir,
    Je découvre votre blog à depuis quelques minutes et j’apprécie déjà beaucoup ! Je suis une parisienne expatriée depuis juillet à Genève et bloggeuse depuis quelques semaines ! Je n’ai pas encore eu le temps d’écrire sur tout ni de tout visiter (je n’y arriverai pas c’est sûr) mais je vois qu’on pense aux mêmes sujets de différences ;)
    Pour le péage, je ne peux qu’acquiescer, c’est très cher en France. Mais il est vrai que payer l’autoroute suisse si on ne vien qu’un w.e dans l’année, ce n’est pas très rentable ! Ca l’est si on y revient…
    Pour la conduite de dingue, je suis bien d’accord que les parisiens, les bourguignons, les gens de la côte d’azur par exemple roulent trop vite, le pied enfoncé sur l’accélérateur, choc culturel existant entre des régions de France, il suffit de regarder le sketch de Dany Boon qui est du Nord où les gens sont patients et courtois ! Mallheureusement, je vais devoir vous contredire sur un point : en arrivant sur Genève (je ne parle pas du reste de la Suisse !), j’ai été choquée ainsi que tous les membres de ma famille venus nous voir par les automobilistes suisses (Genevois) ! Comment peuvent-ils être si gentils, courtois, patients, serviables dans les magasins, dans la rue, dans les intitutions et si énervés en voiture ? Les signalisations sont très compliquées pour nous avec ces 3 feux (gauche, droit, droite), les files qui changent parfois d’un coup, les rails de tramways, les pistes cyclables parfois entre le tramway et les voitures (moi qui adore faire du vélo, je crois qu’il va prendre la poussière dans ma cave !) et dès que l’on change de file après avoir mis le clignotant alors qu’il y a des pointillés au sol et donc qu’on a le droit, on se fait claxonné, on nous crie dessus comme quoi on doit garder notre file ! Mais ça ça ne marche que si on sait déjà où on va, pas si on n’est pas du coin… Comme quoi, cela veut dire que comme en France, les différences de comportements sont plus entre les régions d’un même pays qu’entre les pays finalement ! En tout cas, merci pour ce blog vu de l’autre côté du miroir, c’est sympa de voir quelqu’un d’autre un peu « lost in translation » même entre pays frontalier ! J’espère que vous apprécierez de lire le mien, même s’il est encore tout tout jeûne ;)

  10. Mika says:

    Même si ce n’est pas tout à fait en rapport, mais ce qui me fait très rire en France. C’est le panneau « trous en formation » ;) qui indique que la route se ronge formant des trous et que donc il faut faire attention. En sachant que le panneau va rester là entre 2 et 3, pour ce que j’ai pu avoir comme information :)

    Et j’ai appris très récemment que quand on est apprenti conducteur en France, les limitations ne s’appliquent plus vraiment. En gros, quand on a un A au cul, il faut rouler sur l’autoroute à 110km/h sinon risque d’amende, 90km/h sur les routes à 110 km/h… Et après on rabache que de ne pas rouler à la vitesse est dangereux… :)

    • Kantu says:

      Le panneau « trous en formation »? Je ne l’ai pas encore croisé, mais je n’aurais pas bien compris le message! En Suisse, ce qui est amusant dans le genre, ce sont les panneaux indiquant l’arrivée de voies qui se rejoignent ou partent… Cela donne parfois des graphismes étonnants, difficiles à comprendre en un clin d’oeil. Il faudrait que j’en prenne en photos à l’occasion!

      Pour les jeunes conducteurs, j’ignorais ces règles!!! Le fait qu’il faille rouler plus lentement sur l’autoroute quand il pleut me semble déjà assez pittoresque – mais c’est pas bête!!

  11. Alfred says:

    Bonjour, j’espère que ce blog est toujours en activité.
    Je vis en Suisse de puis 13 ans et je me suis bien amusé à lire ce blog.
    J’arrive maintenant à garder mon calme sur la route parce que j’ai pu me raisonner et je pense qu’on ne peut pas comparer les conducteurs des 2 pays, il y a des inconscients partout.
    J’ai eu l’occasion de rager parce que j’ai suivi sur 4 km des conducteurs valaisans qui roulent à 60 au lieu de 80 (en passant mon permis on m’a expliqué qu’il ne fallait pas ralentir le traffic et que rouler en dessous de la vitesse indiquée pouvait être aussi dangereux que au dessus). Après je me suis rendu compte que j’étais stressé (et pressé) et que le pauvre conducteur n’y était pour rien; de même rouler doucement est beaucoup moins fatigant.
    Mais le pompon (et je pense que c’est pareil en France)c’est les gens qui font n’importe quoi au ronds- point (les giratoires en Suisse? je sais plus)
    J’avais l’idée de faire un autocollant et de le coller à l’arrière de ma voiture pour expliquer (rappeler)le fonctionnement d’un giratoire:
    quand il y a deux voies et rien de particulier de signalé à l’entrée du giratoire, pour aller TOUT DROIT ET A DROITE ON PREND LA FILE DE DROITE, POUR ALLER A GAUCHE ET FAIRE DEMI TOUR ON PREND LA FILE DE GAUCHE…
    J’ai depuis déménagé pour habiter à 5 minutes de mon travail et ça va mieux.
    J’ajoute que les antibrouillards avants sont interdits s’il n’y a pas de brouillard c’est valable en Suisse et en France.
    (Si vous voyez un ahuri qui vous fait un clin d’œil avec ses anti-brouillards ce n’est que moi pour vous signaler que les vôtres sont allumés et m’éblouissent)
    Un vrai plaisir ce blog.

    Salutations à tous je manquerai pas de venir ajouter les différences que j’ai constatées et que je n’ai pas lu sur ton blog.(par ex. il y a aussi les différences spécifiques au valais :-) )
    La propreté des villes et des campagnes suisses est un des trucs qui m’a le plus marqué.
    Bonne journée

    • Alain says:

      C’est bien la première fois que je lis valaisan et rouler trop lentement dans la même phrase… J aurais dis les fribourgeois toujours à 118 sur voie de dépassement :-)

  12. Alfred says:

    j’ajoute un mot sur les autoroutes, mon vécu me fait plutôt dire que c’est la conduite des suisses qui m’a choqué à ce niveau là; en effet sur les autoroutes françaises vous avez sans arrêt des panneaux qui vous rappellent: 1 ligne blanche=danger 2 lignes = sécurité!il s’agit de ligne assez longues sur le coté gauche qui vous servent à vous positionner derrière le véhicule qui vous précède, la distance de sécurité étant de 2 lignes entre 2 voitures. En Suisse on ne connait pas ça et j’ai parfois eu des chauffeurs qui semblaient chercher l’aspiration derrière moi.
    Mais bon à part le fait que les autoroutes vaudoises sont toujours en travaux et qu’il y a un radar tous les 500 m c’est quand même le pied de conduire en Suisse.
    Merci pour ce blog (ça fait 2 heures que je me promène dessus!)

    • Kantu says:

      Oh, mais c’est normal d’être choqué par la conduite…. des Valaisans!!! Hahaha. Les montagnards sont de vrais casse-cous non? Et tu as raison, y’a des travaux et des radars partout ;)

  13. ant-1 says:

    Les Suisses roulent a 120 en Suisse, et à 180 en France. Faut bien que le démon sorte. Et pas de points a perdre. Les routes francaises sont dangereuses,en partie, par ce que les camions européens roulent en France. En Suisse le transit des poids lourds étrangers est interdit…Milan-Stuttgart ne passe pas à Zurich, sauf si il faut y livrer.

  14. Marc says:

    Une autre différence dans la signalisation, à laquelle il faut être attentif : quand on entre dans une localité en France, il n’y a pas de panneau « 50 » ; par contre, on peut voir parfois plus loin dans la même localité un panneau « 50 » avec indiqué « rappel » en dessous (hein, quel rappel ? – je ne me souviens pas d’avoir vu le premier !). En fait (si j’ai bien compris, qu’on me corrige sinon), la bordure rouge du panneau mentionnant le nom de la localité indique implicitement qu’il faut rouler à 50. (Par contre, j’ai vu des panneaux « 130 » sur l’autoroute », alors que des panneaux « 120 » en Suisse n’existent pas, la fin de limiation impliquant qu’on peut rouler à 120, étant sur l’autoroute.)
    Pour nos amis français : sachez qu’en Suisse, par contre, lorsque vous rencontrez un panneau de localité (bleu sur route principale, blanc sur route secondaire), il n’est pas nécessaire de planter les freins… En effet, le panneau « 50 – limite générale » indique à partir d’où ladite limite commence et ce peut être parfois bien plus loin que le panneau de localité (même s’il est au-dessus dans beaucoup de localités).

    Ah oui, une autre chose qui me déroute souvent : il n’y a en général pas de ligne d’arrêt aux feux en France ! Il faut donc s’avancer jusqu’au feu et être bien attentif. Par contre, je trouve pratiques les petits feux placés en dessous, qui permettent au premier conducteur de la file de mieux voir quand ça passe au vert. Il faut dire qu’en Suisse, les feux sont souvent placés plus loin que la ligne (matérialisée par un marquage), donc ça ne pose en général pas trop de problème non plus, mais à certains endroits si, quanf le feu est proche de la ligne.

    Voilà, voilà, désolé pour la « tartine », mais j’ai passé 2 semaines en Normandie chez une amie, ainsi qu’en Bretagne, et je tenais à compléter les indications routières.

    P.-S. : je trouve ce blog génial, un grand bravo à sa conceptrice !
    J’ai bien ri notamment lisant les différents helvétismes et en me remémorant l’air parfois interloqué de mon amie face à certaines expressions (maintenant moins, parce qu’on se connaît depuis des années, mais ça arrive encore avec des helvétismes qu’elle ne connaissait pas encore, par exemple).

    • Kantu says:

      Merci beaucoup pour toutes ces précisions fort utiles… Vous êtes un fin observateur dites voir!
      …vos bravos et encouragements me font aussi très plaisir! :)
      Je n’avais jamais fait attention à toutes ces subtilités. Mais en effet, je me suis souvent demandée: « mais un rappel de quoi? » en arrivant dans les localités françaises! Donc ce n’est pas moi qui manque d’attention, ouf.
      En tout cas, n’hésitez pas à partager d’autres observations de votre séjour en Normandie dans les commentaires du blog ;)

  15. Marc says:

    Merci ! Il faut dire que la signalisation m’intéresse depuis mon enfance et j’y fais donc toujours attention. De plus, j’aime bien voir les différences qu’il y a d’un pays à l’autre. Et cela vaut également du côté linguistique (j’apprécie nos helvétismes et j’aime aussi découvrir des termes français, belges, québécois, etc., ainsi que ceux d’autres langues, natürlich! [avec un « ch » doux à l’allemande ou rude à la manière alémanique]).
    Avec plaisir. J’ai d’ailleurs posté quelques autres messages aussi, notamment dans les helvétismes justement.

  16. BobsleiiG says:

    « Réflexe national: quand le feu passe à l’orange, tout le monde accélère brusquement au lieu de freiner! »
    J’ai juste explosé de rire.

    Je suis conducteur pro, Bus et cars. Et en effet pas mal de choses me font rager en France. Notament le manque d’indication de la part des automobiliste et de manière plus générale le fait de se croire seul sur la route.

    Je note tout de même une différence entre les diverses parties de la France et plus précisément entre le Nord et le sud.
    Je constate que les automobilistes ont une certaine tendance à plus utiliser leurs clignotants, mettre plus facilement leurs veilleuse par temps couvert ainsi que leurs codes.

    Le pompon du « grand n’importe » quoi revenant tout de même d’après mes constatation des deux années passées sur Marseille à cette agglomération Française.
    J’y ai vu un scouteur remontant une ligne pointillé en contre sens d’une voie double à sens unique entre les voitures, l’absence quasi complète de clignotants et de distances de sécurité, des stationnements en doubles file voire en triple file n’importe où, les feux rouges passé en « glissé » comme un céder le passage, Une auto rouler sur la contre allé en contre sens lors d’un gros bouchon etc etc.

    Il m’est arrivé de me tromper de voie à mes débuts sur place — il faut dire que cette ville peut être un véritable casse tête — et avoir epreinté une voie réservé aux bus. la voie d’en face l’était elle aussi. Et par un grand hasard, j’y avait croisé la police qui était passé à coté sans rien me dire… A mon grand étonnement.
    Puis, après réflexion, je m’étais dis qu’ils avaient du apprendre à conduire à Marseille et que cela ne devais pas être bien grave à leurs yeux.

    Autre annecdote Marseillaise, un bus était coincé dans une rue (virage à 90°) car une voiture était garé n’importe comment. La mopitié des passagers ainsi que le chauffeur son descendu et on soulevé l’arrière de la voiture afin de la décaler et de pouvoir passer. C’était juste magique.
    C’est coté sympa ou l’on ne s’ennuie jammais à vivre du coté dit indiscipliné de la frontière.

    J’ai beaux déplorer le conduite « à la Française », je déplore égallement la conduite très discipliné (notament par la peur de la police) à la suisse qui ne laisse aucune place à la tolérance.

    Parenthèse Italiènne)
    Si vous faites un tours en Italie, sachez qu’un appel de phare de la voiture de derrière vous, sera surement fait pour vous demander de vous décaler (ou vous pouvez) pour la laisser passer.

    En espèrant ne pas vous avoir assomé par mon récit et expériences personnelles.
    Cordialement.

  17. Tribolo says:

    Une autoroute est par définition une route qui nous permet d’aller d’un point A, à un point B, le plus rapidement possible. En France ce n’est pas le cas. La faute aux péages qui trop souvent ralentissent le trafique et créent d’horribles bouchons et nous font perdre du temps. Le système Français est obsolète et digne du moyen-âge. Les pays qui utilisent encore cette manière de faire sont principalement des pays du sud de l’Europe… étrange !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *