17 Flares Twitter 4 Facebook 13 Google+ 0 17 Flares ×

vaccin repevax

Étonnante découverte sur les Français! Il leur arrive de stocker des vaccins dans leur frigo, le plus naturellement du monde.

Je vous explique: il y a peu, je suis partie en vacances en République dominicaine. Avant le départ, j’ai dû mettre à jour mes vaccins.

Enfin essayer.

Cette fois, je vous passe les problèmes de lecture de mon carnet de vaccination suisse (en bonus en bas de billet). Cette médecin-là a eu la décence de ne pas attraper de fou-rire (pas comme mon ancien médecin du travail), mais m’a demandé le plus naturellement du monde si le Di-Te-Per était l’équivalent du DTPCoq, quelle était sa combinaison, et un tas de questions auxquelles j’étais bien incapable de répondre.

Heureusement, il y a internet.

Rendez-vous a été pris la semaine d’après pour me présenter ses aiguilles. Ma médecin a griffonné une ordonnance, puis m’a raccompagnée à la porte en insistant: “N’oubliez pas d’apporter votre vaccin.”

Pas sûre d’avoir bien compris, j’ai demandé des éclaircissement à mon référent “culture française” (mon petit ami, donc).

“Eh bien quoi, c’est une ordonnance pour tes vaccins! Tu vas le demander à la pharmacie. Tu peux y aller juste avant de te faire vacciner, ou le récupérer dès maintenant. On le gardera au frigo.”

Il me faut à présent expliquer ma surprise aux lecteurs français: chez mes médecins suisses, les vaccins étaient fournis et facturés par eux-mêmes! Cette façon de faire m’était donc totalement étrangère.

“Et on peut garder son vaccin au frigo, comme ça? Les maladies dedans risquent pas de s’échapper et de passer dans les tomates?”

Regard exaspéré du Français. Non, je suis pas hypocondriaque, je suis prudente.

Mise à jour: je suis retournée faire un vaccin et j'ai pensé à prendre la boîte en photo avant ;)

Mise à jour: je suis retournée faire un second vaccin 6 mois plus tard et j’ai pensé à prendre une photo de la boîte sur le chemin entre la pharmacie et le docteur ;)

Je me rends donc docilement dans une officine du quartier, et récupère mes précieux vaccins. La pharmacienne me rappelle de bien les conserver au frais, dans le réfrigérateur. Il s’agit de boîtes avec une dose de vaccin, bien empaquetée.

Ils passeront une semaine à côté de la mayo (suisse) et du bocal d’olives, avant de m’accompagner chez ma docteure. Miracle: j’ai réussi à ne pas les oublier le jour J, grâce à des post-its judicieusement positionnés dans l’appartement. En été, je les aurais peut-être transportés dans une glacière, mais c’était encore l’hiver.

Par contre, j’ai été tellement étonnée par cette façon de procéder que j’ai oublié de les prendre en photo, zut!

Ps. Voilà à quoi ressemble un carnet de vaccination du canton de Neuchâtel. Je vous l’avais déjà montré ici, en vous parlant des médocs qui changent de noms en passant la frontière.

Carnet de vaccination suisse