« Ça m’espante, fada! » et autres expressions du Sud de la France

Publié le 16 décembre 2012 | Par kantutita | Expat en France, Langues & Francophonie

Grâce à ce billet, vous serez capable de parler comme un vrai Français du Sud! Depuis que j’ai déposé mes valises dans la région, mes oreilles dégustent des expressions typiques du coin, la plupart passées de la langue occitane au français. « Il craint dégun », rouméguer, espanter… Les expressions du Sud de la France sont nombreuses et savoureuses!

En arrivant ici, j’ai découvert que non seulement mes régionalismes suisses (les fameux helvétismes!) étaient incompris, mais qu’en plus je devrais apprendre les expressions du Sud de la France!

Un petit glossaire s’impose, pour vous apprendre à tcharrer comme un Français du Sud…

Attention, ce sont des expressions entendues du côté de Montpellier, dans le Sud-est! Une lectrice Toulousaine me signale que certaines d’entre elles n’ont pas cours au Sud-ouest et autour de la ville rose.

Expressions du Sud de la France courantes:

« Ça m’espante! » – soit ça m’étonne

« Ne reste pas en plein cagnard » – en plein soleil (et au Sud, il tape! Je vous le dis) Mise à jour: dans les commentaires, des lecteurs français me signalent que cette expression n’est pas exclusive du Sud!

« Je crains dégun » – soit je ne crains personne

 « -Alors, cet examen?  – Je me suis gavé! »
Donc, je m’en suis super bien sorti, j’ai réussi.

« Comment c’était hier soir? – On s’est gavés! »

On s’est régalés(= on s’est follement amusés!)

« T’es Fanny! » – T’as perdu sans mettre un seul point! Très courant à la pétanque.

« Où sont les pitchouns? »  – les enfants

« Quelle piche celle-là! » – une bécasse

« Viens faire un gâté » – un câlin

« Quicher » – serrer, entasser « On est quichés dans le tram! »

De temps en temps, j’ai entendu ces expressions:

« Quelle vieille rougne! » – une vieille bagnole

« Il roumègue » – il râle

« Tcharrer » pour discuter, tchatcher. C’est Pauline, dont vous avez entendu l’accent du sud, qui me l’a apprise celle-ci!

Si vous parlez espagnol, vous comprendrez facilement ces deux-là, toujours héritées de l’occitan:

« Ça pègue! » ça colle (pegar: coller en espagnol)

« Il ronque. » il dort profondément (roncar: ronfler en espagnol)

Tranquillou! et les diminutifs en -ou

« -Écoute, je suis en route,  je me dépêche de te rejoindre.

– Vas- y tranquillou! »

ou

« Comment vas-tu?

– Ben tranquillou. »

Tranquillou signifie simplement « peinard »… le suffixe diminutif -ou est très courant en occitan. Le Cigalou, le Lavandou, un canaillou etc. Cela vous rappelle la Provence? Normal, le provençal est l’une des variantes de l’occitan: si vous voulez écouter cette  langue régionale et en savoir plus – c’est ici sur le blog! 

Et j’ai bien sûr appris cette expression:

« T’es fada! »

Soit fou! J’adore. D’ailleurs, j’ai hésité à appeler ce blog « Ils sont fadas ces Gaulois! » – or j’avais peur que les Suisses n’y comprennent rien…

 

J’entends beaucoup aussi:

« Il s’est pinté  » – il s’est bourré la gueule

« Ce n’est qu’un minot » – C’est un gamin.

« Je vais picoler avec les collègues« – je vais boire avec mes potes

Picoler est très mignon… mais je crois que ces expressions sont françaises, sans être spécifiques du Sud. À vérifier!

 

Après les expressions, vous pouvez aussi vous fondre dans le paysage en adoptant ces réflexes…

  • Ajouter des « cong! » pour ponctuer ses phrases, comme les Marseillais, ou des peuchères!

 

Le charme des « I » parasites

Une bizarrerie du français de certains habitants du Sud, c’est l’ajout de « I » parasites dans les phrases de tutoiement. Cela leur donne un tour familier, plus chaleureux – en tout cas c’est ainsi que je le perçois. Malgré moi, j’ai  adopté cet ajout, et je me prépare à recevoir les remarques de mes amis suisses lors de mon retour au pays cet hiver… Aïe aïe aïe.

Ainsi, on entend des choses comme:

« T’y as réussi à passer chez l’épicier? »

« T’y as reçu mon message? »

(je mets un Y car si je vous le transcris en phonétique, j’ai peur que les trois-quarts des lecteurs soient largués avec raison)

Voilà. Il ne vous reste plus qu’à vous poser sur une terrasse et commander un pastaga ou un jaune – et vous voilà transformé en Français du Sud. Tadam!

Pour en savoir plus sur les régionalismes du Sud de la France:

J’ai pu vérifier l’orthographe de certains des mots entendus grâce au Petit Dico du Pays d’Oc de Joanda, acteur de la scène culturelle occitane (17 € – Éditions du Trabucaire) Ce glossaire vient de sortir et passe en revue des dizaines d’expressions du Sud de la France.

Je vous parle ici d’un petit livre savoureux sur les mots des occitans!

Si vous en redemandez, voici une liste d’expressions du Sud-ouest (là où ils élèvent les canards – moi je vis à Montpellier, au Sud-est! Mais c’est toujours la terre occitane) répertoriée sur notre encyclopédie communautaire préférée.

PS.

Sinon,  samedi,  j’ai eu l’honneur d’être interviewée dans l’émission de RTL « Itinéraire d’un auditeur gâté » à propos des différences entre la Suisse et la France. Merci encore à eux d’avoir sélectionné Y’a pas le feu au lac! Leurs compliments me sont allés droit au cœur. Ils sont tombés sur YPFL en cherchant le blog d’un étranger parlant de la France…   Vous pouvez retrouver l’émission ici – cela se passe à ~24 mn.

Et vous quelles sont vos expressions du Sud préférées?

22 Responses to « Ça m’espante, fada! » et autres expressions du Sud de la France

  1. Sympa cet article! Quelques expressions sont toutefois aussi utilisées dans le reste de la France, comme tranquilou ou cagnard. Mais fada ou pitchoune fleurent vraiment bon le Sud :-) Ca donne des envies de vacances et de soleil tout ça!

  2. Céline☼ says:

    Et bien, je ne suis pas du Sud de la France, mais d’un peu plus haut, en région lyonnaise, et je peux te dire qu’il y a une bonne moitié de ces expressions que je connais et que j’utilise !
    « Pitchoun », « tranquillou », « en plein cagnard »… « se pinter » et « picoler », je ne crois pas que ce soit typique du sud, en tous cas, c’est remonté jusqu’à chez moi, je peux te l’assurer !
    Quant aux « Y » dans les phrases, on dit que c’est typique du parler lyonnais. ex : « t’inquiète, je vais y faire ! »

    J’ai vécu quelques années à côté de Genève, dans le Pays de Gex, et j’avais un peu de mal également avec certaines expressions typiques suisses, qui ont d’ailleurs envahi le parler français des « autochtones ».
    ex : le fameux « cornet » auquel j’ai eu beaucoup de mal à m’habituer. Ça me faisait vraiment trop bizarre d’entendre des Français le dire. « Mais comment y parle celui-là ??? » (note le Y !)

    • Kantu says:

      Haha, le cornet! C’est vrai que c’est surprenant pour les Français, qui croient que les caissiers veulent leur offrir une glace après leur passage en caisse! Quant au y, il n’est pas pareil du coup à Lyon! Placé ailleurs…
      Merci pour tes remarques, je vois que quelques expressions du Sud remontent… en tout cas jusqu’à Lyon!

  3. Trop drôle! D’accord avec Aurélie sur l’utilisation de certains mots dans le reste de la France, comme picoler par exemple. Pour les autres, tu en sais déjà plus que nous, je resterais interloquée si un Français me disait ça ;-)

    J’écoute ton émission dès que je suis chez moi, j’ai hâte! :)

    Bises,

    Laurène, du blog Carnetdescapades.com

    • Kantu says:

      ;) Merci pour vos commentaires, Laurène et Aurélie! C’est toujours un peu difficile pour moi, qui n’ai vécu qu’à Montpellier, de définir si les mots dépassent la frontière du Sud… Merci donc pour vos avis de Françaises!

  4. Léo Maradan says:

    A noter que le terme « pitchouns » est également connu en suisse. Du moins dans ma vallée, vue que l’école pré-maternelle (le « Bidibulle » de Marin) se nomme « Les Pitchounets »

  5. Hubert le vert says:

    Le cagnard en suisse romande désigne un réduit ou cagibi.
    « J’ai pénétré dans l’obscur cagnard de la ferme pour y chercher des provisions et alors comme dans les fermes les portes sont basses… un occitan à dû se cogner l’occiput en se relevant trop tôt et y voir trente six chandelles, assimilant notre cagnard à un soleil…

  6. myrtille says:

    Une de mes collègues nimoîses ponctuait toute ses phrases de… « connasse ». Les premières fois, j’ai bondi !! Ensuite j’ai compris: chez cette sudiste pure huile d’olive, c’est l’équivalent de « oh la la » !!!eh bé oui, c’est aussi ça le sud ;)

    • Kantu says:

      Oh eh bien, cela doit surprendre la première fois! Merci Myrtille, au moins je suis avertie, au cas où je tombe sur un ou une Nîmoise un jour, je ne m’offusquerai pas! Je connaissais que le « cong! » pour ponctuer les phrases.

  7. Swidzernaïv says:

    Essayez donc le berrichon, le normand ou le breton, vous m’en direz des nouvelles

    • Kantu says:

      Haha, j’aimerais bien! En tout cas, merci pour tes nombreux commentaires sur le blog, je suis en train de les découvrir les uns après les autres!!

  8. Laure says:

    Certaines expressions dont vous parlez ne sont pas employées dans le Sud-Ouest de la France mais plus dans le Sud-Est comme « gâté » pour le calin.
    Pour l’expression « je crains dégun » c’est la 1ère fois que je la vois. Je crois que vous étiez à Montpel, sachez que les Montpelliérains et les Toulousains sont totalement différents …
    Je suis née et j’ai grandi à Albi à côté de Toulouse, plus précisément à la campagne donc les expressions en tout genre ça me connaît :)

    Amicalement,

    • Kantu says:

      Bonjour Laure! Merci pour vos commentaires, je prends note et j’ajoute un mot dans l’article. C’est vrai que le SUD de la France ne se réduit pas au Sud-est, bien sûr :)

  9. goeffrey says:

    je pense ce sont de très bonnes espressions

  10. fille du sud says:

    Chocolatine pour pain au chocolat, la male au lieu du coffre, la clanche pour la serrure, s’estouffer au lieu de s’étouffer, se couper un os au lieu de se le casser, …..

    • Kantu says:

      Merci pour ces mots! Couper un os est trop étrange à mes oreilles, j’aime bien l’expression et je ne la connaissais pas!
      Clanche et s’estouffer non plus, je ne les avais jamais entendus.
      La malle pour le coffre de voiture, cela me semble courant cependant, je ne pense pas que ce soit forcément du Sud… À creuser!

  11. guig33k says:

    On dirait plutôt esquicher que quicher =)
    J’ai appris que péguer et gavé étaient du Sud du coup haha
    Et pour picoler c’est du franchouillard ça ^^ Nous on n’a que le pastaga de toute façon x)

  12. Tambourinaire says:

    Alors, étant originaire d’Avignon, je peux enrichir ce petit vocabulaire :

    – « claouté » quelque part = planté quelque part (ex : « Ne reste pas claouté là »)
    – « Grande capounette ! » (avec l’accent, et avec emphase) : ma mère le dit, par exemple, quand elle ne trouve pas de place dans un parking
    -« estrasser » = Je ne sais pas exactement, mais je traduirais par déchirer, endommager, manipuler sans soin (« Laisse ça, tu estrasses tout! »)
    -« caguer » = chier (ex : mon grand-père à ma grand-mère : « Tu me fais caguer ! »). On peut aussi parler du « cagadou » pour dire WC.
    -« Pécaïre ! » = peu chère. Il m’arrive de l’entendre dans la bouche de gens âgés, mais « peu chère » prédomine quand même)
    -« coucourde » = courge (ex : « C’est une vraie coucourde ! » pour parler d’une pimbêche)
    – » un sansouïre » = une terre humide dont on ne peut rien faire
    -« estouffe-gari »= un étouffe-chrétien (gari = souris en occitan)
    -un (grand) « flacaras » = feignant
    -un  « escrasaras » = un taudis, un cabanon en ruine (« Tu oses vendre cet escrasaras ? »)
    – « espaouti » = ensuqué = abruti
    – « Des baoucos » (prononcer « baouques ») = rien ex : « J’ai fat la queue pour des baoucos » (les baoucos sont des herbes sèches. On pourrait en fait remplacer par « des figues » ou « des prunes »)
    – une « pétouze » = un petit oiseau. Terme affectueux pour parler d’une petite fille (« Comment va la pétouze ? »). Les gens du Sud donnent facilement des surnoms, en particulier aux enfants, souvent des noms en « ou » du genre « moustriou » (petit monstre)

    Ce n’est pas la langue de Voltaire, c’est celle de Pagnol. Ces mots ont une identité propre, ils parlent sans qu’il y ait besoin de « traduire ». Mais le parler provençal se perd de plus en plus. Dans mon lycée (pourtant dans le Sud) très peu de gens ont vraiment l’accent. Ils le gomment pour faire plus sérieux et c’est vraiment dommage.

    • Kantu says:

      Trop trop génial ton assortiment de mots. Merci pour ce partage, que je vais essayer de réexploiter à l’occasion. Tu as raison, ces mots ont une telle expressivité qu’ils parlent sans possibilité de « traduction »!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *