J’avoue cultiver un fort penchant pour le chocolat. Ce n’est pas ma faute: j’ai grandi entourée de branches Cailler multicolores, de Ragusa aux noisettes croquantes et de Frigors fondants. Comment voulez-vous qu’il en soit autrement? S’il m’est impensable de m’en passer, ces délicieuses douceurs sont toutefois un peu moins accessibles en France…

Ceci n’est (malheureusement) pas un billet sponsorisé!

Quand on grandit au Pays du chocolat, on devient facilement accro à son petit carré (ou plutôt sa double-ligne) journalière. Avec mes racines pour excuse, je vous l’avoue: je suis chocovore.

La preuve? Petit choc cette semaine: j’ai dégusté le dernier Ragusa d’une grosse boîte de 400 grammes ramenée de Suisse. Le problème, c’est que je l’avais ouverte début septembre!

Ma consommation de chocolat m’a soudain parue énorme. Voire inquiétante. Je me suis forcée à faire un calcul honnête¹, dont voilà le résultat. Le mois dernier, j’ai dévoré un Ragusa de 400 grammes dans son intégralité, deux plaques de 100 grammes et une demi-boîte de Merci. Le calcul 400+600+125 =plus d’un kilo!!!

Si je mange un kilo par mois, cela revient à 12 kilos par an! J’étais effarée.

Pourtant, les statistiques m’ont rassurée: non, je ne suis pas une chocovore de compétition, je suis… dans la moyenne suisse! Chaque Helvète mangerait ~12 kilos par an, d’après les stats² de la Fédération des chocolatiers du pays, Chocosuisse.

Évidemment, les Français, avec leur ~7 kilos par personne, vont trouver que j’exagère et que je pourrais leur en laisser un peu… Pour me rattraper et vous faire saliver, voici mes chocolats suisses préférés.

¹Bon après, je me suis rendu compte que j’avais inconsciemment effacé de ma mémoire les biscuits chocolatés de Carrefour et les pâtisseries que j’ai pu préparer durant cette période, fondue au chocolat, sablés, etc, sous prétexte que c’était du chocolat pas suisse.

²Reste à savoir s’ils ont trafiqué les chiffres pour nous donner bonne conscience!

Trois classiques du chocolat suisse

La tradition chocolatière suisse n’est pas une légende, les fabricants produisent une profusion de branches, plaques, carrés différents. En voici trois parmi mes préférés, que je n’ai pas encore dénichés dans mon supermarché français. Il ne vous reste plus qu’à profiter d’un séjour de l’autre côté de la frontière pour vous les procurer ;)

Si je n’ai jamais mangé du mauvais chocolat en Suisse, je vous donnerai un conseil précieux pour ne pas l’abîmer: ne le conservez pas au frigo! Cela altère son goût et il devient blanc – non, pas comme du chocolat blanc *soupir* – mais après son séjour en chambre froide, le chocolat est moins bon et moins beau, il se ternit, ne brille plus, il ne donne plus envie de croquer dedans. Je suis choquée du nombre d’amateurs croyant ainsi bien faire  – Suisses y compris. Un endroit sec dans un placard lui sied parfaitement et il conserve ainsi sa saveur, sapristi! Un peu de respect!

Voici donc nos trois classiques.

  • Les branches de chocolat

“Des générations d’écoliers se souviennent du goût inimitable de la branche de chocolat Cailler, enfoncée dans un petit pain au lait. ”

(Citation du site de Cailler)

Je cherchais mes mots pour expliquer combien les branches sont une institution en Suisse, et le chocolatier le résume si bien! Enfant, j’ai souvent mangé une délicieuse branche dans un petit pain au lait, pour les dix-heures* comme pour les quatre-heures. “C’est un classique depuis 1907″ se vante Cailler. Bien sûr, quelques autres marques suisses fabriquent aussi des branches zexquises.

*helvétisme désignant le goûter de 10 heures du matin

Sous ses habits colorés et brillants, les branches cachent du chocolat au lait et des petits éclats de noisettes. Si vous visitez la Suisse, vous ne pourrez pas les manquer aux caisses des supermarchés, dans les kiosques ou dans les boulangeries (pour aller avec le petit pain au lait bien sûr)! Elles sont vendues à l’unité, ou aussi par paquet de trente!

Et si vous le désirez, vous pouvez jeter un œil à la chocolaterie Cailler sur le blog de Laurène, expat française en Suisse, qui l’ a visitée! Depuis que j’ai vu ça, je rêve d’y faire aussi un tour…

  • Les Ragusas

Voici un autre type de branche, encore plus fondante, et avec encore plus de noisettes! Le Ragusa classique de Camille Bloch est ainsi vendu dans un emballage rectangulaire en carton de 50 grammes.  Je pourrais chanter ses louanges, mais vous avez compris: c’est un chocolat irrésistible, sinon je n’en aurais pas mangé par inadvertance presque un demi-kilo en un mois*. Il s’agissait d’une boîte comme ci-dessus, qui imite l’emballage de la version originale, mais en taille gargantuesque, avec à l’intérieur 16 demi-Ragusas.(Le paquet mesure 30 centimètres de long, il ne détrône pas les giga-Toblerones. Tiens j’aurais pu aussi citer ce classique triangulaire qui colle aux dents, mais il est déjà trop connu!).

(*Attention, je ne dévore jamais le chocolat: je le savoure très lentement. Ne vous faites pas non plus de soucis pour ma ligne, je n’ai pas pris un kilo pour autant! )

Les carrés de Frigor

Dans leur boîte rouge, les délicieux carrés de chocolat au lait sont emballés individuellement. Ils sont fourrés à la crème d’amandes et de noisettes. Là aussi, difficile de refermer la boîte et d’en garder pour plus tard…

Frigor, j’adore! Ils sont aussi un produit de Cailler, et je n’en ai pas encore croisés en France.

Bon, je dois avouer que je ne traîne pas beaucoup au rayon chocolat de mon supermarché français. Pourquoi? Je préfère importer moi-même mes chocolats suisses préférés par kilos dans ma valise.

En France, il n’y a pas autant de choix qu’en Suisse en ce qui concerne les marques helvétiques, évidemment. Il y a beaucoup de produits de Lindt, qui sont délicieux, mais vendus un poil plus cher qu’en Suisse… Les plaques les plus classiques et les moins onéreuses, je ne les trouve pas.

Vous comprenez que, vu que j’en déguste 12 kilos par an, j’ai intérêt à ne pas les payer au prix fort!

Je n’ai pas non plus encore trouvé de trace de Ragusa. Or, une Française a dit dans un commentaire en avoir aperçu dans un supermarché… Je vais garder l’œil (plus gros que le ventre, évidemment) ouvert!

Et vous, êtes-vous chocovores? Quels sont vos chocolats préférés? Est-ce que tous les Helvètes sont forcément enclins à dévorer des kilos chaque année? Et les Français, préfèrent-ils le saucisson et les olives?

[Source des photos: piquées aux grands chocolatiers suisses]